Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

Par RFI

Photo : rebelles tutsi du M23

M23-soldats-tutsi.jpgDans l'est de la RDC, les rebelles du M23 avancent vers Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, avec l'objectif avoué d'encercler la ville tenue par l'armée régulière. À 80 km au nord de Goma, la petite ville de Rutshuru a été reprise par les rebelles après de violents combats les 24 et 25 juillet dernier. L'ONG Médecins sans frontière (MSF) qui travaille dans l'hôpital de la ville a annoncé la mort de deux civils dans cet hôpital où 70 blessés sont soignés.

Selon MSF, ces derniers jours, l'hôpital de Rutshuru est devenu un lieu de refuge pour des populations civiles totalement traumatisées par les combats qui se jouent dans ce secteur entre l'armée régulière congolaise et les rebelles du M23.

C'est aussi et surtout un lieu de soin où les chirurgiens s'activent jour et nuit depuis une semaine pour soulager les blessés.

Patrick Wieland chef de mission MSF au nord du Kivu : « Il y a plus de 90 % des civils que nous avons soignés à l’hôpital de Rutshuru, qui sont des femmes et des enfants. Le coût humain, civil, est très important dans ce conflit. Les chirurgiens ont travaillé presque jour et nuit, pour soigner ces blessés, et nous en avons vus, jusqu’à présent, 70 ».

Selon MSF, pour la première fois depuis mai dernier, des armes lourdes ont été utilisées dans les combats. Les blessures sont là pour en témoigner. Ce qui fait craindre pour le futur. « On risque de verser dans un conflit extrêmement meurtrier si les combats ont lieu dans les villes », selon Patrick Wieland. Pour lui, à Rutshuru, il ne faut pas se fier au calme apparemment, la tension est grande.

« Ces gens sont apeurés, sont fébriles.... On s’attend à une contre-offensive dans les jours qui viennent. C’est vraiment la population qui paie un prix très élevé, suite à ces combats ».

Plusieurs milliers de personnes ont fui ces derniers jours vers Kanyaruchinya, à quelques kilomètres au nord de Goma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NSANZABAGANWA Silas 10/08/2012 18:02


Cet article sur "le premier bilan des victimes des combats à Rutshuru" posté, d'après mon courrier, le 1/8/2012 montrait une écrasante proportion de victimes civiles (90%!). C'est très grave,
extrêmement grave dans la mesure où il s'agit principalement de femmes et des enfants, c-à-d des NON COMBATTANTS. Pourquoi la cominauté internationale fait-elle comme s'il n'y avait pas 
GRANDE urgence pour stopper cela? Est-ce 10 jours après, le bilan penche toujours sur le coté des victimes civiles? Informez-nous. Merci