Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda dénonce et condamne les propos scandaleux d’un membre du gouvernement rwandais qui s’est réjoui de la mort de Pierre Péan, écrivain et journaliste d’enquête français.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 05/08/2019 18:55

Les propos immondes et minables de Nduhungirehe Olivier est l'exacte preuve de la triste image du régime dont il est un des chantres éclairés et serviteur.

Mais il n'y a rien d'étonnant. En effet, la tradition séculaire du Peuple Rwandais impose, en tout état de cause, le respect de morts et proscrit l'exposition publique des cranes de ces derniers.
Or, le monde entier a macabrement constaté que ceux qui prétendent être défenseurs au premier chef des intérêts des rescapés des massacres qualifiés de génocide exclusivement de Batutsi exposent des crânes des parents et proches de ces mêmes rescapés comme des produits d'exhibition touristique. Ce qui est encore gravissime et répugnant, c’est que, depuis plusieurs années, ces mêmes individus organisent des campagnes de publicité à grande échelle de ces crânes pour prétendument attirer les touristes étrangers pour qu’ils viennent les regarder moyennant une somme d’argent. Tous les dignitaires étrangers qui viennent ici doivent impérativement aller regarder ces crânes des Rwandais. Ils sont guidés comme des moutons par les rwandais « spécialement formés en anatomie des crânes des Rwandais ». Ils ont été aptes à distinguer des crânes des Batutsi de ceux des Bahutu.

Les crânes exposés au public sont chiffrés à plus d’un million, selon ceux qui les ont comptés. Et ils sont exclusivement ceux des Bautsi. La question se posent des Rwandais est alors de savoir, si sur une population de moins six cent mille il y a eu plus d’un million de morts dont les crânes sont exposés dans un endroit spécialement dédié et qu’il y a eu des rescapés reconnus comme tels par le gouvernement dont Nduhungirehe est serviteur mais sans précision sur leur nombre, où ont-ils trouvé le plus d’un million de crânes de Rwandais? Sur moins de 600000 Batutsi en 1994, plus d’un million évoqué par Nduhungirehe + les rescapés= combien ? Plus d’un million – les rescapés= combien ?
La décence et la compassion sont des éléments essentiels de la civilisation humaine. Ils distinguent l’homme de l’animal.

Nduhungirehe Olivier n’a même pas exprimé la moindre compassion à l’endroit de son petit frère Janvier Nduhungirehe qui a été broyé par les bouchers de son maître.
Pour lui, honorer la mémoire de son frère constitue la négation du génocide des Batutsi. Il a publiquement tenu les mêmes propos devant des milliers de Rwandais sur la jeune femme qui croupit en prison pour avoir vainement voulu faire lire la messe à la mémoire des siens, victimes de l’extermination des Bahutu par les soldats du FPR, sur ordre de Kagame.
Cette jeune femme a refusé, à bon droit, de porter la bougie à la mémoire des seules victimes Batutsi. Pour le secrétaire d’Etat Nduhungirehe et les juges du régime Kagame, cet acte constitue la négation du génocide des Batutsi.

Nduhungirehe est un membre du gouvernement. Il s’est tristement exprimé non pas en tant qu’un simple individu mais en tant que membre du gouvernement Kagame.
Il s’ensuit que ses propos engagent le gouvernement dont il est membre et au premier chef le Président Kagame.

Aussi, il convient de préciser que ses propos indécents ont été repris et développés par les médias gouvernementaux à savoir entre autres Igihe.

Pierre Péan est parti. Il a été dignement accompagné par ses proches, amis et tous qui, pour eux, il était une inspiration quant à la simplicité, l’humilité et l’honnêteté intellectuelle.
Ses œuvres ont été unanimement reconnues par ses confrères, l’ensemble de la classe politique française et les étrangers qui l’ont lu.

Péan a rejoint son créateur avec tous les honneurs. Les hommages émouvants de l’ambassadeur Ndagijimana JMV, de Justine et autres qui lui ont été rendus en sont la parfaite illustration.

Par ses propos contre les morts, Nduhungirehe entend prouver à son maître qu’il excelle dans l’aboiement au bénéfice du régime et espère être récompensé en conséquence par Kagame. Il a prouvé ce qu’il est exactement. Que le Plus Haut ait pitié de lui.