Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Par Cecil Kami
 Une élection c'est normalement, pour des gens civilisés, un exercice pour choisir une personne ou un parti (entre plusieurs autres) qu'on nommera ensuite par adhésion ou approbation. Du latin eligere : « choisir ». Le mot élection a cependant une toute autre signification dans la civilisation afande, celle imposée aux Rwandais depuis 1994 par le maudit agafuni et le fameux AK47. Ici, ni adhésion ni approbation, mais peur et résignation. Ainsi se conjugue la démocratie version Front patriotique rwandais. La mission d'observation de l'Union européenne avertissait déjà en 2003 : « de sérieux problèmes ont affecté les campagnes électorales ainsi que les journées électorales. La compétition a été inégale et sans véritable opposition. Le Fpr et son candidat Paul Kagame ont dominé les deux campagnes électorales qui ont par ailleurs été marquées par un climat d’intimidation, des interpellations et des arrestations. Lors des journées électorales, de nombreuses irrégularités et fraudes ont eu lieu et le manque de transparence du processus de consolidation des résultats a été manifeste ». La question est de ce fait : comment peut-on, sans une véritable opposition et dans un climat d'intimidation, voter significativement ? 
La réponse viendra, sous forme de quatre dates, du boss lui-même lors du référendum de 2010. 24 juin : arrestation de maître Bernard Ntaganda (il sera condamné à 4 ans et détenu dans une prison où il est privé de nourriture et de soins) ; 6 juillet : arrestation de Victoire Ingabire Umuhoza la candidate des Forces démocratiques unifiés (elle écopera de 8 ans de prison pour des faits sortis tout droit des rêves du parquet); 13 juillet : décapitation, à Butare, de l'opposant André Kaggwa Rwisereka du Green party. Climat d'intimidation, disions-nous. Il s'agit ici d'un message clairement envoyé aux électeurs qui auraient pu tenter de voter pour ces politiciens. Voilà comment ce qui, ailleurs, est choix bien appréciable devient en Afandie un simple référendum dont la question – toute aussi simple – est : « Au vu du sort réservé aux candidats de l'opposition, avez-vous toujours envie de voter pour leurs partis »? Bien évidemment, non ! Et c'est cela la manifestation de l'amour du peuple pour son « guide éclairé ». En guise de bouquet final et comme pour célébrer sa « victoire », une autre date viendra s'ajouter à cette série noire de 2010 : le 17 septembre en effet, l'opposant Deo Mushayidi est condamné à la prison à perpétuité. 
Peu importe donc si, juste après cette farce électorale, un représentant des amis du vainqueur (Mike Hammer, porte-parole du National Security Council américain) dira que « Democracy is about more than holding elections » et que « a democracy reflects the will of the people, where minority voices are heard and respected, where opposition candidates run on the issues without threat or intimidation, where freedom of expression and freedom of the press are protected ». L'important pour l'Afandie avait bel et bien été réglé. En un tour de force que Kagame a voulu magistral : ils ont voulu les élections ? Ils les ont eues ! Ils, ce sont bien entendu tous les organes critiques vis-à-vis de cette dérive dictatoriale de plus en plus inquiétante de la clique Kagame. Ils avaient pourtant été bien avertis lorsque, à travers des confidences intempestives faites après une autre victoire - militaire celle-là, un des membres éminents du Fpr lançait en 1994 : « vous les Rwandais de l'intérieur (êtes) naïfs comme les Blancs » (Lire à ce propos l'ambassadeur Jean-Marie Vianney Ndagijimana dans son livre Paul Kagame a sacrifié les Tutsi, éd. La Pagaie). Cela a un nom : du mépris et ce qui en découle, de l'arnaque. 
Sauf qu'en escroquant le peuple rwandais (et ses partenaires), rafler toute la mise n'a jamais arrangé les affaires du Fpr ni de son patron. Ils veulent tout le gâteau à eux seuls, mais des miettes symboliques sont à chaque fois réservées aux Yes Men qui ont choisi d'abandonner le peuple à son pire ennemi, la dictature. En 2008 comme maintenant, les écuyers d'Afandie se partagent quelques 20% seulement des suffrages « exprimés ». Si en 2010, Kagame a sermonné les maires des communes qui ne lui avaient pas assuré 101%, aujourd'hui en allouant des sièges futiles à ses satellites, c'est le peuple tout entier qu'il pousse au bout dans sa soif de vraie liberté. Parce qu'avec cette façon d'arranger les élections, il rappelle tout simplement que la réconciliation est un mot creux, un concept ne lui servant qu'à attirer plus de devises. Il est où le poids des Fdu ? Du Rnc, du Rdi, du Pdp et de tous les partis qui n'ont pas encore voix au chapitre alors qu'on ne cesse de répéter aux crédules que l'espace politique est ouvert en Afandie... N'est-ce pas John Fitzgerald Kennedy qui disait qu'à vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes? 
Esquivant la question d'un journaliste à propos de sa gloutonnerie politique, le chef du Fpr aura cette phrase à l'intention des journalistes : «Vous avez des yeux? Servez-vous en pour voir ce qu’il se passe tout autour». Il ne croyait pas si bien dire le président. Tout autour, il y a des citoyens qu'on emprisonne parce qu'ils ont prié chez eux ; il y en a qu'on embastille parce qu'ils ont, dans une lettre, interpellé le premier ministre. Il y a des ex-militaires que l'on kidnappe en Ouganda. Il y a une inflation qui « ramène les paysans à leurs houes » et la famine gronde. Il y a des refoulés de Tanzanie qui paient le prix d'une provocation gratuite. Oui, tout autour il y a la peur du lendemain et des voisins dont se moquent les stratèges du régime sans se soucier du proverbe français disant « Il ne faut pas se moquer de la peine du voisin car la vôtre arrive le lendemain matin ». Alors législatives ou arnaque ? Bof...
 Cecil Kami (DHR)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tigrelefelin 21/10/2013 08:51


comme je l'ai dit, c'est l'homme qui a plus fait des dégats dans ce que vous appelez aujourd'hui génocide rwandais. Le Congo connait aussi son génocide mais venant du rwanda. ainsi, c'est l'homme
de la rue congolais qui va commettre plus des dégats dans sa vengeance contre les tutsi. de l'histoire, le bantu a toujour s consideré le hutu comme son frère de race et le tutsi comme un
parvenu. avec la situation actuelle non seulement le tutsi est un parvenu mais il devient maintenant un ennemi. Je vous apprends qu'il y a aujourd'hui un groupe qui est en formation au Congo va
lutter contre la présence des tutsi en Afrique centrale... ce mouvement est crée non pas par des politiciens mais par la rue. l'histoire nous en dira plus

tigrelefelin 21/10/2013 08:44


Oui nous apprecions votre réaction mais savez vous en réalité qui ont fait plus des dégats dans le génocide rwandais? L'homme de la rue qui n'avait pas les informations sur le politique de
Kagame. Ainsi, l

tigrelefelin 13/10/2013 13:26



Par Jean-Marie Vianney Ndagijimana,  Editions la Pagaie, avril 2009




LISEZ CECI CAR CET ARTICLE VOUS CONCERNE VOUS LES
TUTSI.


COMME NOUS BATTEZ VOUS POUR VOTRE LIBERTE ET L'AVENIR DE VOS
ENFANTS CAR ACTUELLEMENT LE CONGO CONSTITUE POUR VOUS UNE BOMBE A RETARDEMENT


Résumé


« Le Général Paul Kagame n'a pas arrêté le génocide tutsi comme il l'a toujours prétendu. Bien au contraire,
ce chef de guerre a délibérément provoqué le génocide, puis il a cyniquement et systématiquement rejeté toutes les initiatives des Forces armées rwandaises, des Nations Unies et de certains
pays occidentaux - dont la France - pour arrêter le massacre des Tutsi. A plusieurs reprises, il a menacé de tirer sur les troupes étrangères qui tenteraient d'intervenir pour stopper le
génocide. L'objectif de Kagame n'a jamais été de protéger les Tutsi de l'intérieur, mais de s'en servir comme prétexte pour accéder au pouvoir par la force. Il est donc coresponsable du
génocide tutsi au même titre que les autres génocidaires et doit en répondre devant la Justice et devant l'Histoire. » JMV Ndagijimana

tigrelefelin 13/10/2013 13:19


Nous disons seulement au peuple rwandais de prendre l'exemple de la RDC. Oui il y a un semblant de développement au Rwanda mais ou se trouve la paix?. Nous vous informons que vous avez plus
d'ennemis que d'amis. Votre semblant de développement va bientôt couler comme titanic car  après KAGAME, vous aurez des guerres et sur tout le long de la frontière avec mon pays la RDC car
nous gardons et nous garderons toujours une rancune contre les TUTSI votre ethnie. Alors si vous ne vous repentez pas maintenant , vous aurez encore une autre genocide car l'histoire se répète. A
bon entendeur salut

La Tribune Franco-Rwandaise 14/10/2013 17:13



Il nous semble que Paul Kagame et son régime ne représentent ni tous les Rwandais ni tous les Tutsi. Les populations frontalières rwando-congolaises ne doivent pas payer à la place des mauvais
dirigeants qui endeuillent le Rwanda et le Congo. 



kimomo 02/10/2013 17:49


tres bien d'annoncer la creation de votre nouveau parti, mais quel est son objectif, que promet-il de réel à la Nation Rwandaise, il y en plein d'autres que je nommerais de figurants, sans
politique et sana ambitions....


 


on ne fonde pas un parti juste pour s'opposer, la gouvernance et la demarche qu'il y a au Rwanda suffisent, à moins de demontrer les autres nouveautés


Twagiramungu, Ingabire,.... peuvent bien vous renseigner plutot que venir deranger la paix, la securité et le cours des progres de developpement en train de faire un cheminement considerable


si je dis tout ceci, je veux en entendre ce que vous en direz vous qui pronez du changement

MOUVEMENT RWANDAIS POUR LE CHANGEMENT 25/09/2013 14:29


Pour mùieux nous connaitre


Nous avons un blog: http://mouvementrwandaischangement.over-blog.com/


et une page facebook: https://www.facebook.com/pages/Mouvement-Rwandais-pour-le-Changement-MRC/569775383060030?fref=ts

La Tribune Franco-Rwandaise 26/09/2013 06:31



Merci. Nous en informons nos lecteurs. 



mouvement rwandais pour le changement 24/09/2013 13:22


Bonjour, avec des compatriotes nous venons de créer un mouvement d'opposition, le. Mouvement rwandais pour le changement: 

La Tribune Franco-Rwandaise 25/09/2013 10:31



Vous êtes situés dans quel pays ? Quels sont vos objectifs ? Pouvez nous faire parvenir votre charte pour une publication éventuelle sur notre site ?


Merci.


TFR