Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Tribune franco-rwandaise
Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

La croissance française rebondit plus fort qu’attendu au deuxième trimestre

La Tribune Franco-Rwandaise #FRANCE, #Economie
La croissance française rebondit plus fort qu’attendu au deuxième trimestre

https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/07/29/la-croissance-francaise-rebondit-plus-fort-qu-attendu-au-deuxieme-trimestre_6136546_3234.html?xtor=EPR-32280629-[a-la-une]-20220729-[zone_edito_1_titre_1]&M_BT=37428530370293

Porté par le commerce extérieur, le PIB de la France se redresse (+ 0,5 %) après le repli enregistré au trimestre précédent, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques. L’inflation s’est, en revanche, accélérée en juillet.

Le Monde

Publié hier à 07h54, mis à jour hier à 14h21 

 

Une embellie inattendue. Après un repli de 0,2 % au premier trimestre, la France a renoué avec la croissance d’avril à juin, enregistrant un rebond plus dynamique qu’attendu de son PIB, qui a progressé de 0,5 % sur ce deuxième trimestre, selon une première estimation publiée vendredi 29 juillet par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

La bonne tenue de l’économie française au deuxième trimestre s’explique à la fois par la contribution nettement positive du commerce extérieur à la croissance et par la diminution de la consommation des ménages moins marquée qu’au premier trimestre. Cette estimation est supérieure aux attentes ; l’Insee avait prévu une croissance de + 0,25 % et la Banque de France, une croissance de 0,2 %.

Le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, a salué vendredi au sortir du conseil des ministres ce taux de croissance plus fort que prévu, estimant qu’il s’agissait là d’« une victoire de l’économie française dans des temps difficiles ». « Les fondamentaux de l’économie française sont solides », a-t-il ajouté.

 

L’inflation progresse, à 6,1 % sur un an

Selon cette première estimation des comptes nationaux, qui devra être confirmée à la fin d’août par l’Insee, les importations ont reculé de 0,6 % au deuxième trimestre, tandis que les exportations ont bondi de 0,8 %.

Ces dernières ont été « tirées notamment par les services de transport (+ 6,3 %, après + 5,0 % au premier trimestre) et les dépenses des voyageurs étrangers en France (+ 8,6 %, après + 5,0 %) », détaille l’Insee. « A l’inverse, les exportations de biens se replient (− 0,6 %, après + 1,4 %), notamment dans les matériels de transport et l’agroalimentaire », explique encore l’institut.

La tendance à la hausse des prix à la consommation en France s’est, en revanche, accélérée de nouveau en juillet, pour atteindre 6,1 % sur un an, contre 5,8 % en juin, selon la première estimation provisoire publiée par l’Insee. Il s’agit du chiffre le plus élevé depuis juillet 1985, fait savoir l’Institut de la statistique.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En France, le spectre d’une récession sur fond d’accélération de l’inflation

L’inflation a été tirée par la progression des prix des services, qui ont augmenté de 3,9 % en juillet par rapport à la même période en 2021, ainsi que par l’alimentation, qui a connu une hausse de 6,7 % sur un an, contre 5,8 % en juin. « L’inflation reste notre sujet de préoccupation numéro un. Mais nous anticipons une baisse » en 2023, a tempéré vendredi M. Le Maire.

Malgré une progression encore forte sur un an, les prix de l’énergie ont eux décéléré, selon l’Insee, du fait d’un repli des prix des produits pétroliers : la hausse est de 28,7 % en juillet par rapport à juillet 2021, contre 33,1 % le mois précédent.

La consommation des ménages se contracte de nouveau

Quant à la consommation, traditionnel moteur de l’économie française, elle reste négative pour les achats de biens (− 1,3 %), mais les achats de services repartent nettement à la hausse (+ 1,5 %). Deux tendances contradictoires qui aboutissent à un recul global de 0,2 % de la consommation des ménages au deuxième trimestre. Avec les chiffres publiés vendredi, l’Insee évalue à 2,5 % l’acquis de croissance de l’économie française pour l’année 2022.

Ce chiffre est conforme à l’anticipation de croissance annuelle du gouvernement, et légèrement supérieur aux attentes de la Banque de France ou du FMI (+ 2,3 %). Les données de l’Insee sont publiées au lendemain de la parution des chiffres de la croissance aux Etats-Unis au deuxième trimestre (− 0,9 % en rythme annualisé, après − 1,6 % au premier trimestre), qui ont techniquement fait entrer le pays en récession.

En Europe, les estimations de croissance de la zone euro et de plusieurs grands pays du Vieux Continent doivent aussi être dévoilées vendredi matin.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La croissance française devrait atteindre 2,3 % en 2022

Le Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact