Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Kigali, 24 février 2014 (FH) – Un tribunal de Kigali rendra son jugement le 30 mars prochain dans le procès de l’ancien sénateur Anastase Nzirasanaho accusé de participation au génocide des Tutsis de 1994, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

 

 

nzirasanaho2.jpgM.Nzirasanaho est notamment accusé de complicité dans le meurtre, en avril 1994, d’un des dirigeants du Parti social - démocrate (PSD), Théoneste Gafaranga.
Nzirasanaho, qui appartenait également au PSD, était voisin de Gafaranga. Ce dernier, un des ténors de l’opposition au président Juvénal Habyarimana, avait été désigné par sa formation politique pour faire partie du « gouvernement de transition à base élargie » (GTBE), auquel devait également être représenté l’ex- rébellion du Front patriotique rwandais (FPR, aujourd’hui au pouvoir).
Nzirasanaho, originaire de l’ancienne préfecture de Ruhengeri, dans le nord du Rwanda, a toujours clamé son innocence.
L’ancien sénateur, qui risque la perpétuité en cas de culpabilité, avait comparu début 2008 devant une juridiction populaire gacaca (pononcer gatchatcha) alors qu’il siégeait encore à la chambre haute. Le tribunal gacaca l’avait alors classé dans la catégorie des « planificateurs » présumés du génocide.
Son dossier avait été ainsi renvoyé devant un tribunal conventionnel car les gacacas n’étaient pas compétentes pour juger les suspects de cette catégorie.
Inspirées des anciennes assemblées villageoises lors desquelles les sages du village réglaient les différends, assis sur le gazon (gacaca, en langue rwandaise), ces tribunaux populaires ont officiellement terminé leurs travaux en juin 2012 après avoir jugé, en dix ans de procès, plus d’un million de personnes.
SRE-ER

 

© Agence Hirondelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article