Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

 

Alassane Ouattara a été réélu en octobre 2020 pour un troisième mandat controversé lors d'une présidentielle boycottée par l'opposition, qui jugeait ce mandat inconstitutionnel. Ce qui avait provoqué une crise ayant fait une centaine de morts et un demi-millier de blessés entre août et novembre 2020.

Article rédigé par

France Télévisions
 
Publié 
Mis à jour 
 Temps de lecture : 1 min.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, donne une conférence de presse à Abidjan (Côte d'Ivoire), le 27 juillet 2021. (CYRILLE BAH / ANADOLU AGENCY / AFP)

C'est un nouveau signe de l'apaisement politique en Côte d'Ivoire. Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé vendredi 6 août la remise en liberté de 78 personnes détenues depuis 2020 pour leur opposition à son troisième mandat. Dans un discours prononcé à la veille de la fête de l'indépendance, le chef de l'Etat a annoncé "la mise sous contrôle judiciaire ou en liberté provisoire (...) de 69 inculpés détenus suite aux évènements survenus à l'occasion de l'élection présidentielle d'octobre 2020". Il a ajouté avoir accordé "la grâce à neuf personnes condamnées pour des infractions commises à l'occasion de ces mêmes évènements". "L'examen de la situation d'autres personnes encore détenues se poursuit", a-t-il affirmé.

Un climat plus apaisé depuis quelques mois

Alassane Ouattara a été réélu en octobre 2020 pour un troisième mandat controversé lors d'une présidentielle boycottée par l'opposition, qui jugeait ce mandat inconstitutionnel. Cela a provoqué une crise qui a fait une centaine de morts et un demi-millier de blessés entre août et novembre 2020.

La tension est depuis retombée et les élections législatives de mars se sont déroulées dans le calme, avec la participation des grands partis d'opposition qui en ont accepté les résultats donnant la majorité au parti présidentiel. Une exception dans un pays à l'histoire récente marquée par les violences politiques.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article