Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

Arusha, 5 novembre 2012 (FH) - Un homme soupçonné d’avoir participé au génocide des Tutsis de 1994 au Rwanda conduirait un taxi à Londres et ne peut être renvoyé devant la justice rwandaise, pour des motifs liés aux droits de l’homme, rapporte le Daily Mail sur son site internet.

Le Rwanda qui affirme qu’il y a de nombreux autres suspects encore libres en Grande Bretagne, trouve cela « inacceptable » et accuse Londres "d’indifférence".

Modeste Kennedy Hakizimana, qui clame son innocence, est le frère du major Thaddée Bagaragaza, officier d’ordonnance de l’ex-président Juvénal Habyarimana, écrit le quotidien britannique qui publie une photo du suspect.

Le major Bagaragaza est mort avec le chef de l'Etat dans l’attentat contre l’avion présidentiel le 6 avril 1994.

Selon le Daily Mail, Londres a refusé le statut de réfugié à Hakizimana au motif qu’il y avait des raisons de croire qu’il aurait joué un rôle dans le génocide des Tutsis, notamment au campus universitaire de Butare (sud) où il était étudiant en Sciences.

Le Rwandais n’a cependant pas été extradé, la Haute Cour de Londres doutant de la possibilité pour un accusé de génocide, de bénéficier d’un procès équitable au Rwanda.

« Ce n’est pas un cas unique. Il y a quatre cas de personnes qui ont été arrêtées puis relâchées », s’est indigné le procureur général du Rwanda, Martin Ngoga.

 « Il y a beaucoup d’autres cas qui n’ont pas encore portés à la connaissance du public. Mais le procureur de la Couronne est au courant », a poursuivi le magistrat rwandais.

Il s’est dit « profondément déçu de la façon de traiter cette question des fugitifs au Royaume Uni en dépit de ce que le procureur de la Couronne a essayé de faire ».

Selon l’article, Hakizimana aurait quitté sa commune natale de Giciye (nord) en avril 1994 pour retourner au campus de Butare, dans le but d’aider à dresser la liste d’étudiants tutsis à tuer.

ER/GF

© Agence Hirondelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article