Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

Soutenez le peuple congolais contre la colonisation du Kivu par les forces armées rwandaises et leurs milices. Signez cette pétition demandant au département d’état américain l’application immédiate d’une loi votée en 2006.

Lien : http://www.change.org/petitions/secretary-of-state-hillary-clinton-help-end-the-conflict-in-the-congo

 

 

Addendum to the interim report of the Group of Experts on the Democratic Republic of the Congo (S/2012/348) concerning violations of the arms embargo and sanctions regime by the Government of Rwanda

 


La Coalition sur les Grands Lacs d'Afrique appelle les États-Unis à agir pour mettre fin à l'instabilité en République Démocratique du Congo.

 

 

Un rapport du Groupe d'Experts des Nations Unies a mis en évidence le soutien du gouvernement rwandais à des groupes rebelles agissant à l'intérieur du Congo. Divers médias ont rapporté que la Mission des États-Unis auprès de l'Organisation des Nations Unies, dirigée par l'Ambassadrice Susan RICE avait tenté dans un premier temps de bloquer le rapport, et, par la suite avait accepté sous pression d’autoriser la publication du rapport du Groupe d'experts. L’Agence Reuters affirme que « les experts (de l’ONU) ont mis en cause plusieurs hauts responsables rwandais qui sont directement impliqués ». Le matériel de l'ONU a été « vérifié par cinq sources distinctes », identifiant « des responsables » rwandais « apportant leur soutien au M23, comme le ministre de la Défense James KABAREBE, le chef d'Etat-Major Charles KAYONGA, et le général Jack[son] [NKURU]NZIZA, conseiller militaire de KAGAME ». Selon cette source, KABAREBE était « en contact permanent avec le M23 ». En dépit de l'abondance de preuves démontrant l’appui du Rwanda aux criminels de guerre (agissant) au Congo, la Secrétaire d'Etat Hillary CLINTON et le Département d'Etat américain refusent que le Rwanda rende des comptes, (et ce) en dépit d'une loi des États-Unis qui appelle à suspendre l'aide aux pays qui déstabilisent le Congo.

 

Les atrocités continuent à augmenter dans la République Démocratique du Congo, où plus de 200.000 personnes ont été déplacées de leurs foyers au cours des trois derniers mois, à la suite d'attaques par les groupes rebelles du M23 et du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP). Le soutien à la milice M23 est l'exemple le plus récent de l’appui du Rwanda aux rébellions qui continuent à dévaster des communautés congolaises. Il s’agit du dernier de nombreux cas documentés d'un tel soutien. Notons les révoltes précédentes de l'Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo-Zaïre (AFDL) en 1996, du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD) en 1998, et du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) en 2006. Il est révélateur que des anciens membres du RCD, comme le général renégat Laurent NKUNDA[BATWARE MIHIGO], ont formé le CNDP, et que, aujourd'hui, d'anciens membres du CNDP et du RCD, y compris le criminel de guerre Bosco NTAGANDA, sont membres de la rébellion M23. Ces rébellions ne sont pas des rébellions distinctes et internes, ainsi qu’on le signale si souvent, mais elles sont toutes liées à des interventions étrangères itératives du gouvernement rwandais.

 

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l'Homme, (Madame) Navy [Navanethem] PILLAY, « les dirigeants du M23 figurent parmi les auteurs des pires violations des droits de l'homme en RDC, ou dans le monde, en ce qui concerne cette matière, et bon nombre d'entre eux ont des antécédents déplorables, comprenant des allégations d'implication dans le viol de masse, et de responsabilité dans des massacres et dans le recrutement et l'utilisation d’enfants ».

 

Alors que le président OBAMA a reconnu depuis longtemps que la RDC a été déstabilisée par les pays voisins, son administration n'a pas encore sévi contre ceux qui alimentent les cycles de la violence. La nécessité de tenir les voisins de la RDC responsables faisait partie de la seule loi qu'il a parrainée en en 2006, en sa qualité de sénateur: PL109-456 ([1]). L'article 105 de cette loi donne le pouvoir au Secrétaire d'Etat américain de refuser l'aide aux pays voisins accusés de déstabiliser le Congo. La Secrétaire d'Etat américaine, Hillary CLINTON a co-parrainé cette loi.

 

Ce projet de loi est écrit depuis 6 années, mais n'a pas encore été pleinement mise en application. Le récent afflux de preuves mettant en évidence l'agression militaire du Rwanda au Congo, appelle à une mise en application de cette loi. Au Royaume-Uni, plus de 20 membres du parlement ont rejoint l'appel à suspendre l'aide financière au Rwanda, à la lumière du contenu du rapport de l'ONU impliquant le Rwanda dans son soutien aux rebelles (sévissant) au Congo. Conformément à ses statuts, le gouvernement américain devrait suspendre toute aide budgétaire militaire, bilatérale et multilatérale jusqu'à ce que le Rwanda cesse définitivement son soutien aux rebelles en RDC.

 

Etant donné la directive de l'administration OBAMA concernant la prévention des atrocités de masse, la violence actuelle sévissant dans les provinces du Kivu en RDC est un test de la volonté politique du gouvernement américain à respecter ses promesses et de faire respecter ses lois. Est-ce que l'administration reconnaîtra les atrocités dans l'Est de la RDC et utilisera la loi OBAMA, écrite afin de rendre responsables les parties déstabilisatrices? Historiquement, des sanctions économiques se sont avérées efficaces pour freiner les agressions rwandaises au-delà de la frontière. Fin 2008, la Suède et les Pays-Bas ont suspendu leur aide au Rwanda après que la preuve eût fait surface, démontrant le soutien du Rwanda du groupe rebelle du CNDP.

 

La rébellion du CNDP, parente à la rébellion du M23, actuellement dirigé par le criminel de guerre Bosco « Terminator » NTAGANDA, incriminé par la Cour Pénale Internationale (CPI), a dévasté l’Est du Congo, causant des milliers de morts et déplaçant plus de trois cents mille personnes de leurs foyers. Dès que l'aide a été retirée, le Rwanda a arrêté le général Laurent NKUNDA[BATWARE MIHIGO]. Avec une loi en application qui exigent que les États-Unis agissent comme la Suède et les Pays-Bas l’ont fait, et en sa qualité de deuxième pays donataire au Rwanda, fournissant près de 200 millions de dollars d'aide chaque année, les États-Unis ont le pouvoir soit d'aider à stabiliser la région, soit de continuer à soutenir ceux qui sont la déstabilisent. Dans leur position, les États-Unis ont à la fois l’énorme force de levier et la responsabilité de prendre des mesures.

 

La communauté internationale a échoué au Rwanda en 1994 quand elle a peu fait pour réagir et aider à prévenir le génocide, de sorte que près d'un million de Rwandais ont été massacrés au cours de trois mois. Depuis lors, les répliques de cette tragédie se sont répercutées dans la région. Bien que le Rwanda se soit stabilisé de manière significative, il est encore temps de réagir aux atrocités de masse dans la région, étant donné que plus de six millions de civils ont péri au Congo depuis 1996, date documentée de la première invasion par le Rwanda. Le gouvernement des États-Unis doit faire de son mieux pour promouvoir la paix et la réconciliation dans la région tout entière, et pas seulement au Rwanda. Cela ne signifie pas seulement de fournir une aide mais de faire preuve de diligence raisonnable. Le meilleur espoir pour mettre rapidement fin à ces atrocités est que les pays donateurs d'aide commencent à suspendre leur aide aux gouvernements qui sont responsables de l'instabilité dans la région.

 

Nous vous prions de rejoindre la Coalition pour les Grands Lacs d’Afrique (Great Lakes of Africa Coalition) afin d’exhorter le gouvernement des États-Unis à prendre des mesures rapides et décisives au Congo. Faites appel au secrétaire d'Etat Hillary RODHAM CLINTON, pour qu’elle aide à mettre fin à l'impunité au Congo par l'application de l'article 105 de la Loi Publique « PL 109-456 ».

 

Lien : http://www.change.org/petitions/secretary-of-state-hillary-clinton-help-end-the-conflict-in-the-congo

Signataires:

Institute for Policy Studies, Foreign Policy in Focus (FPIF)

 

Réseau Afrique Foi et Justice – Africa Faith and Justice Network (AFJN)

 

Africa Action - Action pour l'Afrique

 

African Great Lakes Action Network - Réseau d'Action pour les Grands Lacs Africains

 

Mobilization for Justice and Peace - Mobilisation pour la Justice et la Paix

 

Fondation Shalupe Fondation

 

Friends of the Congo - Amis du Congo

 

La Fédération internationale des associations rwandaises (FEIDAR)- Vient de signer la pétition - feidar.contact@yahoo.fr



[1] US Public Law 109-456 known as the Democratic Republic of the Congo Relief, Security and Democracy Promotion Act of 2006, Section 105 says: "The Secretary of State is authorized to withhold assistance made available under the Foreign Assistance Act of 1961 (22 U.S.C. 2151 et seq.), other than humanitarian, peacekeeping, and counter terrorism assistance, for a foreign country if the Secretary determines that the government of the foreign country is taking actions to destabilize the Democratic Republic of the Congo." This was the only bill that became law that President Barak Obama as a Senator he sponsored. Also, Obama's Secretary of State, Hillary Clinton while serving in the senate, she was one of the co-sponsors of this bill. We must ask them to implement PL 109-456. (Take action now). "We encourage the DRC, its neighbours, and its partners to work together to prevent M23, the FDLR, and all other armed groups from receiving outside support in contravention of the UN Security Council’s arms embargo on non-governmental entities and individuals operating in the DRC." said Mark C. Toner, Deputy Spokesperson, in a Press Statement. Source: Institute for Public Accuracy (IPA)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ngoy 05/07/2012 11:52


Chers frères, soeurs et amis des congolais, je ne suis pas là pour vous décourager dans ces démarches qui sont louables,


nous avons tout fait pour que le Congo retrouve la paix quand je parle de nous c'est nous les congolais qui se battons pour la paix au Congo. rien n'aboutit au résultat attendu. Toutes ces
institutions et les grandes puissances de ce monde savent ce qui se passe au Congo, nous connaissons tous les rapports qui ont condamné les atrocités qui se passent au Congo, les élections et
autres demarches démocratiques initiées par les congolais est-ce que  ça a changé quelle que chose? soyons réalistes ces gens ne remettrons jamais le congo aux congolais qui veulent le
bonheur de ce beau pays, ces gens aiment le Congo mais pas les vrais congolais je pense que vous comprenez ce que je veux dire. Bref le congo sera libéré par les congolais je nous demande de
nous organiser arrêtons les bruits superfétatoires qui alertent l'adversaire. que celui qui a l'oreille entende.


Que Dieu bénisse le Congo est donne sagesse aux congolais.

FRANCE-RWANDA TRIBUNE 06/07/2012 10:56



Merci pour ce commentaire de bon sens. Mais il faut savoir que le régime de Kigali aime le silence. Le plus petit communiqué le fait trembler, sa crédibilité étant uniquement basée sur les mythes
et mensonges qui fondent sa légitimité depuis le génocide de 1994. Tous les moyens de pression sont donc, de notre point de vue, les bienvenus pour faire entendre raison au régime criminel de
Paul Kagame. C'est ce que demandent les victimes de toutes ces guerres : LA VERITE.