Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Arusha, 8 mars 2013 (FH) - Lors d’une cérémonie jeudi à Kigali, de nombreux rescapés du génocide des Tutsis de 1994 ont mis en relief l’héroïsme de certains Hutus et expatriés qui ont sauvé des personnes menacées, parfois au prix de leur propre vie, a rapporté vendredi l’Agence rwandaise d’information (ARI).

Inspirée de l’histoire des Juifs, cette journée dédiée aux « Justes » a été marquée par des témoignages de rescapés et de sauveurs.
En 1953, le parlement israélien (la Knesset), en même temps qu’il créait le Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem consacré aux victimes de la Shoah, décida d’honorer « les Justes parmi les nations qui ont mis leur vie en danger pour sauver des Juifs ». Le titre de Juste est décerné au nom de l’État d’Israël par le Mémorial de Yad Vashem.
Parmi les témoignages entendus jeudi à Kigali, figure celui de Yolande Mukagasana, rescapée et écrivaine rwandaise dont l’œuvre est consacrée à la mémoire du génocide des Tutsis.
« Deux sœurs, Jacqueline et Renate Niyonsaba m’ont sauvée durant le génocide. C’est grâce à elles que j’ai survécu aux pires horreurs », a raconté cette femme qui vivait alors à Kigali. Auteur de « La mort ne veut pas de moi », Yolande Mukagasana, qui était infirmière, a perdu son mari et ses trois enfants pendant le génocide.
Parmi les « Justes » présents à la cérémonie, ARI mentionne Pierantonio Costa qui était consul honoraire d’Italie au Rwanda en 1994. Selon plusieurs témoignages, il a sauvé près de 2.000 personnes.
Pierantonio Costa, qui a déjà obtenu des prix pour son altruisme durant le génocide des Tutsis, a évoqué dans son témoignage jeudi ces miliciens qui « tuaient par plaisir ou par barbarie, alors que l’animal tue par nécessité pour manger sa proie ».
ER

© Agence Hirondelle

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article