Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

Victoire-et-sa-fille-Raissa.jpgVictoire Ingabire, une mère de famille. Ici, le jour de son départ à Kigali, avec sa fille Raïssa.

 

victoire-ingabire-flyer fduVictoire Ingabire, candidate aux présidentielles de 2010

 

Victoire menottéeVictoire Ingabire menottée. Otage de Paul Kagame, elle ne courbe pas l'échine et continue de se battre pour la liberté du peuple rwandais. Au prix fort!

 

Victoire-menottee3.jpgUn an et deux mois se sont écoulés depuis l'arrestation brutale et arbitraire de la candidate aux présidentielles de 2010. Entretemps, Ben Ali est parti en exil, Hosni Moubarak croupit en prison, Mouammar Kadhafi a été exécuté comme un vulgaire bandit et son corps traîné dans le sable du désert, loin de ses tentes luxueuses. Pendant ce temps, le rwandais Paul Kagame poursuit imperturbablement ses atrocités : assassinats des opposants et des journalistes, persécution des réfugiés rwandais, provocations diplomatiques des pays amis du Rwanda. La communauté internationale le laisse faire, jusqu'au jour où sa folie ne sera plus maîtrisable. Mais ce sera peut-être trop tard pour les peuples de la région. Les patriotes, les combattants de la liberté et les vrais amis de notre peuple ne doivent pas lâcher la pression.

Victoire Ingabire Umuhoza n'est pas une criminelle.

Sa place n'est pas en prison. Cette femme, cette mère de famille, cette militante, obsédée par la liberté, l'égalité, la paix et la concorde entre toutes les composantes de la population rwandaise, doit être immédiatement libérée, sans condition. Paul Kagame, grand prédateur des libertés, criminel contre l'humanité contre les peuples du Rwanda et de RDC, doit en répondre devant un tribunal international, à l'instar de ses amis Laurent Gbagbo et Omar el Beshir. Les préconisations du Rapport Mapping du 1er Octobre 2010 sur les crimes de masse commis en RDC entre 1993 et 2003 ne doivent pas rester lettre morte. Les rescapés de ces atrocités doivent plus que jamais se mobiliser pour amener le Conseil de Sécurité des Nations Unies à adopter rapidement la résolution créant le tribunal ad hoc chargé de poursuivre et de juger Paul Kagame et ses complices. Les pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU, en particulier les membres permanents de cette institution, doivent jouer pleinement leur rôle. Le droit international humanitaire ne peut pas faire l'objet d'une application discriminatoire à l'endroit des millions de rwandaiss et de congolais victimes de l'Armée Patriotique Rwandaises de Paul Kagame.

Ambassadeur Jean-Marie Ndagijimana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Deogratias KAREGEYA 17/12/2011 20:26


 je viens de faire un commentaire sur Vitoire INGABIRE, où j'ai fait allusion à un débat télévisé entre Twagiramungu et Barayagwiza& Simbizi. Le commentaire a pour titre : Victoire
INGABIRE : La voix des sans voix. Je ne suis pas sûr si l'article est bien parti. Au cas où il ne serait pas arrivé, donc ne publiez pas cette note que j'ai faite sur le débat en question.

Deogratias KAREGEYA 17/12/2011 20:19


      le debat télévisé entre Twagiramungu et Barayagwiza & Simbizi peut se suivre sut you tube.

Deogratias KAREGEYA 17/12/2011 20:11


                      Victoire INGABIRE:
La voix des "sans voix" 


                        " dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu
es"  


 Je me rappelle que- en pleine guerre- quelques temps après l'attaque du FPR sur la  préfecture de Byumba et sa prise qui s'en était suivie, la télévision rwandaise avait organisé un
débat politique entre les férus du hutu power, à savoir la CDR, représentée par Barayagwiza et Simbizi, d'une part, et l'opposition,- acquise à la cause FPR,- et représentée par
Faustin TWAGIRAMUNGU, d'une part. Faustin TWAGIRAMUNGU avait été déclaré ennemi national numéro un à l'intérieur du pays pour avoir dit que même si la préfecture de Byumba tombait sous
les mains du FPR cela n'avait pas beaucoup d'importance vu que le FPR avait été reconnu comme une force démocratique et progressiste qui faisait usage de son aile militaire parce que cela
revenait à l'ultime moyen auquel il fallait recourir pour sauver des masses populaires subjuguées par le régime discriminatoire de Habyalimana. À l'époque, seuls quelques téméraires comme
Twagiramungu, et autres qui ont payé cher le coût de leur symphatie affichée au FPR, tout le monde jouait le nationaliste patriote dans la lignée du hutu power, du moins pour la forme et,
surtout, la survie. Alors acculé par les accusations,- car, et,  le journaliste Vénuste Nshimiyimana au micro duquel le débat devait avoir lieu semblait être de connivence
inconsciente avec les deux membres de la CDR, - TWAGIRAMUNGU a fini par déclarer que ce qui se faisait n'était que de la politique, et qu'il risquait de se rendre compte que comme un certain
politicien belge avait dit qu'il semblait qu'il n'y avait pas de politiciens au Rwanda. Et que cela serait à déplorer. Chaque fois que je lis ou entends à la radio le cas Victoire INGABIRE,
la première chose qui me vient à l'esprit est de me poser la question de savoir si le régime de Paul KAGAME a des conseillers politiquement intelligents, ou si tout le monde préfère lui dire
que ce qui fait bonne musique à son oreille. Cette dame aussi singulière que"Ndabaga" a eu un courage extraordinaire, compte tenu le caractère phallocratique qu'a
toujours revêtu la société rwandaise, de se rendre à Kigali pour se poser en challenger à Paul KAGAME et battre sa campagne. Cet acte en lui même constituait un coup de publicité internationale
pour cette petite rwandaise  jusque là inconnue de la scène politique. Ce qu'elle défend et declare au su et au vu de toute la communauté internationale n'est que chose connue. Le malheur en
est que ce n'est peut être pas le moment propice pour les super maîtres du monde pour la" pistonner". Elle n'est pas une criminelle, au contraire elle veut être la voix des "sans voix" qui
sont sans voies et moyens d'expression car traqués par les agents d'un état policier, avec à la tête le dictateur Paul Kagame. On va la malmener pour finalement la relâcher, ou si pire
encore quelquechose de sinistre lui arrivait, la dame se verrait portée au rang des défenseurs universels des droits de l'homme tel que les Mandela, Ghandi, Luther King
Junior..... Kigali continue à faire la publicité de cette championne, et comme" u Rwanda rugeze iwandabaga", laissons cette citoyenne et vraie nationaliste patriote jouer ses cartes.
Qui sait ? Telle une personne dans une maison qui prend feu, le Rwanda se voue à tous ses "saints". C'est à envier, ce courage hors du commun quand une femme
applique pratiquement et sur le champs ennemi le sacré credo de Martin Luther King Junior:" un homme qui n'est pas capable de mourir pour une juste cause n'est digne de
vivre." Chapeau à Madame !  Intellectuels académiques du régime de Kigali préfèrent passer pour des illéttrés en sciences politiques et relations
internationales. Le jour va bientôt venir où les excuses ne seront plus acceptables, aucune sortie honorable envisageable, et une mort ignominieuse à la kaddhafi ou une déchéance à
la bagbo seront une seule garantie. Entre temps faites de la publicité tous azimuts à Victoire INGABIRE. En tout cas, elle le mérite.