Par RFI

soldats-fardc.JPGPhoto: soldats FARDC

En République démocratique du Congo, après deux heures de combats samedi 16 février dans la matinée avec les troupes de l'armée régulière, des miliciens Raïa Mutomboki ont pris le contrôle de la cité de Punia dans la province du Maniema, à l'est du pays. La semaine dernière, le chef des miliciens avait lancé un ultimatum au gouvernement congolais. Il avait demandé à Kinshasa de retirer ses troupes présentes de cette région particulièrement riche en or, diamant et cassitérite, les accusant d'exactions.

C’est hier dans la matinée que les éléments de Raïa Mutomboki ont attaqué les positions de l’armée régulière à Punia. Après seulement deux ou trois heures de combat, les insurgés ont pris le contrôle de la ville contraignant les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à se replier vers le Beach de Yumbi et vers l’aérodrome.

Joint au téléphone par RFI, le porte-parole du gouvernement a confirmé la chute de Punia. Lambert Mende Omalanga a ajouté que la hiérarchie militaire promet de reprendre cette ville dans les quarante-huit heures.

Pour leur part, certains élus de Punia appellent encore une fois à des contacts entre les gouvernants et les dirigeants de Raïa Mutomboki. Cela permettra de connaître le cahier des charges de ce groupe armé, explique le député national, Kolosso Sumahili. « Ils nous ont dit qu’ils sont contre les Rwandais, poursuit-il. Il n’y a aucun Rwandais à Punia. Ils disent qu’ils sont contre la tracasserie des militaires, mais pas contre le pouvoir de Kinshasa ».

Depuis plusieurs semaines, la population avait alerté l’opinion sur l’avancée de Raïa Mutomboki. Des assurances avaient été données quant à la protection de Punia.

Tag(s) : #RDC
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog