Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 17/02/2019 00:51

Que nous apprend Védrine?
Son pays, la France a proféré du chantage contre les autorités rwandaises à savoir le Président Habyarimana et le Premier Ministre Nsengiyaremye pour qu'il acceptent l'intégration du FPR dans les jeux politique et institutionnel rwandais. En somme, Kagame et son FPR doivent à la France ce qu'ils sont et sont devenus. Sans cette chantage, Kagame et le FPR ne seraient que les ombres d'eux-mêmes. Il a ajouté que c'était une erreur regrettable. Il a parfaitement raison.
1/ La France a voté toutes les résolutions de l'ONU portant embargo sur les armes contre le Rwanda. Elle ne s'est même pas abstenus.
2/ La France a vendu les armes au FPR via l'armée burundaise qui était un Etat dans un Etat; La banque qui a payé est la banque commerciale burundaise. Les preuves et les témoins existent.
3/ La France a formé les policiers ougandais.Or, ceux-ci étaient en réalité les éléments du FPR, qui, après la formation retournaient au Rwanda être enrôlés dans le FPR. Les témoins existent.
4/ La France financé et parrainé les négociations et l'accord de paix d'Arusha au bénéfice du PFR. Ce fait est de notoriété publique et Kagame a remercié expressément la France.
5/ Le 23 mars 1993, lorsque le FPR a pris une partie du nord du Rwanda, fait le nettoyage ethnique contre les Bahutu, femmes, enfants et homme de tous âges et fusillé les paysans civils qui avaient refusé de quitter leurs terres et maisons, la France a refusé que ses soldats pourtant présents au Rwanda épaulent les FAR sous embargo onusien qui a été voté par la même France.
6/ La France n'a jamais fait voté l'embargo sur les armes contre l'Ouganda d'ù était issu le FPR. Au contraire, la France lui a vendu les armes, lesquelles armes ont été utilisées contre le Rwanda, majoritairement habité par les Bahutu et conséquemment contre ces derniers. Ce fait est établi.
6/ Sur ordre des décideurs français, le juge Trévidic a fait effectuer une expertise balistico-acoustique au laboratoire à Vierzon en France relativement à l'attentat contre l'avion du Président Habyarimana, dans l'unique dessein d'enterrer les mandats d'arrêt internationaux qui ont été émis par le juge Burguière contre les présumés assassins de trois citoyens français. Les affirmations selon lesquelles ce juge a mené une enquête et/ou a fait faire une expertise balistico-acoustique est une spéculation ou un mensonge. L'amateurisme de ce juge, la honte des juges français a fait l'objet de commentaires abondants de la part des Rwandais d'une part et de meilleurs connaisseurs du Rwanda d'autre part. Les contenus de commentaires n'ont jamais été contredits par ceux qui crient sur les toits que ce juge a mené une enquête et/ou fait faire une expertise balistico-acoustique. Il en est de même des auteurs de la prétendue révélation sur la découverte des soi-disant auteurs de l'attentat contre l'avion du Président Habyarimana.
7/ Rose Kabuye est présumée assassin de 3 citoyens français. Elle est appelé la nettoyeuse de Kigali rurale en raison de crimes de masse qu'elle a commis contre la population civile de Kigali rurale lorsqu'elle était préfète de Kigali rurale. Lorsqu'elle a été arrêtée en Allemagne et transférée en France en application d'un mandat d'arrêt international qui a été émis par un juge français au nom de la France pour assassinat de 3 citoyens français, au lieu de l'envoyer en prison comme tous les criminels présumés, la France l'a logée dans un hôtel quatre étoiles sous les frais des contribuables français et la protection des policiers français. Certains dignitaires français lui ont rendu visite. Après quelques jours dans cette Hôtel, logée, nourrie et protégée par la France, elle est retournée dans son pays où elle a été accueille comme un Président.
8/ Au mois de décembre, sur ordre des décideurs français, le juge d'instruction en charge du dossier relatif sur cet attentat a décidé d'enterrer définitivement ce dossier et partant les mandats d'arrêt internationaux qui ont été émis par le juge Bruguière au nom de la France, le tout par le jeu de bricolage juridique (voir l'ordonnance de non-lieu sur la toile TFR info de ndagijimana).
Au vu de l'ensemble de ces faits dont la crédibilité n'est pas à prouver, les accusations contre la France de la part des maîtres du Rwanda et les excroissances du régime Kagame opérant en France sont grotesques et constitutives de mauvaise foi caractérisée.
9/Même une personne dépourvue d'insanité manifeste ne peut soutenir que deux retraités rwandais ont acheté des missiles avec leur maigre pension aux seules fins de liquider le Président Habyarimana et de génocider les Batutsi d'une part et à i'insu des dirigeants rwandaise, de Kagame, espion de profession et des Rwandais, le tout dans un Rwanda dirigée par l'opposition et le FPR. Ce qui est gravissime dans les dires des espions français, auteurs de la prétendue prise comme une révélation de la part des journalistes de Mediapart et Radio France à savoir Fabrice Arfi et Benoît Collombat ont travesti les faits. Ils ont erré dans les faits. Quant à ces journalistes, ils ont fait dire au juge Trévidic ce qu'il n'a pas dit, le tout alors que son prétendu rapport est sur la toile et que par conséquent, il est accessible au public intéressé.
La fameuse note des espions de la DGSE est truffée d'affirmations parcellaires, approximatives, absconses, contradictoires et erronées. Les énormités inexcusables sont patentes de sorte qu'il n'est pas utile de faire un commentaire.