Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Rédaction F-R-T

rebelles M23 bisRebelles du M23 lors de leur retrait de Saké, à 42 Km de Goma (RDC), le 30 novembre 2012.

REUTERS/James Akena

Par RFI

Un deuxième round de négociations débute ce lundi 14 janvier à Kampala entre les rebelles du M23 et le gouvernement de Kinshasa. En décembre dernier, le premier round n'avait rien donné. Mais aujourd'hui, rebelles et gouvernement congolais se sont entendus sur un ordre du jour.

Le premier point à l’ordre du jour sera de vérifier si l’accord du 23 mars 2009 a été respecté à cette date. Le gouvernement congolais avait signé la paix avec le mouvement de rébellion CNDP.

La principale mesure avait été l’intégration dans l’armée nationale d’environ 4 000 combattants rebelles. Trois ans plus tard,c'est à dire l’année dernière, une partie de ce même CNDP se rebellait à nouveau, pour former l’actuel M23.

À l’ordre du jour, il y aura également la situation sociale et politique du pays. Le pouvoir ne voulait pas aborder ce sujet. Mais il est obligé de le faire, car les pays des Grands Lacs ont ordonné que le président Kabila soit à l’écoute des revendications du M23. Or, le M23 a surtout des revendications politiques.

« Là-dessus, nous allons les écouter, dit un membre de la délégation gouvernementale, mais ça ne veut pas dire que nous allons négocier ».

Le gouvernement de Kinshasa a encore prévenu la semaine dernière, qu’il ne serait pas question de changer l’ordre établi, ni de toucher à la Constitution, alors que le M23 conteste, les armes à la main, la légitimité du pouvoir.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article