Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Kambanda Jean était banquier de profession. Il est le premier rwandais spécialiste en micro-finance.
Le 7 avril 1994, il devait aller en mission en Côte d'Ivoire dans le cadre de son travail. S'il est vrai que Kambanda est un des créateurs du MDR, il n'a cependant pas exercé une fonction politique ou publique avant sa nomination au poste de premier ministre.
Il a été nommé au poste de Premier Ministre postérieurement au début des massacres des Rwandais consécutivement à l'assassinat du Président Habyalimana par Kagame( celui-ci a reconnu publiquement ses forfaits devant des millions de Rwandais et une cassette de ses aveux existe).
Il s'ensuit que nul ne peut soutenir que Kambanda a planifié et fait exécuté le génocide dit des Tutsi. Même un idiot mongolien comprend parfaitement qu'une telle affirmation serait constitutive d'une affabulation caractérisée.
Sur sa prétendue responsabilité
Dans l'Affaire Ndindiliyimana, ex-chef d'état major de la Gendarmerie Nationale, le TPIR a, à bon droit, considéré que" les institutions et les services publics de la République Rwandaise se sont effondrés dès le 7 avril 1994. Dès lors, en droit et en fait, le chef d'Etat major de la Gendarmerie Nationale du Rwanda ne pouvait nullement sanctionner les gendarmes qui se sont livrés à la commission des massacres des Tutsi conformément aux lois du Rwanda. En conséquence, aucune charge ne pouvait être retenue à son encontre et corrélativement, son acquittement s'imposait". Il en fut de même dans l’Affaire commandant de bataillon de reconnaissance, Nzuwonemeye.
Dans l'affaire Kambanda, pour des motifs de notoriété publique à savoir l’ordre donné par les protecteurs et sponsors de Kagame, le même tribunal a procédé au bricolage juridique.
Les faits sont têtus.
« 73.1 Arrêté présidentiel du 8 avril 1994 portant nomination du Premier ministre
Nous, Docteur Sindikubwabo Théodore,
Président de la République par intérim,
Vu l'accord de Paix d'Arusha signé le 04 Août 1993 entre le Gouvernement de la République
Rwandaise et le Front Patriotique Rwandais, spécialement en son article 3 ainsi que l'article 22 du
Protocole d'Accord portant sur les questions diverses et les dispositions finales ;
Vu la Constitution de la République Rwandaise du 10 Juin 1991 spécialement en ses articles 42 et 44,
1° AVONS ARRÊTÉ ET ARRÊTONS :
Article premier
Est nommé Premier Ministre du Gouvernement de la République Rwandaise, Monsieur Kambanda
Jean."

Kambanda, alors banqueir, a été irréfutablement nommé premier ministre postérieurement à la date début de l'effondrement des services publics et de toutes les institutions du Rwanda, le 7 avril 1994. C'est le TPIP qui a fixé et retenu cette date.
Or, il a été condamné par le TPIR pour planification et exécution du génocide des Tutsi, crimes de guerre et crimes contre l'humanité à l'endroit des mêmes Tutsi. Des millions de morts Hutu sont évoqués nulle part dans les jugements du TPIR car pour les juges de ce tribunal, ces Hutu ne font pas partie de l’humanité.
Autrement dit, Kambanda, alors banquier, a planifié le génocide des Tutsi avant sa prise de fonction car en l'espèce outre qu'elle est consubstantielle du génocide, la planification précède nécessairement le génocide Il ne peut donc pas y avoir génocide sans planification. Par ailleurs, les institutions et services publics de l'Etat Rwandais qui ont cessé d'exister définitivement dès le 7 avril 1994 dans les Affaires Ndindiliyimana et Nzuwonemeye existaient dans l'Affaire Kambanda. Celui-ci avait donc ses propres services opérationnels par lesquels il a mis exécution son plan de génocide des Tutsi.
Je n'ai pas pu trouver un expert en droit pour m'éclairer quant au raisonnement juridique des juges du TPIR.
Sur la réaction négative de Kagame et ses obligés, il est de notoriété publique qu'ils disposent d'une haute expertise dans les divagations. Leur réaction n'est donc pas surprenante.
Les mêmes individus violent en fragrance la constitution du Rwanda. Ils sont allés dans les prisons du Rwanda pour sommer les prisonniers à signer les prétendues pétitions. Ils ont obligé les prisonniers à aller témoigner à charge contre Kambanda devant le TPIR notamment. Ils ont exhibé des prétendues pétitions signées par ces prisonniers. Au regard de leurs agissements, il est discutable qu'ils puissent comprendre le sens de la justice, le sens de la loi et ses effets.
Pourquoi s'agitent-ils dans l'Affaire Kambanda Jean alors qu'ils sont restés muets sur son dernier livre?
C'est parce que si révision du procès il y a, au vu des énormités inexcusables qui ont été commises par les juges qui l'ont condamné, il sera nécessairement acquitté à condition que les véritables juges du TPIR à savoir les sponsors de Kagame ne donnent pas les instructions aux juges de droit. Avec Kambanda en liberté, la Vérité sur le drame rwandais éclatera au grand jour et les masques vont tomber comme un château de carte. Un menteur est en tout état de cause démasqué. Kagame et les siens vivent par les mensonges depuis 1990. Ils semblent ignorer qu’un menteur ne l’est que pour un temps limité. Les masques ont déjà commencé à tomber. Et ils ne pourront sûrement pas arrêter le processus peu importe des millions de dollars qu’ils mettront en jeu au bénéfice du fameux cabinet américains spécialisé en com. Les excroissances du régime et du parti-Etat, le FPR opérant en Europe en particulier sont déjà devenus inaudibles nonobstant des millions d’euros dépensés par le régime.