Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Tribune franco-rwandaise
Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

Election de Lula au Brésil : de la prison à la présidence, un retour spectaculaire mais moins triomphal que prévu

La Tribune Franco-Rwandaise
Luiz Inacio Lula da Silva, le 30 octobre 2022, après sa victoire à l’élection présidentielle, à Sao Paulo, au Brésil. FRANCISCO PRONER/VU POUR « LE MONDE »

Luiz Inacio Lula da Silva, le 30 octobre 2022, après sa victoire à l’élection présidentielle, à Sao Paulo, au Brésil. FRANCISCO PRONER/VU POUR « LE MONDE »

A sa libération, l’ancien chef de l’Etat assurait vouloir « sauver » le Brésil du « projet de haine » de Jair Bolsonaro. Avec 50,9 % des voix, dimanche 30 octobre, le nouvel élu a obtenu une victoire plus compliquée qu’annoncé, et il hérite d’un pays divisé.

Par


Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez droitsdauteur@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/10/31/election-au-bresil-de-la-prison-a-la-presidence-un-retour-spectaculaire-mais-moins-triomphal-que-prevu-pour-lula_6147973_3210.html?xtor=EPR-32280629-[a-la-une]-20221031-[zone_edito_1_titre_1]&M_BT=37428530370293
 

Dans le monde du football brésilien, on appelle cela une « virada ». En France, on utilisera plutôt l’espagnol « remontada », soit un retournement de situation spectaculaire, permettant à une équipe donnée perdante de l’emporter sur son adversaire. C’est peu dire si l’expression va aujourd’hui comme un gant à Luiz Inacio Lula da Silva, vainqueur au second tour de la présidentielle brésilienne face à Jair Bolsonaro avec 50,9 % des voix, dimanche 30 octobre.

Le « phénix du Brésil » revient de loin. De très loin. Il y a trois ans à peine, Lula était encore en prison, condamné à douze ans et un mois pour corruption. Un temps retranché au syndicat des métallos de Sao Bernardo do Campo, le leader de la gauche avait fini par se rendre. Le 7 avril 2018, il était emmené vers sa cellule de Curitiba, de nuit et par hélicoptère, comme un criminel. A l’époque, la presse entière décrivait un Lula fini, mort politiquement, enterré dans la honte.

Derrière les barreaux, Lula a assisté dépité à la victoire de Jair Bolsonaro à la présidentielle d’octobre 2018, pour laquelle il partait favori. Pire : il a vu son pire ennemi, Sergio Moro, juge « star » de l’opération « Lava Jato » qui l’avait condamné, devenir ministre de la justice. L’ancien leader syndical, fondateur du grand Parti des travailleurs (PT), président d’une décennie dorée (2003-2011), qualifié d’« homme politique le plus populaire au monde » par Barack Obama lui-même, n’était plus que l’ombre de lui-même.

Lire aussi : Election présidentielle au Brésil : les enjeux d’un second tour beaucoup plus serré qu’attendu

Lula a alors 73 ans. Mais il ne baisse pas les bras. Il croit en son étoile. C’est dans sa nature : né dans la misère du Nordeste, l’ancien syndicaliste métallo a cinquante ans de vie politique dans les pattes. Il sait l’histoire brésilienne tortueuse. Il prédit que l’extrême droite ne résistera pas à l’expérience du pouvoir et que le Brésil, tôt ou tard, se retournera vers lui. « Les puissants peuvent tuer une, deux, trois roses, mais ils ne pourront pas empêcher la venue du printemps ! », assurait-il à son entrée en prison

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact