Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMVN

Ijambo ry'ibanze ryanditswe na France-Rwanda Tribune

Mu gihe ingoma ya Kagame iregwa ubwicanyi mu Rwanda no muli Kongo, ikaregwa urugomo no kwica abanyarwanda batuye mu mahanga, ambassaderi uhagaraliye iyo ngoma-mpotozi mu Bufransa yatangiye ingendo mu mijyi ituwe n’abanyarwanda benshi, abareshyareshya, ababeshya ko amahoro ali yose mu Rwanda. Leta yica impunzi zayo mu mahanga, Leta-ndozi ikwirakwiza amarozi bise maï-sumu yo kwivugana bamwe mu bitwa ko barwanya ubutegetsi bwa Kagame, ali muli Afrika y’epfo, ali mu Bufransa cyangwa mu Bubiligi, ishobora ite guhumuliza abo ishaka kulimbura ikoresheje amasasu n’amarozi ?

Leta ibuza abanyarwanda bakomoka mu bwoko bumwe kwibuka ababo ntishobora kwunga abanyarwanda.

Leta ivangura amoko hagati y’abapfuye ntishobora kwunga abazima.

Kalege_Kayumba-Olivier_Nshunguyinka.jpgAbagaragara neza kw’ifoto, ni bamwe mu ntore za Kagame zali zishagariye Ambassaderi Jacques KABALE (umusore w’uruhara wubitse amaso). Uhagaze inyuma ya ambassaderi ni igiharamagara Maneko wa DMI, Olivier Kayumba (afashe icupa rya byeri mu ntoki kandi arareba nabi umufotora nkaho atabyishimiye), na « Ngwino urebe » Dieudonné Nshunguyinka, alias Barafu (ahagaze mu nguni iburyo arasekera icupa rya byeri ya barafu). Umwe mu bali mu nama y’i Toulouse n’ahandi Ambassaderi yagiye hose yatubwiye ko intumwa za ambassade zibijijwe kunywera mu birahuri;  ngo baba batinya ko impunzi zazabaha  ya marozi ahuhura bucece mu mezi atarenze abili (dixit Lt.Col Dan Munyuza).

Abanyarwanda b’i Toulouse babonanye na ambassadeur Jacques Kabale. 

Twaramubajije, namwe twarababalije.

Hashize ukwezi ambassadeur w’u Rwanda, Bwana Jacques KABALE, atangiye kuzenguruka imigi minini y’u Bufransa, ashaka kubonana n’abanyarwanda bahaba, no kubagezaho amatwara ya Leta, kubabwira ngo mu Rwanda ni amahoro, ngo amajyambere ni yose, ngo umutekano nta kibazo. Tumenye ko ubu nta munyarwanda ukibeshya undi ngo bikunde, cyane cyane uwahunze ibyo yiboneye. Iyo mibonano igamije guhamagalira abanyarwanda kuyoboka ambassade, gutaha mu Rwanda, bakajyana imali yabo, imishinga, ubwenge bwabo ndetse n’ikoranabuhanga.

 Muli izo ngendo, Bwana Kabale agendana n’abakozi be. Kuwa 18/06/2011, i Toulouse, bali banaherekejwe n’uwitwa NSHUNGUYINKA Dieudonné, utali umukozi wa ambassade. Yaje ashinzwe kutureshya no kutubwira ibyo yabonye mu Rwanda ubwo yagiyeyo muli programme ya « Ngwino urebe ». Aliko iyo umujyanye ku ruhande mukavugana, ubona ko nawe nawe hali byinshi mu byo avuga atabonera ibisobanuro, akarya iminwa. Ni ikiraka yabonye, ali kugikora … ikinamico rya Rusisibiranya…

Twaje muli uwo mubonano tugera kuli mirongo ine na batanu (45). Ntakitakozwe ngo n’abatuye Bordeaux, Montpellier ndetse na Marseille n’ahandi nabo baze, aliko umubare ntiwarenga aho. Twaboneyeho kubaza ambassadeur ibibazo bibogamiye abanyarwanda benshi muli iki gihe, kuko twasanze kubaliza rubanda ali bwo buryo bwiza kuli twe bwo kwihesha agaciro. Ntitwashoboye kubaliza aho mu nama ibibazo byose twali twateguye. Kandi n’ibicye twabajije ntabwo byashubijwe ku buryo bushimishije, ndetse hali n’ibyo ambassadeur yanyuze ku ruhande. Dutahira aho. Aliko twamushyikilije inyandiko y’ibyo bibazo, arayakira.

Ubu dutegereje ko aduha ibisubizo bishimishije kandi byazashimisha abanyarwanda benshi muli rusange. Nibigenda bityo, gouvernement y’u Rwanda nayo izaba yihesheje agaciro. Kuko agaciro k’ubutegetsi kagaragazwa n’ubushobozi bufite bwo kurangiza ibibazo, cyane cyane guha rubanda ituze n’amahoro. Atali ibyo, agaciro byaba ali amagambo gusa, adafite ireme.

Ibibazo murabisanga mu ruvange rw’indimi ebyili : ikinyarwanda n’igifransa. Twabikoze ku bushake, dore ko wagira ngo uruvange rw’indimi nirwo rugezweho muli iki gihe mu rwatubyaye. Ni bimwe by’umwera uturutse ibukuru…. Ngiyi rero inyanduko twashyikilije ambassadeur Jacques Kabale. Namwe twarababalije.

Questions à Monsieur l’Ambassadeur du Rwanda en France lors de sa rencontre avec la diaspora rwandaise à Toulouse le 18/06/2011.

 I. Mémoire du génocide

Le respect dû aux morts

1- Monsieur l’ambassadeur, les mémoriaux du génocide rwandais font aujourd’hui l’objet d’une polémique même entre rescapées. D’une part, les restes humains des victimes sont exposés, en contradiction avec la coutume rwandaise et même en contradiction avec les pratiques universelles selon lesquelles un mort doit être respecté et recevoir une sépulture digne d’un être humain.

Q : Est-ce que le gouvernement que vous représentez, Monsieur l’ambassadeur, compte continuer cette pratique d’exposer les restes humains au mépris des familles des victimes et de la tradition rwandaise ? Avez-vous eu l'accord des familles des rescapées de ces victimes ?

2- Ensuite, les informations persistantes et l’analyse de situation basée sur les statistiques et le recensement effectué par votre gouvernement indiquent que les mémoriaux du génocide pourraient contenir des restes aussi bien des Tutsis que des Hutus, étant donné que l’on ne connaît pas la destination des corps des victimes des ethnies autres que tutsis tombées dans les environs de ces sites pendant et après le génocide.  En particulier pour le mémorial de Gisozi, le gouvernement n’a à ce jour pas montré la destination des corps des victimes tombées au cours des bombardements de trois mois de la ville de Kigali et ses environs et au cours de la période après le génocide.
Q : Pourquoi votre gouvernement continue-t-il de refuser de reconnaître cet état de fait ?

 3- Par ailleurs, d’après certains rescapés, votre gouvernement oblige les familles à exhumer les leurs pour aller les exposer dans les mémoriaux, ajoutant ainsi du traumatisme aux survivants.
Q : Trouvez-vous cela normal ?

4- Imirambo y’abanyarwanda yatoraguwe muli Uganda Leta y’u Rwanda yafashe icyemezo n’ingamba z’uko ishyingurwa mu cyubahiro muli mémorial de Rakai (Uganda).

Q : Imirambo y’abanyarwanda yabonetse mu mashyamba ya Congo nk’uko byerekannywe na raporo ya ONU, Leta muhagaraliye iteganya iki ngo nayo ishyingurwe mucyubahiro ? Abaguye muli Kongo nabo bali abene gihugu cy’u Rwanda.  

La discrimination des morts conduit à celle des vivants 

5- Les personnes d’origine mixte Hutu-Tutsi peuvent commémorer publiquement la mémoire de leurs parents tutsis. Mais il leur est interdit de le faire pour leurs parents Hutus. Cette interdiction n’est-elle pas en soi une barbarie ? une discrimination des morts qui laisse présumer aussi une discrimination des vivants ?

Président Kagame yaravuze ngo « utibuka agera aho nawe akiyibagirwa ».  Ese kubuza abantu kwibuka ababo ntiyaba ali intandaro yo  kugira ngo amaherezo nabo baziyibagirwe ?

6- Comment faire la réconciliation des rwandais alors que votre gouvernement continue à attiser la haine ? En effet, Monsieur l’ambassadeur, le génocide est une tragédie humaine. Pour que cela ne se reproduise plus, le souvenir est une nécessité absolue. Cependant, à force d’exposer les restes humains, cela finit par maintenir les rwandais dans un traumatisme. En voici un exemple parlant : le cas des élèves qui ont été hospitalisés récemment à la suite d’un traumatisme subi lors de la visite du mémorial, 47 élèves à Sainte Famille et 19 à Musanze.

 Q : Pourquoi votre gouvernement veut-il pérenniser le traumatisme lié au génocide dans les têtes des rwandais et maintenir ainsi le mental sociétal au niveau de 1994 ? N’y a-t-il pas  une contradiction entre l’affichage concernant la réconciliation des rwandais et la réalité sur le terrain qui, par les moyens de l’état, entretien la peur, la vengeance, la souffrance et l’humiliation du peuple ?

7- Par ailleurs, le cas des ecclésiastiques dont 3 évêques et 9 prêtres massacrés le 5 juin 1994 à Gakurazo est aussi une illustration d’une ségrégation des morts instituée par l’Etat, Monsieur l’ambassadeur. Pourquoi le gouvernement que vous représentez refuse-t-il encore aujourd’hui   l’inhumation de ces personnalités suivant les procédures respectueuses de leur rang ? Combien de temps le peuple doit-il endurer ce genre d’humiliation volontairement entretenue depuis plus de 17 ans ?

II. Démocratie, libertés politiques et d’expression : la prison, la torture et les assassinats

8- Monsieur l’ambassadeur, muravuga ngo mu Rwanda ni heza, hali ituze n’amahoro. Muradushishikaliza gutaha no kuzana imishinga ndetse n’imali. Aliko tuzi ko hali umunyarwandakazi, Victoire INGABIRE Umuhoza, watashye ku bushake bwe, batagombye kuza kubimushishikaliza. Yageze mu Rwanda, ubutegetsi bwanyu bumuhimbira ibyaha, muramufunga. Ese mubona icyo ali ikimenyetso cyadushishikaliza gutaha ?

Mme INGABIRE arafunzwe, kandi si we wenyine. Elle est en prison avec d’autres prisonniers politiques que vous n’ignorez pas, Monsieur l’ambassadeur. Il y a aussi en prison Maître Bernard NTAGANDA du parti PS IMBERAKULI, M. Déo MUSHAYIGI du parti PDP, Monsieur Charles NTAKIRUTINKA, les journalistes Madame Saidath  Mukakibibi et Madame Agnès Uwimana Nkusi du journal UMURABYO, et bien d’autres prisonniers politiques. Dans ces conditions, où est la paix au Rwanda ? Où est la liberté, Monsieur l’ambassadeur ?

Des militants des partis politiques sont harcelés. Le parti FDU a été empêché de s’enregistrer, le parti des Verts, Democratic Green Party of Rwanda, a vu ses militants frappés et agressés physiquement et empêchés de se réunir en assemblée constituante de leur parti politique. Comment  voulez-vous, Monsieur l’ambassadeur, nous encourager à rentrer dans notre pays où votre pouvoir emprisonne à tour de bras ? Où est la démocratie dans notre pays ? Où sont les libertés publiques qui devraient revenir à chaque citoyen ?


9- Abantu balicwa mu Rwanda. Mulibuka Vice-Président wa Green Party, André KAGWA wishwe agacibwa umutwe. Mulibuka umunyamakuru RUGAMBAGE Léonard warasiwe ku irembo iwe. Les exemples sont tellement nombreux pour montrer qu’un citoyen en désaccord avec le régime en place ne peut pas survivre au Rwanda : LE CERCUEIL ou avec un peu de chance l’EXIL. La situation est telle que les organisations de défenses  des droits de l’homme viennent de tirer la sonnette d’alarmes (HRW, AI, CPJ).

Q: Bwana Ambassadeur KABALE, ubutegetsi bugilirwa icyizere iyo buteze amatwi ababugannye. Ibibera muli camp Kami, ku Kabindi ku Kimihurura, muli za Brigades, kwa Kabuga mu Muhima n’ahandi henshi ntibikili ibanga. Ese dutahe mu gihugu, mu gihe n’abakilimo imbere babyigana basohoka, bakiza amagara yabo ?

10- Le négationnisme, le terrorisme et l’idéologie génocidaire sont devenus des infractions taillées sur mesure et floues, destinées à évincer vos adversaires politiques. L’utilisation de ces infractions est condamnée par les organismes internationaux comme HRW et Amnesty International, car elle bafoue les droits de la personne.

Q : Quand est-ce que vous allez réviser ou même abroger la loi sur l’idéologie génocidaire, qui est une loi floue, vague et ne permettant pas une définition claire et une interprétation précise des faits visés ?

III. Economie du Rwanda : le développement séparé (apartheid)

11- A vous entendre et à lire les médias qui vous sont acquis, à entendre aussi les lobbyistes grassement payés pour encenser le régime dirigé par le FPR, le Rwanda serait le Singapour d’Afrique et ne tarderait pas à devenir un pays émergeant ! C’est bien flatteur et loin de la réalité économique du pays. Il est certes légitime de rêver d’un pays où le revenu annuel par habitant attendrait les 900 $ (Vision 2020 !!!) mais nous savons tous que plus de 70% de nos compatriotes vivent avec moins d’un dollar par jour. Le développement ne doit pas se confondre avec les buildings et les villas luxueuses qui poussent comme les champignons dans la ville de Kigali en même temps que les pauvres gens sans chaussures y sont interdits (sont-ils entrain de devenir des intouchables ?), que les promoteurs achètent pour moins que rien des habitations modestes pour y ériger les centres commerciaux ou abandonner le terrain en jachère.

La population rurale est laissée à elle-même et à quelques organisations religieuses qui ont le courage de braver le courroux du régime. Les cultures vivrières ont été remplacées de force par les cultures d’exportation : d’où l’arrachage des bananiers pour planter les fleurs, ou des soi-disant aubergines qui se muent en plantes sauvages non comestibles (intoryi bateye zahindutse intobo). Cette politique d’exportation affame la population. Viserait-elle à obtenir plus de devises, lesquelles devises permettent au président Kagame d’acheter pour lui  deux avions avec protection anti-missiles pour la coquette somme de 150 millions de dollars ? Vous savez, Monsieur l’ambassadeur, que ces avions privés sont ensuite loués à l’Etat pour assurer les nombreux déplacements du président Kagame, y compris des déplacements privés tels que aller rendre visite à son fils Cyomoro, et c’est l’Etat qui paye la facture lourde. 

La discrimination économique dont souffre la population rurale n’épargne pas les fonctionnaires moyens au moment où l’élite dirigeante croupit sous le poids du confort (25.000Frw mensuel pour un instituteur et 10 millions de Frw pour Kagame !!!)

Q : Que répondriez-vous, Monsieur l’ambassadeur, à ce constat de pauvreté et de désespoir du peuple rwandais ?

12- Monsieur l’ambassadeur, la politique de l’habitat du gouvernement que vous représentez vient de détruire les maisons en toit de chaume (nyakatsi), ce qui a jeté en pleine nature les familles entières qui se retrouvent sans toit. Les personnes pauvres et fragiles, femmes, enfants, vieux, malades, subissent des intempéries de toute nature, jour et nuit.

Q : Quand est-ce que le gouvernement cessera cette politique absurde et cynique de détruire les habitations des pauvres sans rien proposer à la place et sans donner des moyens ? N'est-il pas urgent de reloger ces malheureux ?

IV. Le Rwanda, pays exportateur de l’insécurité et de la terreur

13- Concernant le problème de l’insécurité, les 17 ans de votre pouvoir ont été marqués  par des assassinats politiques qui vous sont imputables. La vie des exilés a été menacée au Kenya, en Afrique du Sud, au Congo, en Belgique, … par les escadrons de la mort. Et le dernier cas en date concerne des exilés rwandais à Londres. La Police de Londres a averti que leurs vies  sont menacées par le gouvernement de Kigali. Monsieur l’ambassadeur, natwe hano tugenda twikandagira kuko tutazi niba ubwo bwicanyi butazagera na hano.

Q : Ko Leta muhagaraliye ivuga ko ataliyo ibikora, nkamwe muyihagaraliye mukora iki kugirango abanyarwanda bali hanze bekugumya kuraswa nk’uko byamaze kuba muli ibi bihugu twavuze haruguru ?

Aliko ngo ibuye lyagaragaye ntiliba likishe isuka, kandi n’ibihugu byatwakiliye bikulikirira hafi iyo migilire mibi. Bazakomeza bafatire abicanyi mu cyuho nk’uko byagenze muli Afrika y’epfo n’i Londres.

V. L’image du Rwanda à l’étranger écornée suite à une mauvaise gouvernance

14- Monsieur l’ambassadeur, l’image du Rwanda à l’étranger est écornée. Votre tournée en France vise-t-elle à redorer cette image ? Vous vous souvenez des visites ratées  du président Kagame à Madrid et à Bruxelles en 2010, quand les responsables politiques ont refusé de le rencontrer et qu’il a été obligé de repartir précipitamment. Vous êtes au courant des mandats d’arrêt espagnols qui visent 40 personnes de votre régime. A cela s’ajoute l’enquête française sur l’attentat du 06/04/1994 dans lequel des personnes dont le président Kagame seraient impliquées. Il en est de même du rapport Mapping où votre armée et sa hiérarchie sont impliquées dans les crimes commis en RDC.

Le Rwanda a pris l’étiquette d’un pays qui exporte la terreur, au Congo (RDC), au Kenya, en Afrique du Sud, à Londres, contre les ressortissants rwandais exilés. Les rwandais de l’extérieur avons honte de cette situation et sommes souvent visés du seul fait d'être originaires d’un pays de terreur.

Q : Que comptez-vous faire, Monsieur l’ambassadeur, pour redonner une bonne image à notre pays et redonner aux Rwandais la fierté d’être Rwandais ?

VI. Les tribunaux Gacaca : un outil politique d’injustice

15- Monsieur l’ambassadeur, les tribunaux Gacaca vont fermer d’ici la fin de l’année 2011. Or, on sait qu’il y a des contestations des personnes qui voudraient avoir recours quant aux prononcés les concernant. On sait également qu’il y a eu des erreurs judiciaires sur des personnes condamnées ou emprisonnées à tord. Nous nous rappelons des hommes d'affaires Munyagasheke, Nyagasaza,  Mugambira retournés volontairement au Rwanda mais qui ont été mis en prison suite aux délations gratuites des occupants de leurs biens immobiliers. Cette situation a été fréquemment vécue lors des procès Gacaca. Bref, les tribunaux Gacaca laisseront un goût d’inachevé.
Q : Que compte faire le gouvernement rwandais pour corriger les erreurs et faire justice par rapport à ces insatisfactions ? Y aura-t-il un supplétif à ces tribunaux ou alors les citoyens lésés seront-ils des laissés pour compte ?

16- Les tribunaux Gacaca et le TPIR ont poursuivi les présumés auteurs hutus des crimes de génocide, laissant de côté volontairement les autres suspects auteurs des crimes commis concomitamment, sur le même temps et le même espace.

Q : Y aura-t-il d’autres tribunaux pour juger les crimes commis par les militaires du FPR en 1994 (avant, pendant et après le génocide) et même jusqu’à nos jours ? Comment comptez-vous couper court avec cette impunité qui a trop duré ?

Nous vous remercions, Monsieur l’ambassadeur, de l’intérêt que vous voudrez bien porter à nos interrogations et à nos souffrances. Nous avons besoin des réponses pratiques et concrètes de votre part. C’est à cela que nous reconnaîtrons un bon dirigeant.

Association des Rwandais de Toulouse

Adresse : association.art@free.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article