Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Arusha, 17 avril 2014 (FH) – Le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé mercredi aux Etats membres d’arrêter les personnes recherchées par la justice rwandaise ou le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour leur participation présumée au génocide des Tutsis de 1994.

 

 

L’appel a été lancé dans une résolution adoptée à l’unanimité alors que la communauté internationale commémore le vingtième anniversaire de ce génocide qui avait fait près de 800. 000 tués, essentiellement d’ethnie tutsie.
La résolution condamne par ailleurs toute négation de ce génocide et souligne qu’il importe d’en tirer des leçons.
Le Conseil de sécurité demande à tous les Etats de coopérer avec le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), le Mécanisme international chargé d'exercer les fonctions résiduelles des tribunaux pénaux et le gouvernement rwandais afin d'arrêter et de traduire en justice les neuf fugitifs restants mis en accusation par le TPIR.
Il demande aussi aux Etats d'enquêter sur les faits, d'arrêter, de poursuivre ou d'extrader « tous autres fugitifs accusés de génocide qui résident sur leur territoire, y compris les dirigeants des FDLR » (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda).
La résolution demande par ailleurs « aux Etats qui ne l'ont pas encore fait d'envisager, à titre hautement prioritaire, de ratifier la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide ou d'y adhérer et, au besoin, de se doter chacun de lois en exécution des obligations découlant de ladite Convention. »
Le Conseil invite enfin les Etats membres à se donner des programmes éducatifs pour graver dans l'esprit des générations futures les leçons du génocide.
En fin de journée, une manifestation spéciale à l’occasion de la vingtième commémoration du génocide des Tutsis a eu lieu au siège des Nations unies, en présence notamment du secrétaire général Ban Ki-moon. Une minute de silence a été observée en l'honneur des victimes du génocide.
ER

 

© Agence Hirondelle


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 25/04/2014 12:41


En violant son statut qui est pourtant limpide, le TPIR s'est définitivement discrédité et causé un grand tord contre ceux qu'il prétend oeuvrer pour leurs intérêts. Le ridicule est
devenu un mot dépourvu de sens pour le Procureur Jallow. Celui-ci est la honte des juristes africains.Il a déshonoré non seulement son pays mais également les Africains. Son
appartenance ethnique à savoir l'ethnie PEUL a altéré gravement son sens de jugement et d'objectivité. Alors qu'il a été maintes fois appelé à  faire son travail conformément aux missions
qui lui ont été confiées par le secrétaire général de l'ONU, son supérieur hiérarchique,  il a fait  comme si de rien n'était. C'est le gouvernement rwandais de Kigame qui fait le
travail à sa place et le lui remet ensuite.L'auteur des accusations contre ces prétendus fugitifs n'est autre l'Etat Rwandais de Kagame. Le procureur Jallow a oublié que les
dirigeants des FDLR ne se cachent pas et que les dirigeants historiques des FDLR dont Paul Rwarakabije, Jérome Ngendahimana et autres ont intégré l'armée de Kagame. Le Rwanda est
un Grand Pays qui vient du fond des âges. Les Rwandais sont tels qu'ils sont et quant ils parleront les juges du TPIR et autres imposteurs n'auront pas où cacher leurs
têtes.C'est une question de temps. Les Micombero et Mihigo sont et seront nombreux.