Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

(AFP)

PARIS — Le Conseil des ministres a nommé mercredi un ambassadeur de France au Rwanda, dans la foulée de l'annonce il y a dix jours de la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, a rapporté le porte-parole du gouvernement Luc Chatel.


"Une proposition va être très prochainement faite aux autorités rwandaises", a-t-on précisé à l'Elysée sans donner le nom de cet ambassadeur, arguant qu'il devait encore obtenir le feu vert de Kigali avant d'entrer en fonctions.


La France et le Rwanda ont repris le 29 novembre leurs relations diplomatiques, rompues par Kigali fin 2006 après l'émission par la justice française de mandats d'arrêt visant des proches du président Paul Kagamé.

Ces personnalités sont soupçonnées d'être impliqués dans l'assassinat en avril 1994 de l'ex-président rwandais hutu, Juvénal Habyarimana, considéré comme l'élément déclencheur du génocide au Rwanda. Les massacres ont fait, selon l'ONU, au moins 800.000 morts pour l'essentiel d'ethnie tutsie.


Ce rétablissement a été annoncé à la faveur d'une visite express à Kigali du secrétaire général de la présidence Claude Guéant et du conseiller de Nicolas Sarkozy chargé des questions africaines, André Parant.

La France nomme un ambassadeur au Rwanda

 

Par Reuters, publié le 09/12/2009

 

PARIS - La France a nommé en conseil des ministres un ambassadeur au Rwanda, trois ans après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, annonce le porte-parole du gouvernement Luc Chatel.

 

La présidence française a cependant refusé de révéler son nom tant qu'il n'aurait pas reçu l'agrément du Rwanda. "Une proposition va être très prochainement faite aux autorités rwandaises", s'est borné à faire savoir l'Elysée.

La France et le Rwanda ont annoncé le 29 novembre le rétablissement de leurs relations diplomatiques, après une rencontre à Kigali entre le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant et le président Paul Kagame.

 

Le Rwanda a rompu ses relations diplomatiques avec la France le 24 novembre 2006 à la suite d'une procédure judiciaire menée par le juge antiterroriste français Jean-Louis Bruguière sur plainte des familles de l'équipage français de l'avion du président rwandais Juvenal Habyarimana, abattu en avril 1994 par des missiles sol-air à son atterrissage à Kigali.

Cet attentat a déclenché des massacres qui ont fait plus de 800.000 morts, dont une majorité de membres de l'ethnie tutsie.

 

Les magistrats antiterroristes français ont lancé en 2006 des mandats contre neuf officiels rwandais proches de Paul Kagame, leur imputant l'attentat du 6 avril 1994 et donc une responsabilité indirecte dans ce génocide.

De leur côté, les dirigeants arrivés au pouvoir à Kigali après les massacres accusaient la France d'avoir contribué à ces crimes et protégé certains de leurs auteurs en leur permettant de venir sur son territoire.

 

En octobre dernier, Paris a refusé l'asile politique à la veuve de Juvénal Habyarimana, Agathe Habyarimana, qui avait quitté le Rwanda trois jours après l'attentat du 6 avril 1994 contre l'avion de son mari.

En mars, la justice française avait en revanche levé le mandat d'arrêt visant Rose Kabuye, chef du protocole de la présidence rwandaise, mise en examen pour son rôle présumé dans l'attentat contre Habyarimana.

 

Le gouvernement rwandais avait à cette occasion exprimé sa "satisfaction".

Arrêtée le 9 novembre 2008 en Allemagne, Rose Kabuye, considérée comme une proche du président Paul Kagame, avait été extradée vers la France. Elle a depuis regagné son pays.

Selon l'Elysée, les autorités rwandaises avaient multiplié depuis quelques temps les messages sur leur volonté de normaliser leurs relations avec la France.

 

Le Rwanda devrait également nommer rapidement un ambassadeur. La France souhaite que le sien reçoive rapidement l'agrément des autorités rwandaises, afin qu'il puisse rouvrir le plus tôt possible l'ambassade française à Kigali.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article