Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

D'après une dépêche de l'AFP datée du 25 novembre 2009, les rebelles hutu rwandais (FDLR) réfugiés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) ont fait échec à toute tentative de neutralisation, selon un rapport d'experts de l'ONU dont l'AFP a obtenu copie.

L'armée congolaise et les Casques bleus de l'ONU qui l'appuient ont échoué à démanteler les rebelles hutus rwandais dans l'est de la RDC qui restent actifs aussi grâce à un réseau de financement et de soutien international, selon un rapport d'experts de l'ONU.

Dans ce rapport transmis début novembre au Conseil de sécurité de l'ONU, non rendu public et dont l'AFP a obtenu copie, les experts affirment que "les opérations militaires menées contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) ont échoué à démanteler les structures politiques et militaires de l'organisation".


Ces opérations, menées en janvier-février par Kigali et Kinshasa, et depuis par l'armée congolaise seule, avec le soutien de la Mission de l'Onu en RDC (Monuc), ont "aggravé la crise humanitaire" au Nord et Sud-Kivu. "Plusieurs centaines" de civils ont été tués, des villages pillés et incendiés, et des "centaines de milliers de personnes" ont fui les violences, notent les experts.

Les FDLR sont estimés à environ 5.000 dans l'est de l'ex-Zaïre où ils se sont installés après le génocide de 1994.

"Malgré les offensives contre eux, les rebelles se sont réinstallés dans de nombreuses zones d'où ils avait été chassés début 2009", affirme l'AFP.


Surtout, affirme le rapport, les FDLR ont fait jouer leurs "réseaux de soutien régionaux et internationaux pour contrer les effets" de ces offensives.

Ils auraient ainsi "reçu d'importantes cargaisons d'armes et de munitions en 2009 (...) en provenance de Tanzanie" et se serviraient du Burundi comme "base-arrière" notamment pour le recrutement de combattants.

Les experts désignent plusieurs personnalités étrangères qui ont "apporté un soutien financier et matériel régulier aux FDLR", citant des membres de "Fundacio S'Olivar" et de "Inshuti", deux organisations caritatives espagnoles qui seraient "financées par le gouvernement des Iles Baléares".

Le président d'Inshuti, l'Espagnol Joan Casoliva, qui avait des contacts au sein du gouvernement des Baléares, avait ainsi promis de "lever jusqu'à 200.000 dollars pour les FDLR", à qui il aurait fait parvenir des fonds avec l'aide d'un prêtre belge basé en Tanzanie.

Le parlement autonome des Baléares a réagi, en affirmant que la fondation S'Olivar a toujours travaillé "pour la défense de la paix, de la justice et de la solidarité, en appliquant toujours les principes pacifistes et non violents".

Les rebelles parviennent également via des intermédiaires, notamment ougandais, à exporter des minerais, tirant des "profits significatifs" notamment de l'exploitation de l'or. Le groupe d'experts cite des compagnies britannique, malaisienne ou thaïlandaise, qui achèteraient des pierres issues de mines contrôlées par des rebelles.


Le rapport déplore aussi le manque de coopération des pays occidentaux, comme la France, la Belgique, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, où sont installés des cadres des FDLR en liaison régulière avec les combattants en RDC.

Depuis la rédaction du rapport, l'Allemagne a toutefois arrêté le 17 novembre le chef des FDLR, Ignace Murwanashyaka, et son adjoint Straton Musoni, qui vivaient dans ce pays.

La France a réagi mercredi en indiquant qu'elle "(coopérait) avec le groupe d'experts" et qu'elles répondrait "naturellement" à leurs requêtes. Persuadé que sans soutien extérieur, la capacité de nuisance des rebelles serait "considérablement diminuée", le groupe plaide pour une "approche commune" par tous les pays concernés par l'activité des FDLR et recommande au Conseil de sécurité d'inciter au lancement de mandats contre les principaux leaders rebelles vivant à l'étranger.

© 2009 AFP


Commentaire RTI

Le recours à la force ne résoudra pas le problème posé par la présence des FDLR en RDC. Comme l'a récemment encore affirmé Allan Doss, chef de la mission de l'ONU en RDC, le Rwanda devrait considérer le retour des FDLR dans leur pays comme un droit et faire le distinguo entre ceux des rebelles (la minorité) qui auraient participé au génocide de 1994 et la majorité des combattants FDLR qui ont rejoint les maquis congolais pour combattre le régime d'apartheid sévissant au Rwanda. Notons que les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda n'ont jamais cessé de demander le dialogue avec le gouvernement de leur pays d'origine. Pourquoi le régime rwandais, lui-même issu de l'ancienne rebellion tutsi venue d'Ouganda en 1990, se refuse-t-il à cette solution ? Là réside toute la question.
Et ce n'est pas l'arrestation d'Ignace Murwanashyaka qui changera la donne. Une fois encore, comme en 1994, l'ONU vient de démontrer qu'elle n'a rien compris au problème rwandais.
© RTI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NINTERETSE Che GUEVARA 30/11/2009 13:56


comme je ne cesse de le dire, tout les FDLR ne sont pas des genocidaires,en aucun cas on trouvera une solution militaire contre les FDLR bien disciplines, politiquement organises et militairement
solides; la LRA seule a mis en echec les armees de 4 pays appuyees par la MONUC immaginez vous ce feraient les FDLR? il faut que les UN fassent pression sur Kigali pour entemer les negociation avec
les FDLR au lieu d'emprisonner leurs leaders si non ils vont rentrer par la force et les consequences seront plus graves.la dictature et l'attitude de Kigali envers les hutus qui sont au rwanda
pousse pas mal de juene a rejoindre le maquis ce qui fortifie davantage le mouvement rebel.