Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

 

Des rebelles rwandais hutus du FDLR, à 150 km au nord-ouest de Goma, en 2009
Des rebelles rwandais hutus du FDLR, à 150 km au nord-ouest de Goma, en 2009
AFP/ Lionel Healing

Par RFI

L’ONU assure que les membres des FDLR commencent à se rendre en grand nombre aux casques bleus de la Monusco dans l’est de la RDC. Après avoir défait le M23, l’armée congolaise et les forces de l’ONU se concentrent maintenant sur les rebelles hutus FDLR avec des moyens considérablement renforcés.

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Dans les Kivus, la Monusco peut désormais compter non seulement sur la brigade d’intervention, cette unité d’élite de casques bleus, mais aussi sur l’utilisation de drones. Les premières images fournies par ces appareils de surveillance ont ravi les officiels de l’ONU.

« On peut voir le visage de jeunes qui jouent au foot depuis une altitude de 2 500 mètres », s’est enthousiasmé Hervé Ladsous, le patron des casques bleus. Grâce à leurs caméras thermiques et infrarouges, ces appareils se révèlent particulièrement utiles une fois la nuit tombée.

→ A (RE)LIRE : RDC: le drone de l'ONU a fait son premier vol au-dessus du Nord-Kivu

L’ONU veut mettre fin une bonne fois pour toutes à la présence sur place des rebelles hutus des FDLR. « C’est notre priorité », dit le chef de la Monusco, Martin Kobler. La difficulté est que les FDLR ne se battent pas comme le faisait le M23. Ce sont au contraire de petits groupes très mobiles qui fuient l’affrontement et se fondent dans la population civile.

Leur disparition prendra un peu de temps disent les diplomates onusiens, mais ils assurent que le conflit en RDC est désormais à un tournant de son histoire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article