Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
TFR-INFO

TFR-INFO

La Tribune Franco-Rwandaise

Procès de Paris : Alain Gauthier avoue que son épouse Dafroza est la belle-sœur du Général James Kabarebe, le tout puissant ministre de la Défense du régime FPR

slateafrique.com/

Ils sont à l'origine de la plupart des enquêtes françaises sur le génocide au Rwanda. Ce mercredi fut éprouvant pour les époux Gauthier: venus raconter aux assises le combat d'une vie "contre l'anéantissement", ils ont dû aussi s'expliquer sur leurs liens avec Kigali.

On les appelle parfois "les Klarsfeld du Rwanda". Pour résumer l'engagement d'un couple dans la traque de génocidaires: la leur ne vise pas des nazis mais des Rwandais réfugiés en France et suspectés d'avoir pris part au génocide des Tutsi, qui fit plus de 800.000 morts d'avril à juillet 1994.

Alain Gauthier n'aime pas ce terme de "traque", un "vocabulaire qui est celui des tueurs". A la barre, le président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) vient expliquer l'action de son association qui a porté plainte il y a des années contre Octavien Ngenzi et Tito Barahira, deux anciens bourgmestres rwandais jugés pour génocide depuis la mi-mai à Paris.

C'est face à "l'absence de poursuites en France" qu'il décide en 2001 de créer l'association, avec son épouse tutsi Dafroza. Elle est ingénieur chimiste, lui directeur d'un collège à Reims quand leur vie bascule en 1994. La famille de Dafroza est décimée. Alain Gauthier est encore hanté par les mots de son fils de onze ans: "Maman, je te vengerai".

Lui explique leur démarche. Elle donne une voix aux victimes, égrène les noms de victimes, n'épargne aucun détail sur la recherche des ossements dans les fosses communes, jusqu'aux disputes pour une mâchoire entre survivants cherchant désespérément à offrir une sépulture digne à leurs proches.

"Nous aurions beaucoup préféré que la justice de notre pays réponde aux demandes d'extradition du Rwanda", dit-il en préambule. Puis il s'attache à expliquer son combat "pour la justice", car "chaque victime a un nom".

- "La cour appréciera" -

Depuis 2001, ils ont déposé "22 plaintes". Vingt-deux des 26 dossiers ayant abouti entre les mains des juges d'instruction parisiens. Le procès des anciens bourgmestres est le second en France pour génocide, après la condamnation en 2014 de l'ex-capitaine rwandais Pascal Simbikangwa à 25 ans de réclusion criminelle.

S'adressant aux accusés qui nient toute participation aux massacres, il parle d'une "chance" pas saisie: "au cours de ces huit semaines de procès, j'ai rêvé que vous fendiez la cuirasse".

Anticipant les critiques, il expose lui-même les fréquentes critiques à l'encontre du CPCR: "agent du pouvoir rwandais", "chasseur d'intellectuels hutu", pour rappeler l'"essentiel": "donner une voix" aux victimes.

Cela ne suffit pas aux jurés. L'un d'eux attaque frontalement, interrogeant Alain Gauthier sur ses sources de financement, l'implication du Rwanda. Le président de l'association répond point par point: "le budget annuel du CPCR est de 15.000 euros par an. Nous n'avons pas les moyens de payer les procès et c'est pourquoi nous faisons très régulièrement des appels aux dons". Ne recevant "pas un centime" de la France, il "ne voit pas de problème à ce que le Rwanda" participe.

A 68 ans, Alain Gauthier estime qu'il n'a pas "à justifier son action", mais explique quand même: "Franchement, je ne vois pas pourquoi il n'y aurait pas de poursuites en France", alors que des génocidaires ont été jugés dans d'autres pays européens.

"Vous avez dit votre +joie+ d'avoir acquis la nationalité rwandaise. En quelle année?", relance le juré. Un peu ébranlé, Alain Gauthier répond: "En 2009 je crois, mais je ne vois pas bien le rapport avec les débats". "La cour appréciera", rétorque le juré, avant de se faire rabrouer par le président pour cette rare entorse à la neutralité de la cour.

"Je tiens à vous rassurer M. Gauthier, précise le président Stéphane Duchemin, la cour n'appréciera pas la date de votre acquisition de la nationalité rwandaise."

"Pour en finir avec les fantasmes", l'avocate de Ngenzi, Françoise Mathe, demande clairement quels sont les liens familiaux des Gauthier avec le pouvoir rwandais actue : "Une cousine de ma femme est l'épouse de James Kabarebe, l'actuel ministre de la Défense".

Procès de Paris : Alain Gauthier avoue que son épouse Dafroza est la belle-sœur du Général James Kabarebe, le tout puissant ministre de la Défense du régime FPR
Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

CESAR 18/05/2017 00:25

Sur Gauthier, concernant sa nationalité rwandaise acquise par naturalisation, après une enquête approfondie et témoignages, c'est le président du Rwanda en doit, Pasteur Bizimungu qui, unilatéralement, a décidé de lui accorder la nationalité rwandaise pour les services faits à savoir la chasse à l'homme contre les Hutu listés par les nouveaux maîtres du Rwanda, le tout au mépris des lois rwandaises relatives à l'acquisition de la nationalité rwandaise par un étranger.
Voici comment Gauthier a obtenu la nationalité rwandaise.
Pasteur Bizimungu a effectué une seule visite en France. Lors de cette-ci, il a rencontré des Rwandais dans un hôtel à Paris. Ils sont massivement venus pour l'écouter. Monsieur Gauthier était naturellement présent.
Après le discours de Bizimungu, celui-ci a demandé aux Rwandais et étrangers présents de poser les questions. Monsieur Gauthier avait déjà déposé la demande de naturalisation depuis un certain temps mais parce qu'il ne remplissait pas les conditions requises par les lois rwandaises quant à l'acquisition de nationalité rwandaise, le gouvernement rwandais ne pouvait légalement pas satisfaire sa demande.
Monsieur Gauthier a dit au président Bizimungu qu'il a formulé une demande de naturalisation depuis plusieurs années mais qu'il n'a jamais obtenu la réponse. Il a évoqué publiquement ses actions au bénéfice du régime dont Bizumungu était président et précisé les noms des Rwandais contre lesquels il a déposé des plaintes devant les tribunaux de son pays.
Au regard de ces services faits par lui dans l’intérêt exclusif du régime rwandais, il a donc demandé au président Bizimungu de faire le nécessaire quant à l’issue heureuse de son dossier.
En sa qualité de Président, Bizimungu a instruit ses collaborateurs qui l’accompagnaient dont un certain Bideli de bien noter la demande de Gauthier. Il lui a promis qu’il va personnellement régler ce problème. En 1999, il a honoré sa parole. Il a ordonné au Ministre en charge de l’acquisition de naturalisation d’accorder la nationalité rwandaise au serviteur notoire du régime dont il était président à savoir Monsieur Gauthier, au mépris de la loi de notre pays. Monsieur Gauthier a illégalement obtenu la nationalité rwandaise parce qu’il est serviteur notoire du régime rwandais. Par ailleurs, il n’a jamais caché ses liens étroits avec les nouveaux maîtres du Rwanda et les organisations diverses dont l’activité principale est la délation et autres méfaits en tout genre contre les Rwandais listés aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur en l’occurrence Ibuka qui a des filiales en France, en Belgique et ailleurs.
Sur la base des listes fournies par le parquet de Kigali dont le procureur travaille en étroite collaboration avec Gauthier et ces organisations de délateurs, Gauthier, via son association CPCR, dépose des plaintes par le jeu de constitution de partie civile devant les tribunaux de son pays contre certains Rwandais. Pour montre r maladroitement au public que c’est bien qui l’auteur effectif des plaintes, il vient souvent ici à Kigali et fait le tour du Rwanda accompagné des membres de la police politique pour aller prétendument enquêter sur les crimes commis par ces Rwandais, devenus ses proies. Pour montrer qu’il travaille bien, il passe à la télévision rwandaise pour expliquer ses exploits contre les Rwandais (voir le site de son association CPCR et ses déclarations pitoyable s à la télévision rwandaise qui sont la parfaite illustration entre lui et le régime rwandais).
A son actif, il y a la condamnation à perpétuité d’un handicapé rwandais cloué dans la chaise roulante, Simbikangwa Pacal par la France pour planification et exécution du génocide des Tutsi, conformément à l’article 211-1 et suivant du code pénal français.
La France est le seul pays au monde qui prétend détenir les preuves de la planification du génocide dit des Tutsi. Mais le comble est que les juges français n’ont jamais produit les preuves des faits invoqués contre ce handicapé à savoir la planification du génocide et l’intention de l’intéressé, de génocider les Tutsi, laquelle intention découle de la planification. Ce qui est encore gravissime pour un Etat dit de droit, Gauthier, accusateur en chef dit son site que ce handicapé, fonctionnaire de l’Etat Rwandais, était placé sous l’autorité du Directeur Général des services secrets rwandais, Iyamuremye Augustin. Les juges français ne se sont pas posé la question de savoir comment un handicapé cloué dans la chaise roulante depuis les années 80 a planifié le génocide des Tutsi alors qu’il était placé sous l’autorité du patron de services secrets rwandais , au surplus membre notoire du FPR, qui rendait directement compte à Kagame, un Tutsi et libérateur des Tutsi, selon ses dires. Enfin, aucun mot sur les personnes avec qui l’accusé s’est entendu pour planifier le génocide des Tutsi. La liste des proies de Gauthier est longue. Dans ses plaintes fantaisistes, il n’a jamais mentionné sa nationalité rwandaise. Il en est de même dans les statuts de son association, CPCR.
Qui est effectivement Gauthier ? Comment opère-t-il contres ses proies, Quels sont ses liens avec le régime Kagame ? Comment est-il payé pour ses méfaits ? Pourquoi ce même individu accuse malhonnêtement certains dirigeants de son pays dont notamment Alain Juppé, Ambassadeur de France à l’ONU à l’époque des faits d’avoir commis le génocide contre les Tutsi ? Alors que Sarkozy était membre du gouvernement accusé par Gauthier d’avoir porté concours aux génocidaires des Tutsi, celui-ci ne l’a jamais traité de génocidaire des Tutsi. Pourquoi ? Dans ses divagations, il mélange pêle-mêle le gouvernent Habyarimana et le gouvernement mis en place après l’assassinant de celui-ci par Kagame. Il fait sciemment abstraction des gouvernements Nsengiyaremye et Uwilingiyimana, alliés notoire du FPR, aujourd’hui parti-Etat au Rwanda et son employeur.
Bref , il me semble utile que tous les Rwandais qui ont des informations précises sur Gauthier puissent les partager avec les lecteurs de TFR-INFO.

CESAR 09/05/2017 20:08

Alain Gauthier est l'employé du régime Kagame opérant en France.
Il opère en exécution des instructions données par le Parquet de Kigali.
Il s'est maintes fois venté sur les radios et télévisions rwandaises de travailler en étroite collaboration avec le procureur de Kiglai. Les cassettes de ses interventions les radios et télévisions existent. Il ne s'agit donc pas d'invention de ma part.
Alain Gauthier est payé en liquide provenant d'une caisse noire deplusieurs milliers voire des millions d'euros gérée par l'Ambassadeur du Rwanda en France, Jacques Kabale, de nationalité congolaise( voir son histoire détaillée sur les réseaux sociaux). Alain Gauthier a un compte bancaire rémunéré au Rwanda.Il n'a jamais déclaré ses revenus issus du placement de son argent au Rwanda. Aussi,concernant les sommes perçues pour les services faits à savoir la chasse, les infamies et diffamations contre les Hutu Rwandais résidant en France, Alain Gauthier ne les a jamais déclaré au fisc de son pays. Enfin, dans ses actes d'accusations contre les Hutu Rwandais demeurant en France, Gauthier Alain n'a jamais indiqué qu'il est Rwandais par naturalisation sur décision unilatérale de Pasteur Bizimungu, alors Président du Rwanda, pour les services faits au bénéfice du régime Kagame dont il est un des chantres de premier plan, le tout au mépris des lois rwandaises relatives à la naturalisation.
Le comble est que jusqu'à présent, les accusés rwandais ou les chercheurs sérieux rwandais ne l'ont jamais démystifié c'est-à-dire porter à la connaissance des Rwandais: qui est effectivement Gauthier? Il n'a jamais caché ses liens étroits avec le régime Kagame et ses activités dans l'intérêt exclusif du régime Kagame. Par ses agissements contre les Hutu Rwandais qui résidnet dans son pays, il se croit plus Tutsi que les Tutsi. Il serait utile et judicieux que les Rwandais sachent qui est ce Gauthier Alain.

mizero 30/06/2016 14:42

kabarebe le grand criminel???? où est la justice??