Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

RDC : "Le Conseil de sécurité doit être en mesure de sanctionner ceux qui sont responsables de l’instabilité" [en]
 
  • INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE,
    REPRÉSENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRÈS DES NATIONS UNIES

    AU CONSEIL DE SECURITE

    New York, le 30 juin 2022

    Monsieur le Président,

    La France salue l’adoption de la résolution renouvelant le régime de sanctions et le mandat du panel d’experts concernant la République démocratique du Congo.

    Le Conseil de sécurité s’est réuni hier sur la situation dans le pays, qui continue de se dégrader. Les groupes armés poursuivent leurs attaques contre les civils, les forces de sécurité et la MONUSCO. Les violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire, les attaques contre les personnels humanitaires et le pillage des ressources naturelles persistent.

    Le Conseil de sécurité doit être en mesure de sanctionner ceux qui sont responsables de l’instabilité à l’est de la République démocratique du Congo. Le régime de sanctions comportera désormais un nouveau critère de désignation pour lutter contre l’emploi croissant d’engins explosifs improvisés.

    Par l’adoption de cette résolution, notre Conseil se félicite des efforts diplomatiques des États de la région et des conclaves qui se sont tenus à Nairobi. Il prend acte des engagements qui y ont été pris pour contribuer à la réconciliation, à la stabilisation et à la préservation de la paix.

    La France a entendu les demandes de la République démocratique du Congo concernant la procédure de notification des fournitures de matériels et d’assistance militaires. C’est pourquoi, pour soutenir la montée en capacité 

    et la réforme des forces armées congolaises, cette résolution allège significativement cette procédure. Elle ne remet pas en cause l’embargo sur les armes visant les groupes armés actifs en République démocratique du Congo.

    La France regrette que cette avancée, certes partielle mais qui reflète l’équilibre des positions du Conseil de sécurité, n’ait pas fait l’objet d’un soutien unanime. Nous espérons que les mesures restant en vigueur pourront évoluer à l’avenir en fonction des efforts nationaux pour lutter contre le trafic et la dissémination des armes.

    Je vous remercie./.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article