Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

Sommet Kampala GLACSLe président ougandais Yoweri Museweni est l'hôte du sommet de la CIRGL, Kampala, le 7 août 2012.

Reuters

Par RFI

Les pays des Grands Lacs sont réunis en sommet extraordinaire à Kampala dans le cadre de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs. Participent à la rencontre les présidents ougandais Yoweri Museveni, l’hôte du sommet, congolais Joseph Kabila, rwandais Paul Kagame, tanzanien Jakaya Kikwete et burundais Pierre Nkurunziza. Le Kenya et le Soudan sont représentés par leurs vice-présidents. L’objectif est de réfléchir aux contours d'une force neutre à déployer dans l'est de la RDC pour éradiquer les groupes armés. Mais il ne semble pas que les discussions sur ce point aient jusqu'ici donné grand-chose.

Le ministre ougandais des Affaires étrangères évoquait mardi 7 août au soir une rencontre cordiale. Mais sur la question centrale qui devait les occuper, la définition concrète de la structure et des modalités d'une force neutre dans l'est de la RDC, la discussion a visiblement été difficile entre les chefs d'Etat des Grands Lacs.

A défaut d'autre chose, selon le correspondant de RFI en kiswahili à Kampala, les présidents se sont entendus pour que leurs ministres de la Sécurité se réunissent le 15 septembre à Addis-Abeba, en Ethiopie, afin d'en reparler.

Le dossier n'est donc pas beaucoup plus avancé que le mois dernier, quand Joseph Kabila et Paul Kagame s'étaient entendus sur le principe d'une force impartiale censée combattre le M23 et les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) dans l'Est congolais.

Le casse-tête de la « force impartiale »

Or, Kinshasa et Kigali ont une conception assez différente de cette force. La RDC souhaiterait notamment que les soldats de la Mission de l'ONU (Monusco) soient mis à contribution. Mais pour le Rwanda, qui reproche à la Monusco de prendre partie pour les autorités congolaises, ça n'est pas envisageable.

S'il fallait former cette force avec les soldats de pays voisins, qui y participerait et qui financerait ? Rappelons que le Kenya, le Burundi, l'Ouganda sont déjà pourvoyeurs de troupes pour combattre les insurgés islamistes en Somalie.

La dernière journée du sommet, ce mercredi, apportera peut-être des éléments de réponse.

L’appel d’Hillary Clinton à « tarir le soutien aux rebelles du M23 »

Lors d'une conférence de presse tenue à Prétoria dans l’après-midi, et après une rencontre avec la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Maïté Nkoana-Mashabane, Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine a exhorté les Etats d'Afrique centrale, y compris le Rwanda, à coopérer pour tarir le soutien dont bénéficient les rebelles du M23 dans l'est de la RDC.

« Le M23 est certainement le groupe armé connu le plus actif qui menace les populations de l'est du Congo actuellement, a déclaré la secrétaire d'Etat américaine.Mais ce n'est pas le seul. Il y a eu, de manière constante, des violences perpétrées, des viols, des tueries et de terribles violations des droits de l'homme ces dernières années par différents groupes rebelles criminels. Nous soutenons les efforts de la RD Congo, et nous exhortons tous les Etats de la région, y compris le Rwanda, à travailler ensemble pour tarir le soutien aux rebelles du M23, pour les désarmer et pour traduire leurs leaders devant la justice. Je pense qu'il est impératif d'agir vite, peu importe quelles seront les décisions qui seront prises au sommet de Kampala », a-t-elle conclu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article