Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

COMMUNIQUE DE PRESSE

Bruxelles 26.08.2014

Les partis politiques de l’opposition démocratique rwandaise signataires de ce communiqué à savoir le PDR-Ihumure, les FDU Inkingi, le PDP Imanzi, le RNC, Le PS Imberakuri, Amahoro People Congres s’alarment d’une découverte macabre de dizaines (40) de cadavres repêchés depuis le mois de juillet par des pêcheurs burundais dans le lac Rweru bordant le Rwanda et le Burundi.

Cette information d’abord parue dans la presse burundaise est maintenant largement relayée par la presse internationale dont la RFI et la BBC suscite une profonde inquiétude car ces cadavres sont dus à des faits manifestement malveillants car certains d’entre eux ont les mains liés derrière le dos. Ce qui rappelle la technique d’assassinat propre au FPR couramment appelée « Akandoyi. »

Les services de sécurité du Burundi et du Rwanda affirment chacun de son côté qu’aucune personne n’a été récemment signalée comme disparue. Si du côté du Burundi, les officiels prennent d’infinies précautions et n’écartent aucune hypothèse, il n’en est pas de même du côté Rwandais où le responsable de la Police criminelle, ACP Theos Badege, s’empresse d’affirmer, qu’il ne s’agit pas de sujets rwandais, ses services n’ayant vu que deux corps.

Il y a donc une inquiétude légitime parce que les autorités de ce pays sortent des statistiques alarmantes depuis des semaines. Dans sa déclaration du 02 juin 2014, le Ministre de l'Administration Locale fait état de 16.000 personnes dont on n’a pas de nouvelle dans la région de Ngororero alors que dans son rapport du 30 juillet 2014, le Service correctionnel du Rwanda mentionne que plus de 30.000 condamnés aux travaux d'intérêt général (TIG) manquent à l'appel. Sans oublier les dernières multiples disparitions signalées dans les mois de mars et avril 2014.

Peut-on par ailleurs croire à une simple coïncidence au moment où une série d’arrestations encore inexpliquées frappent le coeur même du pouvoir ? En moins d’une semaine, ont été arrêtés : le général Frank Rusagara, le capitaine David Kabuye, le Colonel Tom Byabagamba et son épouse Mary Baine, l’ambassadeur Joseph Mutaboba, tous membres éminents du FPR.

Face à cette situation explosive, les partis signataires du présent communiqué veulent alerter la communauté internationale sur l’éventualité de massacres en cours au Rwanda et qui seraient motivés par la volonté du général président Paul Kagame de conserver le pouvoir qu’il sentirait lui échapper peu à peu.

Si ce n’est pas le cas, nous le mettons au défi de permettre une enquête indépendante qui mettrait au clair cette situation plutôt explosive. Il conviendrait donc que :

- ces victimes soient identifiées,

- les circonstances de leur décès soient clarifiées,

- leurs corps soient rendus à leurs familles respectives pour qu’ils puissent bénéficier de funérailles dans la dignité,

- justice soit faite.

- Aussi, les signataires invitent les familles rwandaises qui seraient sans nouvelles d’un membre arrêté par les services de sécurité ou simplement porté disparu spécialement après le fameux discours du Président Paul Kagame prononcé le 5 Juin 2014 à Nyabihu, de le rapporter aux associations de défense des droits de l’homme telles que Human Right Watch ou Amnesty International afin que les exactions soient exposées au grand jour.

 

Les organisations politiques signataires

Pour le PDP–Imanzi

Munyampeta Jean-Damascène

Secretary General

Brussels, Belgium

pdp.imanzi@gmail.com

Pour le PDR –Ihumure

Rusesabagina Paul

President

San Antonio-TX, USA

rusesabagina@gmail.com

Pour le PS–Imberakuri

Ryumugabe Jean - Baptiste

Coordinator

Brussels, Belgium

psimberakuri@yahoo.fr

Pour le RNC–Ihuriro

Dr Rudasingwa Théogène

Coordinator

bamu29@yahoo.com

Pour les FDU-Inkingi

Dr Nkiko Nsengimana

Coordinateur

nkiko.nsengimana@bluewin.ch

Pour Amahoro People’s Congress

Etienne Masozera

President

emasozera@hotmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article