Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMVN

Kigali, 29 juin 2011 (FH) – La perpétuité a été requise mardi à l’encontre de l’universitaire Runyinya Barabwiriza, ancien conseiller diplomatique de l’ex-président Juvénal Habyarimana, accusé de préparation du génocide des Tutsis de 1994, a-t-on appris mercredi.


Incarcéré depuis plus de 16 ans, Runyinya Barabwiriza, botaniste de formation, comparaissait depuis avril dernier devant le Tribunal de grande instance de Huye, dans le sud du Rwanda.

« Les auditions sont terminées depuis ce (mercredi) matin. Le procureur a requis hier (mardi) la détention perpétuelle. Nous, nous avons demandé ce matin l’acquittement pur et simple faute de preuves », a indiqué à l’agence Hirondelle Maître Protais Mutembe, l’un des avocats de l’ancien responsable.
 
« Le jugement sera rendu le 28 juillet », a ajouté l’avocat rwandais, joint au téléphone depuis Kigali.
 
Parallèlement à ses fonctions à la présidence, Runyinya Barabwiriza enseignait à l’Université nationale du Rwanda (UNR). Il était également, depuis juin 1993, président du parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) pour la préfecture de Butare.

 
L’ancien conseiller diplomatique est inculpé de planification du génocide, incitation au génocide et distribution d’armes.

 
Dans un récent rapport, la Commission nationale rwandaise des droits de l’homme avait appelé en vain à la remise en liberté immédiate du botaniste.

 
Du 6 avril au 5 juillet 1994, Runyinya Barabwiriza était resté bloqué à Dar-es-Salaam, en Tanzanie, en tant que membre de la délégation du président Habyarimana tué dans l’attentat contre l’avion.

 
Lorsqu’il a présenté cet alibi devant le juge, le procureur lui a répliqué qu’il avait planifié le génocide avant le 6 avril 1994 et que les massacres perpétrés après cette date n’étaient que la conséquence logique de sa campagne qui les avait préparés.

 
Après son retour au Rwanda le 5 juillet 1994, Runyinya s’était d’abord rendu à Cyangugu (sud-ouest) avant de regagner Kigali où il fut arrêté deux mois plus tard.


Originaire de la préfecture de Gikongoro (sud), l’accusé a fait ses études supérieures à l’Université Nationale du Rwanda, puis à l’Université Catholique de Louvain, en Belgique et enfin à l’Université de Gembloux, toujours en Belgique, l’ancienne puissance coloniale de son pays.


SRE-ER/GF
© Agence Hirondelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article