Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

An FDLR rebel shows a gun wound to MONUSCO DDRRR officers as they assess the living conditions of the element who recently surrendered to SADEC in Kanyabayonga MONUSCO base, the 5th of June 2014. © MONUSCO/Sylvain LiechtiDes rebelles FDLR déposant les armes à la MONUSCO , le 5 juin 2014. © MONUSCO/Sylvain Liechti

Radio Okapi

Environ cent soixante-onze ex-combattants des rebelles rwandais des FDLR seront transférés à Kisangani (Province orientale) en provenance du Kivu. Le porte-parole intérimaire de la Monusco, Charles Bambara, a affirmé que c’est sur décision du gouvernement que ce transfert sera effectué. Il s’est exprimé mercredi 16 juillet au cours de la conférence hebdomadaire des Nations unies. 

 

« Sur l’ensemble du Nord et du Sud-Kivu, 171 personnes vont être transférées à partir de ces camps de Kigogo et de Kanyabayonga vers une destination qui a été retenue par le gouvernement qui est Kisangani », a déclaré Charles Bambara.

Kisangani est la destination finale à l’intérieur de la RDC en attendant de trouver d’autres pays tiers pouvant les accueillir, a précisé Charles Bambara :

« Kisangani à l’intérieure de la RDC est la destination finale en attendant que l’on trouve un pays tiers qui pourra accueillir ces FDLR ».

La Monusco et le gouvernement disent souhaiter que cette solution définitive intervienne le plus rapidement possible.

« Pour ceux des FDLR qui veulent rentrer volontairement dans leur pays le Rwanda, des dispositions seront prises par la Monusco pour les y accompagner », a assuré le porte-parole intérimaire de la Monusco.

Le général Abdallah Wafy, représentant spécial adjoint du secrétaire général de l’Onu chargé des opérations de l’Est de la RDC, avait affirmé lundi dernier, que 1 400 combattants rwandais des FDLR et 4 200 de leurs dépendants étaient attendus « prochainement » en transit au Centre technique de bataillons (CTB) à Kisangani. Ces ex-rebelles qui ont volontairement accepté de déposer les armes devraient ensuite être acheminés vers des pays d’accueil.

Mais des députés de la Province Orientale et l’Eglise protestante s’étaient opposés à cette idée.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article