Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Museveni-souriant.jpgGenève Finance) - C’est une partie de bras de fer à 12 milliards de dollars qui se joue ces jours entre Paris et Kampala. Pour Yoweri Museveni, le pétrole issu des importants gisements ougandais doit, pour l’essentiel, être traité sur place et alimenter une raffinerie d'une capacité de 180 000 barils par jour.

Pour Total, ce pétrole doit être exporté brut via un oléoduc. C’est à cette condition que l’investissement projeté à 12 milliards de dollars par Total et ses partenaires, le britannique Tullow Oil et le chinois CNOOC, pourra se faire.

Dans ce contexte délicat, le président Afrique de Total, Jacques Marraud des Grottes, a rencontré le président Yoweri Museveni à Kampala et tenté d’obtenir son approbation pour la construction d'un oléoduc d'exportation. Mais, même en concédant la construction d’une raffinerie plus modeste, destinée au marché local, il semble que le groupe Total ne soit pas parvenu à faire bouger les lignes.

La situation paraît bloquée alors que les importantes réserves découvertes dans la région du Lac Albert seront bientôt prêtes à l’exploitation.

Lire aussi

28/01/2013 - L’Ouganda met 13 nouveaux blocs d’exploration sur le marché

17/01/2013 - Nouvelle découverte de pétrole pour Total en Ouganda

19/12/2012 - Tullow Oil dépose une plainte contre l’Ouganda

12/12/2012 - Ouganda : Poutine et Lukoil reçoivent Museveni à bras ouverts

http://87.98.168.22/petrole/0204-7838-total-veut-exporter-le-petrole-ougandais-mais-museveni-veut-le-transformer-sur-place

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article