Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Tribune Franco-Rwandaise

Kinshasa, 04/07/2013 
Le général déchu a réuni à Rumangabo les chefs coutumiers du territoire de Nyiragongo, le lundi 1er juillet 2013, pour solliciter leur soutien en vivres et en hommes de troupe au profit du M23 afin d’aider cette rébellion à réoccuper la ville de Goma.
NKUNDA.jpgLe général déchu Laurent Nkunda est libre de tout mouvement. Il a été aperçu aux côtés des rebelles du M23, en dépit du fait que le Rwanda prétendait qu’il était en détention à Kigali. C’est depuis plus d’une semaine qu’il circule dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo. Comme si cela ne suffisait pas, cet insurgé a réuni à Rumangabo les chefs coutumiers du territoire de Nyiragongo, le soir de la journée de lundi 1er juillet 2013. L’objectif était de solliciter leur soutien en vivres et en hommes de troupe au profit du M23 afin d’aider cette nébuleuse à réoccuper la ville de Goma.

Autant dire qu’à chaque tournant de l’histoire politique de la Rd Congo, Kagame est toujours en quête d’hommes de paille à sa solde pour mener à bon port sa mission funeste de concrétiser le plan de balkanisation de la Rdc. Ayant tiré les leçons de la situation qui a prévalu en novembre 2011, la Monusco affirme que les casques bleus et les FARDC ne se laisseront plus faire.

Des sources proches de la Société civile du Nord-Kivu, nous apprenons que le général déchu Laurent Nkunda a été aperçu libre des ses mouvements aux côtés des rebelles du M23. Et ce, en dépit du fait que le Rwanda prétendait qu’il était en détention à Kigali. Comme pour dire qu’à chaque page de l’histoire politique de la Rd Congo et lorsque le Rwanda se rend compte que ses cartouches sont en voie de s’épuiser, il ne se gêne pas de larguer sur terrain ses tueurs et hommes aux basses besognes. Et ces derniers n’ont qu’une mission : réaliser par tous les moyens le fameux plan de balkanisation de la RdC concocté depuis de longue date dans les officines occidentaux.

L’ancien chef du CNDP vivait au Rwanda depuis début 2009, en résidence surveillée, semble-t-il. Son arrestation faisait suite à l’entrée, sur le sol congolais, des contingents rwandais officiellement invités par le gouvernement congolais. Echangé contre la traque des FDLR dans la région du Kivu en RDC, Laurent Nkunda reste, de l’avis de plusieurs analystes, une des cartes du président rwandais Paul Kagame. C’est ce qui expliquerait la sourde oreille faite par Kigali quant à son extradition en Rdc pourtant exigée par Kinshasa.

D’autres observateurs de la scène politique du pays pensent que le rappel de Laurent Nkunda à la rescousse des troupes rebelles traduit bien les difficultés que rencontrent actuellement le M23 qui se trouve à ce jour confronté aux multiples désertions observées dans ses rangs ainsi qu’aux attaques répétées menées contre ses positions par les éléments du groupe Mayi-Mayi Nyatura et d’autres forces négatives présentes dans le territoire de Rutshuru.

L’opinion devra retenir qu’au lendemain des affrontements fratricides entre les deux factions du M23, la faction dirigée par Jean-Marie Runiga avait fini par capituler au profit de celle de Sultani Makenga. Mais après l’attaque subie par ce dernier et considérant qu’il n’obéissait plus à l’homme fort de Kigali, celui-ci a signé son certificat de décès, en le faisant remplacer par le général Laurent Nkunda de sinistre et triste mémoire.

En effet, c’est depuis une semaine qu’il circule librement dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo. Les mêmes informations renseignent que vendredi et samedi derniers, sous ses auspices, des journées de prière ont été organisées par le M23 à Rutshuru, l’homme se disant pasteur-serviteur de Dieu. Si le ridicule pouvait tuer ! Comme si cela ne suffisait pas, cet insurgé-pasteur de la honte a réuni à Rumangabo les chefs coutumiers du territoire de Nyiragongo, dans la soirée du lundi 1er juillet 2013.

L’objectif de la rencontre était de solliciter leur soutien en vivres et en hommes de troupe au profit du M23 pour réoccuper la ville de Goma. Parmi les chefs coutumiers réunis, notre source pouvait identifier Mwami Butsitsi de Monigi (un allié traditionnel du M23), les chefs de villages et de Groupements Kibumba et Buhumba. Des sources dignes de foi, nous apprenons que le M23 a renforcé davantage ses positions de Kibati, de Buvira et de Mutaho qui font face aux positions des FARDC. Le M23 prépare donc la guerre qui devra déboucher sur la reprise de la ville de Goma.

Encore des déplacements des populations

Comme on peut bien le constater, le redéploiement des rebelles du M23 et de leurs alliés a encore occasionné un déplacement massif des populations de Monigi, Kibati et Buvira vers la ville de Goma. Cela en vue de fuir les atrocités et la terreur infligées par ces hors-la-loi. Pendant ce temps, les éléments du M23 s’en prennent aux jeunes qui ne sont pas acquis à leur cause. Au soir de lundi 1er juillet 2013, ces rebelles ont enlevé trois jeunes. Il s’agit de Yusufu (28 ans), Ndayambaje (26 ans) et Clément (20 ans). Il sied de souligner que les victimes ont été cueillies en localité de Kisheke-Kilimanyoka dans le Groupement de Kibati.

Toutes ces informations sont attestées par la Monusco qui explique que dans les régions du territoire de Rutshuru occupées par le M23, les enlèvements de civils, les viols, les meurtres ainsi que les pillages récurrents perpétrés par les éléments de ce mouvement rebelle, demeurent une source de préoccupation majeure au plan sécuritaire et à celui du respect des droits de l’homme. C’est du moins le lot quotidien des populations locales.

Face à ce dénigrement des efforts de pacification de l’Est de la Rdc, la Société civile du Nord-Kivu invite le Gouvernement congolais, la MONUSCO et la CPI à redoubler d’ardeur.

A cette occasion, cette structure recommande que le Gouvernement congolais dénonce à haute voix la présence du général déchu Laurent Nkunda dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo ainsi que son retour sur la scène criminelle sous couvert du Rwanda, à travers le M23.

Ensuite, que la communauté internationale, au travers de la MONUSCO, le Haut commissariat aux droits de l’homme, les Organisations de droits de l’homme et la Société civile réunissent les éléments de preuves nécessaires pour inculper devant la CPI Laurent Nkunda de divers crimes commis sous sa responsabilité, lors des opérations macabres qu’il a conduites à Kisangani, Bukavu et Kiwanja. Dans la même logique, les Nations Unies et la CPI doivent exercer une pression permanente sur le Rwanda pour recel des malfaiteurs et pour tentatives répétées de déstabiliser certaines institutions de la République, d’y installer de manière permanente l’insécurité, la terreur, les viols déstabilisant ainsi la paix et la sécurité de l’Est de la Rdc. Cela, en violation de l’Accord-cadre signé à Addis-Abeba en février dernier.

Qui est Laurent Nkunda ?

Laurent Nkunda, un homme mince et élancé, au visage amaigri. En 2007, le général rebelle fait la une de la presse internationale... dans moins de 2 ans, sa rébellion sera stoppée nette par son allié de toujours : l’armée rwandaise de son ex mentor, Paul Kagame.

Car, comme beaucoup d’autres Tutsis congolais, il a commencé sa carrière militaire dans les rangs du Front patriotique rwandais (FPR, ex-rébellion tutsie du Rwanda) qui mit un terme en juillet 1994 au génocide perpétré par le régime hutu de Kigali. Après deux ans au sein de l’armée rwandaise, il rejoint au Zaïre voisin la rébellion conduite par Laurent-Désiré Kabila (père de l’actuel chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila) qui destitue le dictateur Mobutu en 1997, avec l’appui de l’armée rwandaise.

En 1998, alors que Mzee Kabila a rompu avec ses anciens alliés, Nkunda devient l’un des commandants du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), une rébellion soutenue par Kigali pendant le conflit régional qui secoue l’ex-Zaïre jusqu’en 2003.

Après la guerre, alors que le RCD intègre le gouvernement de coalition à Kinshasa, Nkunda est promu général mais refuse de prendre son poste, dénonçant une réforme de l’armée fantaisiste ne permettant pas "la réconciliation nationale" promise.

C’est en juin 2004 qu’il fait trembler la République pour la première fois en s’emparant brièvement de la capitale du Sud-Kivu, Bukavu, où il affirme défendre ses "frères" tutsis. Déchu de l’armée, il est visé depuis septembre 2005 par un mandat d’arrêt pour des crimes de guerre perpétrés par ses hommes à Bukavu.

Après les élections de 2006 en République démocratique du Congo (RDC), Nkunda tente une nouvelle fois de déstabiliser l’Est de la RDC. En décembre de la même année, le Burundi l’accuse, ainsi que James Kabarebe (maintenant ministre de la Défense du Rwanda) et Salim Saleh, d’avoir fomenté une tentative de coup d’État au Burundi.

Le 18 janvier 2007, Nkunda annonce pourtant que ses hommes ont commencé à rejoindre les rangs des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à la suite de négociations menées à Kigali, au Rwanda. Néanmoins, la première moitié de 2007 se caractérise par de nombreux combats à l’Est forçant des dizaines de milliers de civils à prendre la fuite. Laurent Nkunda accepte finalement de "brasser" ses troupes avec les troupes gouvernementales.

Le 26 août 2008, Laurent Nkunda lance une nouvelle offensive qui lui permet d’agrandir la zone qu’il contrôle dans le Nord-Kivu et d’amener ses troupes à quelques kilomètres de Goma à fin octobre. L’armée congolaise ayant abandonné la ville, la Monuc n’a pas pu lancer de contre-offensive : son mandat est d’appuyer les autorités officielles congolaises dans leurs efforts pour rétablir leur contrôle sur le territoire national, mais pas de contrer une opération rebelle en soi. Nkunda a cependant renoncé à prendre la ville et a déclaré le 29 octobre un cessez-le-feu unilatéral puis demandé l’ouverture de négociations à Kinshasa. Le 23 janvier 2009, l’inspecteur général de la police de la République démocratique du Congo annonce l’arrestation de Laurent Nkunda la veille au Rwanda ; le général déchu avait franchi la frontière alors qu’une opération conjointe des forces congolaises et rwandaises reprenaient le contrôle du territoire conquis par le CNDP avant qu’une faction anti-Nkunda ne décide de se rallier au gouvernement de Kinshasa.

Le souhait de tout Congolais épris de justice et de paix est que la Brigade d’intervention ne ménage aucun effort pour capturer ce sinistre officier pour le livrer carrément à la CPI. La Brigade d’intervention des Nations Unies sera dans le droit d’agir ainsi car cela entre dans ses prérogatives d’annihiler les forces négatives dont le M 23. Tant que ce Laurent Nkunda bénéficiera d’une grande marge de manœuvre pour nuire, les populations locales seront toujours inquiétées et insécurisées. Comme l’a proposé la Société civile, le gouvernement de la République doit réagir au plus vite pour dénoncer tout ce qu’entreprend Nkunda.

L’Avenir
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article