Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

11 novembre 2013

Politiki

Les partis politiques RDI et PS,

Considérant l’évolution récente de la situation de la région des Grands Lacs africains marquée notamment par la victoire militaire de l’armée gouvernementale de la République Démocratique du Congo (RDC) sur les rebelles du M-23,

Préoccupés au plus haut point par les déclarations en date du 5 novembre 2013 de Monsieur Lambert MEMBE, Ministre de la Communication et Porte-parole du Gouvernement de la RDC, selon lesquelles les forces armées congolaises (FARDC) allaient lancer « incessamment » une offensive contre les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) pour les désarmer,

Prenant également en compte l’annonce non moins inquiétante faite le 6 novembre 2013 par Monsieur Martin KOBLER, Chef de la Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo (MONUSCO), qui a signalé que les Casques bleus allaient renforcer le contrôle des frontières pour empêcher les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) de se rendre au Rwanda,

Condamnant l’attitude irresponsable du Gouvernement de Kigali illustrée, entre autres, par la demande adressée au Conseil de Sécurité de l’ONU par l‘Ambassadeur du Rwanda auprès des Nations Unies, Monsieur Eugène-Richard GASANA, pour que cette instance ordonne à la brigade d’intervention de la MONUSCO de s’attaquer à présent aux FDLR après le M-23,

Réaffirmant que l’organisation FDLR et les populations civiles sous sa protection sont des réfugiés rwandais hutus rescapés des massacres perpétrés par l’armée du Général KAGAME sur le territoire de la RDC et suffisamment documentés dans le « Mapping Report » publié par les Nations Unies le 1er Octobre 2010,

Soutenant également que la plupart de ces réfugiés sont nés en exil après 1994 ou qu’ils étaient tout petits quand ils ont fui le Rwanda et que, par conséquent, ils n’ont rien à voir avec les crimes de génocide que le pouvoir de Kigali s’emploie à leur imputer collectivement, allant jusqu’à les traiter de NAZIS selon les propres termes du Président KAGAME lors de sa conférence de presse du 15 octobre 2013,

Dénonçant tous les obstacles au rapatriement volontaire dans des conditions de dignité et de sécurité érigés par le pouvoir dictatorial de Kigali à l’encontre de ces rwandais qui auront bientôt passé deux décennies dans des forêts congolaises, dans le dénuement le plus complet, reniés par leur propre pays et abandonnés par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) et par l’ensemble de la Communauté internationale,

Réaffirmant la légitimité du combat mené par les FDLR et par d’autres forces politiques rwandaises militant en faveur du retour dans leur pays d’origine de tous les exilés rwandais dans des conditions acceptables dont l’instauration au Rwanda d’un espace politique pluraliste permettant l’exercice effectif des libertés et des droits fondamentaux,

Les deux partis politiques voudraient porter à la connaissance de l’opinion publique rwandaise et internationale ce qui suit :

1. Il devient de plus en plus urgent de trouver une solution définitive au problème des réfugiés rwandais en  général, et  en particulier ceux présents sur le territoire de la RDC. Pour ce faire, le gouvernement rwandais doit s’engager résolument sur la voie du dialogue telle que suggérée par le Président tanzanien Jakaya KIKWETE qui, en mai 2013, a exhorté le Président KAGAME à entamer des négociations politiques entre, d’une part, le gouvernement rwandais et, d’autre part, les rebelles des FDLR et tous les partis politiques d’opposition

2. Seule doit être envisagée une solution politique juste et équitable qui rassure toutes les composantes de la société rwandaise. A cet effet, il sera salutaire pour le Rwanda de revenir à l’esprit des accords de paix d’Arusha d’août 1993 et d’organiser une Conférence Nationale « Rukokoma » pour l’avènement d’un nouveau régime démocratique fondé sur un état de droit et un partage du pouvoir garants d’une paix durable, non seulement pour les rwandais, mais aussi pour les peuples des pays voisins.

3. Le gouvernement de Kigali ne pourra pas se soustraire indéfiniment à sa responsabilité de garantir à tous les citoyens leurs droits fondamentaux. Il a tout intérêt à reconsidérer sa position sur la question des réfugiés et à cesser de coller l’étiquette de « génocidaire » ou de « divisionniste » à tout hutu qui ose s’opposer à sa politique ségrégationniste. Par ailleurs, les Rwandais épris de liberté et de démocratie se réservent le droit de recourir à tous les moyens de défense légitimes, aussi longtemps que le pouvoir dictatorial de Kigali maintiendra ses violations flagrantes des libertés d’expression et d’association dont témoignent, entre autres, l’emprisonnement d’opposants politiques et de journalistes indépendants, le refus de l’enregistrement des partis politiques d’opposition, ainsi que le déni à certaines personnalités du droit de leur retour au Rwanda.

4. La responsabilité de l’ONU et du gouvernement congolais est aussi engagée. Les deux acteurs devraient, au moins à des fins humanitaires, venir en aide aux populations rwandaises en détresse sur le territoire congolais et contribuer à la création des conditions favorables à leur rapatriement au Rwanda en toute sécurité, au lieu de chercher à les traquer comme des bêtes sauvages ou à désarmer ceux qui, depuis bientôt 15 ans, assurent leur protection.

5. Les partis RDI- RWANDA RWIZA et PS-IMBERAKURI sollicitent le plein appui de la Communauté internationale en faveur des présentes propositions. En particulier, les pays et les organismes qui se soucient du devenir politique du Rwanda et de l’ensemble de la région des Grands Lacs sont invités à intervenir auprès du gouvernement rwandais et de tous les autres acteurs concernés, afin qu’une solution pertinente soit rapidement trouvée à la question des FDLR et des autres réfugiés rwandais présents en RDC, et ce dans un cadre politique plutôt global que partiel.

Fait à Bruxelles et à Kigali, le 08 novembre 2013

RDI RWANDA RWIZA ET PS IMBERAKURI SOUTIENNENT LA LUTTE DU FDLR. dans Politiki image-150x150Faustin TWAGIRAMUNGU

Président de la RDI-RWANDA RWIZA  

  (Sé)   

 

 

ps-imberakuri-sceau-150x150 dans Politiki Alexis BAKUNZIBAKE

 Premier Vice-Président du PS-IMBERAKURI

(Sé)

fichier pdf RDI-RWANDA RWIZA NA PS-IMBERAKURI BISHYIGIKIYE FDLR

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article