Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Par Frédéric Couteau

Après un mois de trêve, les combats ont repris depuis mercredi dernier entre l’armée congolaise et le M23. Jeudi, plusieurs bombes sont tombées sur Goma et ses alentours. La réaction de la presse congolaise ne s’est pas fait attendre. « Kigali veut pousser Kinshasa à la faute», s’exclameLe Potentiel . Le Potentiel qui affirme que « Kigali est passé à l’action dans la mise en œuvre de son plan de déstabilisation du Kivu et de balkanisation de la République démocratique du Congo. En témoigne, poursuit le journal, ce regain de tensions autour de la ville de Goma où de violents combats opposent la coalition FARDC-Brigade spéciale des Nations unies au M23, appuyé comme toujours par des éléments de l’armée rwandaise.»

Pour Le Potentiel, il est clair que c’est le Rwanda qui a bombardé Goma jeudi. Et, « en s’inscrivant dans ce schéma incendiaire pour l’ensemble de la région des Grands Lacs, relève le quotidien kinois, Kigali veut pousser Kinshasa à la faute, à savoir faire une déclaration de guerre qui l’aiderait à arracher un pan du territoire de la RDC qu’il a toujours convoité : le Nord-Kivu. » Pour autant, poursuit Le Potentiel, « Kinshasa ne devrait pas mordre à l’hameçon rwandais et hypothéquer ses chances d’obtenir gain de cause auprès de l’ensemble de la communauté internationale qui reconnaît unanimement aujourd’hui la culpabilité de Kigali dans la crise de la région des Grands Lacs. Au contraire,complète le journal, Kinshasa doit garder sa ligne d’attaque et accentuer en même temps les pressions diplomatiques pour obtenir plus d’adhésion de la communauté internationale à sa cause.»

Le site d’information Kongo Times  renchérit : « Jusqu’à quand la communauté internationale laissera-t-elle le Rwanda impuni ? Encore une fois, affirme le site, le Rwanda a violé les accords de paix dans les Grands Lacs par une attaque contre la RDC. Les obus qui viennent de faire des dégâts humains et matériels provenaient, en effet, de ce pays.» Et Kongo Timesde dénoncer le fait que, selon lui, « Kigali, qui a pourtant fait l’objet d’interpellations sans détour, notamment de Washington, n’a réservé qu’arrogance et outrage vis-à-vis de ses obligations. Kigali qui a, en effet, ouvert ses frontières aux rebelles du M23, dénonce encore le site congolais, tout en continuant à apporter son soutien au groupe resté actif en RDC. »

Solution politique ?

Alors, « simple hasard ?» , s’interroge L’Observateur  à Kinshasa, six sénateurs américains sont en ce moment en mission dans la région des Grands Lacs. Les parlementaires américains ont affirmé que la solution au conflit des Grands Lacs ne viendrait pas des Nations unies. Il doit y avoir une solution politique, ont-ils dit. Les Nations unies ont maintenant un nouveau leadership. Nous allons solliciter plus de supports pour lui mais il doit y avoir une solution entre le peuple de cette région et du Congo entier mais également avec les voisins.»

Une position qui n’est « ni nouvelle ni originale », commente L’Observateur. « Au regard de tout ce qui s’est déjà passé dans la région, on est en droit de se demander si la proposition, une fois de plus, d’un schéma politique comme seule voie de sortie de cette crise n’est pas trop simpliste, relève le quotidien kinois. Le Rwanda, tout le monde le sait, n'a jamais respecté les engagements, déjà nombreux, qu’il prend en ce qui concerne la guerre qui sévit dans la partie orientale de la RDC. » Et L’Observateurde s’interroger : « quelle garantie peut-on donner aujourd’hui que le Rwanda se départira de son entêtement ?»

En tout cas, la solution ne viendra sans doute pas non plus de l’ONU… « L’ONU victime de son inefficacité », s’exclame le site d’information Guinée Conakry Infos. « Ce sentiment selon lequel la Mission des Nations unies en RDC ne sert pas à grand-chose a fini par gagner les populations elles-mêmes. C’est du moins ce qu’on y a observé samedi dernier à Goma, relève le site guinéen, quand des manifestants, qui en avaient visiblement marre d’être toujours victimes des foudres meurtrières des rebelles du M23, se sont directement attaqués aux soldats de l’ONU. Malheureusement (…), au lieu de gérer la situation avec la sérénité requise, le contingent uruguayen en particulier a paniqué et tiré dans le tas. » Bilan : deux civils tués.

« Le paradoxe de la mission onusienne en République démocratique du Congo, souligneGuinée Conakry Infos, c’est le fait qu’elle qui aurait pu être la solution à cette crise est bien sur le point d’en être un facteur aggravant. »
 

http://www.rfi.fr/emission/20130826-une-reprise-affrontements-est-rdc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article