Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

SUR UN EMBALLEMENT MÉDIATIQUE

L’ATTENTAT DU 6 AVRIL 1994 CONTRE LE PRÉSIDENT HABYARIMANA : COMMENT LA PRESSE FRANÇAISE A FAIT DIRE À UN RAPPORT D’EXPERTISE CE QU’IL NE DISAIT PAS

Claudine-Vidal.jpgPar Claudine Vidal

Abstract

Le 10 janvier 2012, les juges Trévidic et Poux présentèrent, au palais de justice à Paris, un rapport d’expertise balistique concernant l’attentat du 8 avril 1994 contre l’avion du président Juvénal Haybyarimana. La présentation se fit à huis clos devant les seules parties, le rapport était couvert par l’instruction. La presse française réagit immédiatement, et de façon quasi-unanime, en tirant des conclusions définitives sur l’identité des commanditaires de l’attentat à partir d’un rapport que les journalistes n’avaient pas pu lire. Or, le rapport ne procède à aucune affirmation de cette sorte.

Il s’agit d’analyser cet emballement médiatique et d’en comprendre les ressorts. Certains tiennent à l’influence exercée par des groupes de pression dénonçant l’implication effective de la politique française dans le génocide des Rwandais tutsis. D’autres relèvent de contraintes spécifiques pesant sur le métier de journaliste, notamment celle de l’urgence.

1. INTRODUCTION

L’attentat commis dans la soirée du 6 avril 1994 contre l’avion du président Habyarimana fut suivi quelques heures plus tard par la reprise de la guerre entre les troupes du Front patriotique rwandais (FPR) et les Forces armées rwandaises (FAR) ainsi que par des massacres ciblant des Tutsis et des personnalités hutues opposées à l’extrémisme ethniste. Une faction de militaires et de politiciens profita de la situation chaotique pour s’emparer du pouvoir et mettre en oeuvre le génocide des Tutsis. Le FPR remporta la victoire le 19 juillet.

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article