Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMVN

Juppé02/05/11 13:02

 

Paris - La France a fait part au Rwanda de son courroux après des propos critiques de Paul Kagamé à l'égard du chef de la diplomatie française Alain Juppé, dont la présence n'est pas la bienvenue au Rwanda selon le président rwandais, a indiqué lundi le Quai d'Orsay.

"La question d'une visite du ministre d'État au Rwanda n'est pas d'actualité", a répondu sèchement le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero, à une question lors d'un point-presse sur les propos de Paul Kagamé.

Dans un entretien publié par l'hebdomadaire Jeune Afrique, ce dernier a jugé qu'Alain Juppé ne serait pas le bienvenu au Rwanda. Il a aussi maintenu une déclaration d'avril dans laquelle il avait estimé que les Rwandais avaient "été insultés" par la position du responsable français qui occupait, lors du génocide de 1994, les mêmes fonctions de chef de la diplomatie qu'actuellement.

Dans son entretien, le chef d'Etat rwandais juge toutefois que le ministre français n'est pas un obstacle à une future visite en France. "La France ne se résume pas à Alain Juppé", a-t-il notamment dit.

"Les propos que vous rapportez vont à l'encontre d'une relation bilatérale constructive", a souligné lundi Bernard Valero. "Ce message a été  transmis aux autorités rwandaises", a-t-il précisé.

Télécharger le point de presse de Monsieur Valero (Déclaration sur le Rwanda en pages 6-7)

 

Autres articles sur le même sujet :

- Pourquoi la France ne doit pas  recevoir Paul Kagame de M. Jean-Marie Vianney NDAGIJIMANA, publié en page 13 des cahiers Xenophon N°19 (Janvier - Mars 2011) - XENOPHON Les Cahiers d’EPEE.

-  Paul Kagame vilipende Alain Juppé et loue Nicolas Sarkozy 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie Madeleine BICAMUMAPAKA 04/05/2011 02:22



Enfin une réaction officielle de la France ! 


 


Depuis que Monsieur Alain JUPPE est redevenu Ministre des affaires étrangères en France, Le pouvoir de Kigali n'a pas cessé
d'exprimer son mécontentement. Cela a été fait de façon officielle par le chef de la diplomatie rwandaise, par le Président Kagame lui-même, mais aussi par d'autres voix non officielles comme les
représentants de l'organisation IBUKA et tant d'autres affiliées qui opèrent en Occident ! Ces reproches ont été d'une telle intensité qu'il y avait de quoi se demander si le président SARKOZY
n'aurait pas mieux fait de demander l'aval de Kigali avant de faire revenir Monsieur le maire de Bordeaux au Quai d'Orsay ! En observant de près, on constate que pendant ces quatre derniers mois,
alors que les pays africains étaient plus tournés vers les pays du Maghreb où les révolutions étaient en cours (risque de contagion), et vers la Côte d'Ivoire, la diplomatie rwandaise elle,
 s'est beaucoup plus penchée sur les relations entre Kigali et Paris.  Même si Kigali avait "délicatement" évité de préciser la date, Monsieur KAGAME était attendu à Paris entre mars et
avril 2011. Quant au rapport du juge Trévidic à propos de l'assassinat des Présidents HABYARIMANA et NTARYAMIRA, lorsque leur avion a été abattu à sa descente sur Kanombe - événement qui a
déclenché le génocide le 06 avril 1994, sa publication était prévue pour le 16 mars 2011, avant d'être reportée à une date non déterminée du mois de mai 2011 ! Nous l'attendons toujours !
Entre-temps, l'ex-Ministre français des affaires étrangères, Monsieur KOUCHNER a fait un saut à Kigali début avril 2011, où il a fait des déclarations "polémiques" – vu les commentaires des
internautes à ce propos sur différents sites Internet, où il a parlé des religieux rwandais qui auraient pris part au génocide, mais dont il a évité de citer les noms. Le mois d'avril touchant à
sa fin, le Président KAGAME, ignorant carrément le contenu du message diplomatiquement courtois mais clair, de Monsieur JUPPE au pouvoir de Kigali lors de la commémoration du début d'ICYUNAMO,
pour lui, le  tact diplomatique n'était plus de mise, car cette fois-ci le président KAGAME  pointe directement du doigt Monsieur JUPPE, qui ne serait pas le bienvenu à Kigali. Pour
ceux qui en savent quelque chose, est-ce que Monsieur JUPPE prévoyait de s'y rendre ? Jusqu'à ce jour, à ma connaissance aucun média n'en a parlé, à moins que cela ne fût en train d'être
négocié diplomatiquement, avant d'être annoncée officiellement ! Au cas où cela aurait bien été le cas, pour que Monsieur KAGAME préfère divulguer le secret et carrément "insulter" Monsieur JUPPE
d'un air "faussement hautain", c'est qu'il aurait bien compris qu'il n'obtiendrait pas de cette visite ce qu'il attendait d'elle ! Si aucune visite de Monsieur JUPPE à Kigali n'a jamais été
programmée on peut interpréter ces paroles de Monsieur KAGAME comme l'expression d'une "certaine frustration" de la part de la diplomatie rwandaise, pour qui il ne sera plus possible de négocier
sur certains dossiers « qui fâchent » qui existent entre la France et le Rwanda, comme cela aurait été possible si Monsieur KOUCHNER était toujours au Quai d'Orsay ! Voyons de quels
dossiers il pourrait bien s'agir ! Le rapport Trévidic ? La poursuite des "présumés génocideurs" installés en France ? Quoi d'autre ? 


Ainsi donc, nous avons assisté dernièrement à une cacophonie de comportements "diplomatiques", de la part du régime de Kigali
par rapport à la France que l'on pourrait qualifier de "terrorisme diplomatique" ! La tactique étant d'essayer de continuer à incriminer, de faire en sorte que la France se sente toujours
coupable, que cette culpabilité lui fasse peur et honte, tout comme l'autre partie aussi a peur (surtout du rapport du juge Trévidic attendu), et que peut-être sur cette base l'on puisse
manigancer une certaine négociation et étouffer la vérité, soi-disant dans l'intérêt des deux parties ! Que d'illusions, que de leurre ! Imaginons que ces tentatives de Kigali réussissent ! Tout
comme jusqu'à ce jour, Kigali fait des manipulations en utilisant les malheurs que nous avons connus - le génocide,  pour intimider et terroriser les pays qui l'aident, soi-disant qu'ils
n'ont rien fait pour arrêter ce génocide, au cas où Paris tomberait dans ce piège, comme on dit chez nous "AGAHU KABA KABONYE UMUNYUTSI" ! Rappelez-vous de ce que Monsieur RUDASINGWA a dit
dernièrement dans sa conférence à l'université d'IDAHO, qu'il lui est arrivé de terroriser les bailleurs de fonds de toute sorte, lorsqu'ils évoquaient les dérives du régime de Kigali ! En
les regardant furieusement il leur disait : "comment osez-vous critiquer un régime qui a pu mettre fin au génocide tout seul, lorsque vous autres regardiez les innocents mourir sans rien
faire" ! C'était la consigne du pouvoir de Kigali.  Et cela produisait de l'effet puisque ces interlocuteurs avaient peur et honte, et ne critiquaient plus le régime de Kigali ! Ainsi donc,
que Paris ne rentre pas dans ce jeu, et laisse la justice poursuivre son cours, il n'en sortira que honoré, et cela aidera beaucoup les rwandais qui, de la vérité qui sortira de cette justice,
 ils s'en serviront pour préparer leur avenir !


 


Ceci me rappelle les propos du Président congolais Monsieur DENIS SASSOU NGUESSO, que j'ai lus dans Jeune Afrique il y a
quelques mois, toujours à propos de ces relations Franco-Rwandaises évoluant en dents de scie selon l'humeur de Kigali. Il se demandait jusqu'à quand la France allait accepter de se faire
humilier par un régime qui a commis tant d'atrocités en Afrique Centrale, sans réagir ! Je crois qu'avec Monsieur JUPPE, la France commence à réagir, et c'est ça qui agace Kigali