Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Tribune Franco-Rwandaise

Ainsi vont les dictatures africaines.

Museveni_1-.jpg

Le principal parti d'opposition de l'Ouganda a accusé le président Yoweri Museveni de préparer son fils pour lui succéder.
Le fils du président, le Lieutenant- Colonel Kainerugaba Muhoozi, qui commande déjà une unité les forces spéciales, a été nommé à la tête de la garde d'élite présidentielle
«La présidence ougandaise  devient une affaire monarchique et le président donne clairement l'onction à  son fils pour lui succéder", a déclaré le porte-parole de l'opposition Hussein Kyanjo.
 

Plusieurs membres de la famille de M. Museveni, occupent déjà  des positions de haut niveau dans son administration.

-Le Général  Caleb Akandwanaho - le frère de M. Museveni - Conseiller présidentiel chargé de la défense
-Sam Kutesa – beau-frère - ministre des Affaires étrangères
-Janet Museveni - femme - Ministre de la région de Karamoja
-Lt Col Kainerugaba Muhoozi - fils  du président- commandant des forces spéciales
-Natasha Karugire - fille - secrétaire privé du président
-Hope Nyakairu – parent  de la première dame - Sous-secrétaire d'État aux finances

-Le Neveu Justus Karuhanga  Sécrétaire pour les affaires juridiques
(Sa femme a été nommée au cabinet de l'année dernière).

Le porte-parole de l'Armée Felix Kulaigye a rejeté cette critique :
"Muhoozi n'a commis aucun crime en étant le fils du président. C'est un ougandais et il a tous les droits y compris postuler  à la présidence s'il le souhaite", rapporte l'agence Reuters.
Lt Col Muhoozi, 36 ans, a été nommé chef de l'unité des forces spéciales en 2008. Il a reçu une formation militaire au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, selon  l'AFP.
M. Museveni est  au pouvoir depuis 1987, on s'attend à se  qu'il se fasse réélire l'an prochain.
Il avait changé la constitution pour être admis à se présenter  de nouveau aux élections en 2006.
Lesquelles élections ont été truquées, si l'on en croit M. Kyanjo du  Forum pour le changement démocratique . Charges évidemment  niées  par M. Museveni.

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Augustin Mulume Mweze 20/12/2015 16:27

Les autres Etats africains,pourquoi ne veulent-ils pas suivre le modèle de la tanzanie?évitons le bain de sang dans nos pays,et chassons de nos tetes le système de Blaise compaoré