Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMVN

Xinhua,le 09 février 2011

KaregeyaL'ex-chef du renseignement rwandais, Patrick Karegeya, qui demande actuellement l'asile en Afrique du Sud, a été accusé mardi par les autorités judiciaires de son pays de « complicité » avec le fugitif le plus recherché pour génocide, l'ex-magnat rwandais Felicien Kabuga.


Le porte-parole du Parquet rwandais Alain Mukuralinda a déclaré qu'il y avait des éléments concrets prouvant que, après le génocide de 1994, l'ex-chef du renseignement intérieur avait été en « contact secret » avec les fils de l'homme d'affaires le plus recherché dans le génocide au Rwanda, et les avait aidé à acquérir illégalement les biens de leur père, y compris deux bâtiments à Kigali, capitale du pays.

« Les procureurs enquêtant sur cette affaire ont découvert que l'ex-chef du renseignement avait, entre octobre et décembre 2003, usé de son poste pour faire en sorte que tous les biens immobiliers appartenant au magnat recherché pour génocide soient restitués illégalement à sa famille », a dit M. Mukuralinda.


« Nous envisageons de geler à nouveau tous les biens appartenant à ce fugitif très recherché et acquis illégalement », a-t-il ajouté.


Par ailleurs, le Kenya, où l'on pense que M. Kabuga est réfugié, s'est vu reprocher à plusieurs occasions, par les États- Unis et par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPI-R) basé à Arusha dans le nord de la Tanzanie, son manque de coopération pour aider à l'arrestation de ce fugitif suspecté de génocide.


La capture de M. Kabuga est mise à prix à 5 millions de dollars dans le cadre du programme Reward for Justice financé par les États-Unis.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article