Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

Le Congolais.cd

«kagome.jpg Régent de la région des Grands Lacs, le président rwandais voit ses galons tomber un à un. Il vient de se brouiller avec ses parrains à cause de son implication avérée dans la situation d'insécurité qui est entretenue dans la partie est de la RDC depuis plusieurs années. Longtemps camouflé ou étouffé, le soutien de Paul Kagame aux groupes armés rebelles au régime de Kinshasa a finalement été mis à nu.

Lâché par la communauté internationale pour son soutien avéré aux groupes rebelles qui sèment l'insécurité dans l'Est de la RDC, Paul Kagame refuse de baisser le front. D'abord, il nie tout en bloc. Ensuite, il rend coup pour coup, en accusant à son tour, la communauté internationale d'avoir cherché à chasser Joseph Kabila du pouvoir avant les élections de novembre 2011. C'est ce qui ressort de la conférence de presse qu'il a animée le mardi 19 juin 2012 à Kigali. Laquelle était axée sur l'insécurité dans la partie Est de la RDC.

Selon Jeune Afrique web qui livre l'information, le président rwandais nie tout soutien au nouveau groupe rebelle né de la phagocytose du Congrès national pour la défense du peuple, CNDP, après sa mutinerie d'avril dernier.
Mais là où il joue la comédie, c'est quand il cherche à opposer la communauté internationale à Kinshasa tout en se donnant le beau rôle. Jeune Afrique rapporte que «Kagame a contre-attaqué lors de la conférence de presse en dénonçant l'hypocrisie de la communauté internationale vis-à-vis de Joseph Kabila.

Avant l'élection présidentielle congolaise de novembre 2011, la communauté internationale cherchait un moyen de se débarrasser de lui, soit avec l'élection, soit par d'autres moyens, laissant entendre qu'il aurait été sondé sur le sujet.

Cette déclaration résonne, pour les observateurs avisés comme une distraction d'un félin qui tente une nouvelle fois d'endormir Kinshasa et l'empêcher d'aller au bout de son l'offensive visant à mettre un terme aux aventures guerrières des groupes armés étrangers et nationaux qui ont élu domicile dans l'Est du pays.

Comme à l'accoutumée, Paul Kagame se donne le beau rôle : «Ensuite, ils (la communauté internationale NDLR) sont revenus me voir pour dire qu'ils voulaient arrêter Ntaganda mais qu'ils ne voulaient pas le faire sans le consentement du Rwanda. Et maintenant, ils nous disent responsables de cette situation». L'homme est tellement acculé qu'il lâche le morceau : «Nous allons arriver à un point où nous allons nous décharger de tout ces problèmes qui ont été mis sur nos épaules et nous allons les leur renvoyer».

Cela étant, Kinshasa devrait savoir à quoi s'en tenir et ne pas tomber dans le panneau. La balkanisation du Congo n'est pas un vain mot. Elle est une réalité, jusque-là virtuelle certes, mais qu'il faudrait à tout prix étouffer dans l'oeuf. »

http://www.lecongolais.cd/paul-kagame-mis-en-difficulte-par-ses-parrains-occidentaux/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter&utm_campaign=paul-kagame-mis-en-difficulte-par-ses-parrains-occidentaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NSANZABAGANWA 24/06/2012 17:24


Que l'auteur de cet article me le pardonne, mais je suis obligé de faire remarquer que le titre est bien différent du contenu de l'article. Qui sont ces parrains qui l'ont laché? Quels sont les
faits palpables  qui peuvent autoriser une telle affirmation. J'ai lu et relu l'article en essayant de rapprocher le texte et le titre, mais l'idée qui me reste à l'esprit, c'est que le
titre aurait dû être "KAGAME va lâcher la Communauté Int'le"