Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

Le Partage des richesses comme monnaie d'échange pour la paix en RDC ?
Ecrit par : Eugène Bakama Bope

En 2009, lors de sa mini-tournée en République démocratique du Congo (RDC), Nicolas Sarkozy voulait apporter sa pierre au règlement du conflit qui ravage l'est du pays. En fait, il devrait surtout s'employer à dissiper, auprès de son homologue Joseph Kabila, puis devant le Parlement et le Sénat réunis en congrès, le malentendu suscité par l'initiative de paix dévoilée en janvier 2009.


En suggérant un "partage des richesses" entre la RDC et le Rwanda, il avait suscité un tollé à Kinshasa, qui y a vu une tentative d'amputer son territoire et contraint Paris à réduire ses ambitions. Il n'est plus aujourd'hui question d'une exploitation conjointe des ressources minières du Kivu mais de coopérations "pratiques" bien plus modestes.


"Il n'y a pas de plan français, simplement la volonté d'apporter de nouvelles idées", assure-t-on à l'Elysée en niant tout lien entre la démarche du président et ses tentatives de réconciliation avec le Rwanda. "Cette idée de marchandage honteux n'a aucun sens".


Voila un an après, lors de sa visite au Rwanda, Nicolas Sarkozy récidive encore en défendant l’idée d’un partage de richesses entre la RDC et le Rwanda en ces termes : « Tout ce qui fait qu’ils parlent, qu’ils se concertent (Kagame et Kabila ou la RDC et le Rwanda), qu’ils s’organisent, la France le soutient mais ce n’est pas à la France de leur dire comment ils vont faire la paix, comment le meilleur partage des richesses se fera,… » a dit Sarkozy dans une conférence de presse à Kigali, le 25 février 2010.


Ces propos, qui n’ont pas été condamnés par les autorités congolaises qui ont préféré garder silence au lieu de défendre les intérêts du pays, démontrent que le partage des richesses de la RDC reste dans l’agenda de la France de Sarkozy.


Il sied de rappeler que l’immensité de la superficie de la RDC et les richesses dont cette dernière regorge dans son sous-sol constituent le don de Dieu et les acquis de la conférence de Berlin. Les richesses de la France ne sont pas celles de la Belgique ni de l’Allemagne vice-versa.


La RDC et le Rwanda n’ont pas des richesses communes, mais peuvent coopérer dans le cadre des structures régionales comme c’est le cas de la CPGL.


L’organisation étrange des richesses de la RDC ne peut en aucun cas justifier la mise en place d’un dialogue qui pourrait amener le Rwanda et la RDC à partager les richesses qui se trouve dans le sous-sol de cette dernière. Cette idée de Sarkozy risque par contre d’envenimer la reprise de la coopération bilatérale entre les deux pays.


De même, le soutien de l’armée rwandaise pour la neutralisation des FDLR à travers Umoja Wetu ou l’arrestation de Nkunda ne peut justifier un quelconque partage des richesses.


Le territoire congolais et les richesses qui s’y trouvent sont la propriété de la RDC et non une copropriété avec le Rwanda. Certes, la RDC a signé des accords d’exploitation commune du pétrole dans la zone d’intérêt commun avec l’Angola, de même avec l’Ouganda pour l’exploitation commune du pétrole dans le Lac Albert.


L’on peut alors, se demander quelles sont les richesses qui se trouvent à la frontière de la RDC et du Rwanda qui nécessitent un partage ?


Aujourd’hui, tout porte à croire que, l’intervention du Rwanda dans l’opération Umoja Wetu ou dans l’arrestation de Nkunda ne s’est pas faite pour les beaux yeux de congolais mais pour obtenir un partage des richesses de la RDC.


Si le Rwanda est devenu exportateur de certains matières premières dont il ne dispose pas sur sous-sol, c’est aussi par la faute des congolais qui pour atteindre le pouvoir ( AFDL, RCD, CNDP..) se sont appuyés sur le soutien du Rwanda qui forcement avait des intérêts économiques et géo stratégiques.


En définitive, si pour certains, atteindre le pouvoir avec le sang des congolais en main constitue une prime à la capacité de nuire, pour d’autres, l’acquisition des richesses congolaises est le but principal de leur intervention.

La RDC est comparable à cette belle fille, victime de sa beauté et incapable de se protéger et défendre ses avoirs.

Ecrit par : Eugène Bakama Bope

Lundi, 08 Mars 2010

© Copyright C-Rétro-Actuel

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dieudonné Kabongo 12/03/2010 18:37



Sarkozy avec le partage des richesses congolaises.


 


Pourquoi nous ne partagerions qu'avec le Rwanda alors que nous avons neuf pays frontaliers ?


Et pourquoi ne partagerions- nous pas carrément avec toute l'Afrique centrale ?


Et pourquoi pas toute l'Afrique ?


 


La logique voudrait peut-être qu'en guise de remerciement de cette idée géniale, l'on partage la dette de la
responsabilité française dans le drame ruandais avec l'hexagone de Sarkozy en perte de vitesse dans sa France où il s'emberlificote avec des projets qui tombent les un après les autres, le
dernier en date étant le débat sur l'identité nationale initié par lui qui est d'origine hongroise.


 


A cause de cette idée, les français ne savent plus où donner de la tête, et même Zidane en perd la sienne.


Je pense qu'il faut un Thierry Henry pour donner un coup de main à Nicolas Sarkozy qui n'a pas encore compris que le
Congo est un pays souverain dans lequel chaque congolais sait qui il est et qu'il n'est point nécessaire d'un débat national sur ce sujet.


 


De ce fait les congolais sont seuls à décider vers qui tendre la main ou pas.


Si Nicolas Sarkozy pense se dédouaner par rapport au génocide ruandais au dépend de celui qui se passe au Congo sous
l'indifférence du monde entier, qu'il sache que nous ne sommes pas prêts à partager nos richesses avec ceux que nous avons jadis accueillis et qui nous plantent un couteau dans le dos.


Nous ne sommes pas prêts à brader nos morts, Lumumba plus six ou sept millions d'autres martyrs.


 


Comment peut-il demander au bourreau de partager avec sa victime si ce n'est que parce qu'il est le commanditaire
dudit carnage ?... ou, du moins, peut-on le croire parce c'est impensable autrement.


 


Encore une fois, je suis confus par le fait que Koffi Olomide s'écrase en faveur de Sarkozy dont il est fier de
porter le nom.


 


Bien à vous


Dieudonné Kabongo Bashila Zangula Matanda...