Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Rédaction F-R-T

Omar-Leo.jpgOmar Léo, directeur de la communication du Parti démocratique vert.

Par RFI

Au Rwanda, une curieuse affaire ne semble pas trouver d'issue. Depuis plus de deux semaines, un responsable d'un parti d'opposition non reconnu, le Parti démocratique vert, est porté disparu. La police a lancé une enquête mais bien des interrogations demeurent sur le sort d'Omar Léo.

Où est Omar Léo, plus connu sous le surnom d'Oustazi ? Le responsable de la communication du Parti démocratique vert n'est plus apparu en public depuis le 15 janvier.

La police, saisie par ses proches, a ouvert une enquête lundi dernier. Un contact est maintenu avec sa soeur. Le chef du parti, Frank Habineza, a été entendu comme témoin vendredi.

Mais le porte-parole de la police rwandaise considère que si cette disparition est prise au sérieux, elle comporte aussi des étrangetés. En effet, le jeune homme est invisible de ses proches mais reste actif sur les réseaux sociaux. « Je vais bien. N'accusez personne », dit en substance Omar Léo dans l'un des ses derniers messages.

Cette activité sur Facebook ne constitue pas une preuve de vie, un individu peut très bien utiliser son compte à son insu. L'un de ses messages s'en prend d'ailleurs directement à Frank Habineza, le chef de son parti.

Conséquence immédiate : Omar Léo a été suspendu samedi de toutes ses activités au sein du Parti démocratique vert. Joint par RFI alors qu'il se trouve à l'étranger, Frank Habineza reste prudent. « Nous ne savons pas ce qui s'est passé, nous attendons les conclusions de l'enquête », concède tout juste l'opposant.

Il faut dire que depuis sa création en 2009, son parti n'a pas été épargné. Celui-ci n'a toujours pas été enregistré et, bien plus grave, en juillet 2010, le corps du vice-président du parti avait été retrouvé décapité dans le sud du pays.

 

Amnesty International accuse le Rwanda d'arrestations arbitraires et de tortures sur des détenus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article