Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMVN

Communiqué de presse du Comité de Soutien aux FDU-Inkingi/ Madame Victoire Ingabire Umuhoza arrêtée sous le coup de nouvelles accusations fabriquées.

14 octobre 2010Victoire Ingabire Umuhoza candidate

Communiqué de presse

Madame Victoire Ingabire Umuhoza arrêtée sous le coup de nouvelles accusations fabriquées.


Les dernières nouvelles confirment l'arrestation de Mme Victoire Ingabire Umuhoza, présidente des FDU-INKINGI, et son transfert ultérieur dans le cachot de police de la brigade de KICUKIRO. Elle a été interrogée sur ses liens présumés avec le groupe des rebelles des FDLR et de l'inconnue Coalition des Forces Démocratiques (CFD), censée être l'aile militaire du FDU INKINGI. Le porte-parole de la police a confirmé aujourd'hui sur les ondes de la BBC que M. Vital UWUMUREMYI, ancien major dans les rangs des FDLR, serait le témoin clé pour de nouvelles accusations. Lors de son arrestation, il aurait avoué qu'il était en effet impliqué, en son nom ou de concert avec Mme Victoire UMUHOZA Ingabire, dans l'achat et dans la distribution d'armes aux membres de la prétendue Coalition des Forces Démocratiques. Des informations fiables confirment que cette personne résidait au Rwanda en Février 2009, travaillait dans les services de courtage et était en contact régulier avec les services de sécurité. Selon la police, cette personne aurait été arrêtée le mercredi 13 octobre à la frontière du Rwanda avec la République démocratique du Congo. Nous savons que la machine a été mise en place, est bien huilée et des rapatriés hutu de toutes sortes : ex-FAR, ex-FDRL, ont été recyclés et briefés pour créer tout incident qui pourrait jeter en prison à vie l’opposante politique.

Nous tenons à rappeler que la zone où se trouve la maison de Mme Victoire Ingabire a été bouclée depuis le 8 Octobre 2010 par une force de sécurité imposante. La police envisageait-elle l’arrestation du témoin au moment où elle a commencé le siège de sa résidence? Toute cette mise en scène a une odeur de complot.

Le comité de soutien FDU INKINGI suspecte fortement qu’il s’agit d’un stratagème de fabrication de preuves contre un autre membre clé de l'opposition démocratique. Lors de précédents interrogatoires, la police avait déjà allégué qu’elle détenait deux anciens membres du groupe des FDLR qui étaient prêts à apporter des preuves contre Mme Ingabire. Elle n'a jamais eu la possibilité de démontrer que ces « preuves » n’avaient aucun fondement devant un tribunal de justice.

La Présidente des FDU INKINGI a été accusée de toutes sortes de maux depuis son retour au Rwanda en Janvier 2010. Mais jusqu'à présent, le régime n'a pas pu présenter les preuves devant un tribunal. En revanche, le régime du général KAGAME l’a soumise à une résidence surveillée draconienne.

L'intimidation, le harcèlement et l'arrestation de la présidente des FDU-INKINGI a été un prétexte pour refuser l'enregistrement formelle du parti, et d'arrêter Mme Victoire INGABIRE dans sa quête de défier le Général Paul KAGAME lors de l'élection présidentielle qui s’est révélée truquée. Elle a officiellement et publiquement mis en doute la régularité du processus et le résultat de l'élection, comme l'ont fait un certain nombre de pays étrangers. Elle a également appelé publiquement à la transparence et à la fin de l'impunité du régime pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis au Rwanda et en RDC.

Nous appelons à sa libération immédiate et exhortons la communauté internationale à faire pression sur le Général Paul Kagame afin qu’il cesse d'utiliser la police et la justice pour régler des comptes politiques. 

Eugène Ndahayo

Président du Comité de Soutien aux FDU-Inkingi

 

 

AFP

KIGALI (Rwanda) - L'opposante rwandaise Victoire Ingabire, déjà sous contrôle judiciaire, a été arrêtée jeudi à Kigali pour "organisation d'un groupe terroriste", a-t-on appris auprès de son parti des Forces démocratiques unifiées (FDU) et de source policière.

"Après une semaine de siège (devant son domicile) sans aucune explication, la police vient d'amener, en état d'arrestation, Mme Victoire Ingabire Umuhoza, présidente des FDU", a annoncé le secrétaire exécutif provisoire du parti, Sylvain Sibomana, dans un communiqué diffusé sur le site internet des FDU.

"Elle a été conduite tout de suite au bureau de la police criminelle (CID) pour interrogatoire", a précisé le communiqué.

Le porte-parole de la police rwandaise, interrogé par l'AFP, a confirmé cette arrestation. "Nous l'avons arrêtée aujourd'hui à 12H30 (10H30 GMT)", a déclaré Eric Kayiranga.

M. Kayiranga a ajouté que Mme Ingabire avait été arrêtée pour "organisation d'un groupe terroriste", à la suite de "révélations" faites par un ancien officier des ex-Forces armées rwandaises (FAR) arrêté mercredi à la frontière entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC).

Ce dernier, selon le porte-parole de la police, aurait révélé qu'il bénéficiait "du concours de Mme Ingabire dans la mise en place de la branche armée des FDU".

Mme Ingabire et l'ex-major "sont actuellement détenus dans un commissariat de Kigali en attendant d'être remis au parquet", a précisé M. Kayiranga.

L'opposante rwandaise, rentrée d'exil en janvier, avait été arrêtée une première fois le 21 avril à Kigali, et poursuivie à l'époque par la justice rwandaise pour "association avec un groupe terroriste, propagation de l'idéologie du génocide, négationnisme (du génocide) et +divisionnisme+ ethnique".

Elle avait été remise en liberté le lendemain sous strict contrôle judiciaire, avec interdiction de quitter Kigali en attendant son procès.

Elle était notamment accusée d'association avec les rebelles hutu rwandais des Forces  démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), basés dans l'est de la RDC.

Elle avait tenté en vain de se présenter à l'élection présidentielle du 9 août, remportée par le président sortant Paul Kagame, mais son parti n'avait pas été reconnu par les autorités.

Le président Paul Kagame, dont le Front patriotique rwandais (FPR, ex-rébellion) avait mis fin en 1994 au génocide et mis en déroute les ex-Forces armées rwandaises, a été réélu avec 93 % des voix.

Mme Ingabire avait alors dénoncé une "mascarade" et appelé les bailleurs de fonds du Rwanda à ignorer les résultats de la présidentielle tout en exigeant "de nouvelles élections libres, équitables et transparentes".

Le 16 janvier, le jour même de son retour au Rwanda, l'opposante avait demandé, après avoir déposé des gerbes de fleurs à un mémorial du génocide à Kigali, que les auteurs de crimes commis contre les Hutu en 1994 soient également jugés.

Le régime rwandais accuse depuis Mme Ingabire, une Hutu, d'avoir nié, par de tels propos la réalité du génocide de 1994, au cours duquel au moins 800.000 personnes selon l'ONU, essentiellement Tutsi, avaient été tuées.

(©AFP / 14 octobre 2010 17h59)

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chegue 15/10/2010 11:20



Que pouvons nous faire? Pourqoui rien ne peut être fait? Dieu a t-il vraiment abandonné le
Rwanda? ça fait vraiment mal... Que Dieu est son âme, car pour moi elle est déjà morte... Elle sera empoisonnée comme Bizimungu et à sa sortie elle ne pourra même pas reconnaître ses enfants. Si
quelqu'un peut lui parler, prière de lui dire de ne rien manger ni boire de la part des autorités, même les médicaments, je vous le dis en connaissance de cause, svp passez ce message...