Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

tshisekedi

REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE SAMEDI 21 JANVIER 2012

Digitalcongo.net
Après les élections, note t-il, il faut quitter le statu quo pour projeter un augure potentiel de la période postélectorale en République démocratique du Congo. Plus que de rêver la période postélectorale comme un séjour dans l'eldorado, il faut plutôt

 

 

 

 

RDC : QUITTE OU DOUBLE POUR TSHISEKEDI


Courrier International Blogs (Blog)

Où va Etienne Tshisekedi ? Après une longue période de silence, l'opposant congolais s'est exprimé vendredi. Le leader de l'opposition a annoncé vouloir former son propre gouvernement et a décidé "d'annuler les élections législatives". Etienne Tshisekedi a rejeté la réélection de Joseph Kabila en dénonçant une fraude massive et revendique la victoire à la présidentielle en République démocratique du Congo (RDC). Une situation très inconfortable pour le patron de l'UDPS, qui peine à trouver une stratégie efficace.

La bataille pour la présidentielle est-elle terminée pour l'opposant congolais Etienne Tshisekedi ?  Battu "officiellement" par Joseph Kabila, mais sûr de sa "victoire", Etienne Tshisekedi s'est autoproclamé "président élu" de la République démocratique du Congo (RDC). L'opposition estime que la réélection de Joseph Kabila est très contestable et entachée de multiples irrégularités. Mais la Commission électorale et la Cour suprême de justice congolaise (toutes deux proches du pouvoir) ont validé le scrutin et la communauté internationale, pourtant très critique, à laisser faire.

Etienne Tshisekedi se trouve donc dans une situation délicate. Depuis son autoproclamation, Tshisekedi est plus isolé que jamais : la rue congolaise n'a pas suivi (pas de printemps congolais) et la communauté internationale semble se satisfaire de la réélection (certes contestable) de Joseph Kabila. Après une longue période de réflexion, de consultation… et de silence, le leader de l'UDPS a donné une conférence de presse ce vendredi. Une conférence devant très peu de journalistes, puisque le quartier de Limete où réside Tshisekedi est bouclé depuis plusieurs semaines par la police congolaise. Le moins que l'on puisse dire, c'est que pro et anti-Tshisekedi n'ont pas été déçus pour le programme du "Sphinx de LImete".

Fidèle à son caractère, "intraitable", "irréductible" et "jusqu'au boutiste", nous avons assisté à du Tshisekedi "pur jus"… toujours entre le génial et le pathétique. Dans son discours, Tshisekedi persiste et signe. Le leader de l'opposition s'estime toujours le "président élu" de la dernière présidentielle et compte se rendre prochainement au Palais de la Nation afin de former son propre gouvernement. Le "président" Tshisekedi a également décidé "d'annuler les élections législatives", dont on attend toujours les résultats. Le patron de l'UDPS a annoncé  l'organisation d'un nouveau recensement de la population (dès le mois de février) et la tenue de nouvelles élections législatives et locales rapidement. Quant à une future participation à une quelconque table ronde avec le président Kabila ? Il n'en est pas question.

Une fois son programme annoncé… que peut-il se passer ? Rien sans doute. Quelques jours après les résultats de la présidentielle, Etienne Tshisekedi avait déjà appelé l'armée et la machine étatique de lui faire allégeance… dans l'indifférence générale. Il avait ensuite appelé la rue à le soutenir… sans plus de résultat. Autant dire qu'avec ses annonces de vendredi, Tshisekedi semble abattre ses dernières cartes.

Dans son propre camp, on hésite entre deux sentiments. La tendance "optimiste" estime qu'il faut aller au bout et qu'il se passera bien "quelque chose". Une autre tendance considère que "c'est mort"… et pense déjà à 2016, date des prochaines élections.

Christophe RIGAUD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article