Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Tribune Franco-Rwandaise

Les rebelles du M23 font leur entrée dans la ville de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, mardi 20 novembre 2012.Les rebelles du M23 font leur entrée dans la ville de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, mardi 20 novembre 2012.

La société civile du Nord-Kivu a accusé dimanche 23 juin le M23 de recruter des jeunes par force dans le territoire de Nyiragongo et ses environs. Cette opération se fait via les autorités coutumières. Ces dernières sont contraintes de «donner cinq jeunes pour intégrer le M23 pour le compte de chaque entité».

« Le 19[juin], on a fait une réunion des chefs des localités, en disant que chaque chef doit donner 5 jeunes qui doivent intégrer les rangs du M23 », a affirmé un chef de localité qui a requis l’anonymat.

Ces informations sont confirmées par certains habitants qui fuient déjà le territoire pour échapper à ce recrutement forcé.

« D’ailleurs ce matin [dimanche], il y a deux jeunes qui ont fuit. Ici à Kibumba et Buhumba il n’y a personne qui peut manifester sa volonté d’intégrer le M23. Ce qui nous fait peur, c’est parce que on dit qu’ils [les jeunes recrutés] vont porter des tenus et aller combattre les FARDC », a ajouté la même source anonyme.

Le porte-parole du M23, le colonel Vianney Kazarama, affirme qu’il s’agit plutôt des recrutements volontaires visant à sécuriser les habitants lorsque les militaires sont absents ou en relève.

Le colonel Vianney Kazarama parle des groupes d’auto-défense et ajoute que ce recrutement a déjà été fait dans d’autres localités et groupements.

« Ces jeunes sont non armés et sous contrôle des responsables militaires du M23 », a-t-il poursuivi.

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article