Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Réaction de Pierre Foucher à l'article de Maria Malagardis dans Libération (joint à cet article)

Évidemment, dans sa hâte d'éviter un procès qui mettrait toutes les cartes sur la table, Lev Forster, le meilleur enfouisseur de procédures du moment, se précipite devant les medias à la solde de Kigali pour tenter de faire interrompre prématurément une procédure qui gêne considérablement Kagame.
C'est la technique habituelle des sbires de Kigali , quels qu'ils soient et quel que soit le procès auquel ils sont confrontés : ne pas comparaitre à la barre , éviter le procès et les vrais débats , être absent du tribunal ....
Ainsi St Exupéry ne se présente plus depuis longtemps devant les tribunaux où il est accusé de diffamation par les officiers français et où la Cour de Cassation a mis sa mauvaise foi en évidence.
Ainsi Karugarama le sinistre de la justice rwandaise ( jamais jeu de mot n'aura été plus pertinent) invoque-t-il l'immunité diplomatique pour ne pas répondre des mêmes accusations.
Surtout éviter le débat sur le fond devant des juges et étaler sa version mensongère des faits dans une presse aux ordres, sans laisser à la partie adverse la moindre possibilité de présenter ses arguments et ses preuves.
Et, le plus grave, c'est qu'il se trouve quelques magistrats pour cautionner une telle attitude en tenant pour inattaquable une expertise acoustique produite par un expert qui, dix-sept ans après les faits, n'est pas allé sur le terrain, n'a pas mesuré le bruit d'un missile Sa 16, a fait des simulations avec un autre missile à La Ferté Saint Aubin, au fin fond de la plaine française et, sur la base de témoignages tronqués et manipulés, présente finalement un rapport dont - en plus de tout ce qui précède - les chiffres sont manifestement erronés!
L'expert n'a même pas pris la peine de vérifier si les chiffres qu'il avançait étaient cohérents entre eux! Et les magistrats cautionnent cette désinvolture, ce mépris des parties civiles et de la Justice en refusant une nouvelle expertise !
A quoi joue-t-on exactement ?
On joue à installer une vérité judiciaire très éloignée de la vérité des faits. Le prix du coltan sur le marché mondial et le poids de la politique américaine écrase tout !
Qu'on ne nous parle plus d'indépendance de la justice, qu'on ne nous parle plus d'un troisième pouvoir, indépendant des deux autres, tel qu'il serait soi-disant garanti par la constitution !
Ce sera notre honneur de nous battre au delà du raisonnable pour que la vérité se fasse jour à travers ce maquis de margoulins...Nous leur laisserons la honte devant l'Histoire d'obtenir des décisions de justice qui ne méritent pas leur nom!
 
Pierre FOUCHER

__________________________________________________________

 

http://www.liberation.fr/monde/2013/03/19/mort-d-habyarimana-la-piste-hutue-renforcee_889776
 
Mort d’Habyarimana : la piste hutue renforcée
19 mars 2013 à 21:36
Rwanda. L’expertise affirmant que l’avion du président a été abattu en 1994 par son propre camp est confirmée.
Par MARIA MALAGARDIS

«C’est une étape importante qui va peut-être permettre de connaître enfin les véritables commanditaires de l’attentat contre l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana», se réjouissait hier soir Me Lef Forster, l’avocat des six inculpés rwandais dans cette affaire, en apprenant la décision de la cour d’appel de Paris, qui vient de confirmer la validité d’un rapport balistique.

Une expertise scientifique dont les conclusions, publiées en janvier 2012, concernent une enquête sulfureuse : qui a tiré sur l’avion du président Habyarimana le 6 avril 1994, donnant ainsi le signal d’un génocide ? L’affaire, instruite en France depuis 1998, est d’autant plus passionnelle que différents scénarios font du génocide contre la minorité tutsie un mouvement «de colère spontanée» provoqué par la mort du chef, ou bien un complot grâce auquel les ultras, proches du président, l’ont sacrifié pour ne pas perdre le pouvoir.

Or, c’est bien cette dernière option qui semble désormais la plus plausible, en raison des conclusions des experts scientifiques, justement. Le juge Marc Trévidic avait surpris tout le monde en se rendant sur les lieux du crime, à Kigali, en septembre 2010. Après huit ans d’instruction menée par sonprédécesseur, Jean-Louis Bruguière, qui, lui, ne s’est jamais rendu sur place, Trévidic effectuait ainsi la première expertise balistique, laquelle infirmera les conclusions de Bruguière ! Ce dernier avait accusé d’anciens rebelles tutsis, à l’époque opposés à Habyarimana, d’être responsables de l’attentat. Or, en désignant le lieu de tir le plus probable dans le camp de la garde présidentielle de Kanombé, sanctuaire des ultras du régime, les experts ontdécrédibilisé «la thèse» de Bruguière.

Mais leurs conclusions n’étaient pas du goût de toutes les parties civiles, dont la veuve du président, qui avaient fait appel. Les voici déboutées. Reste un possible pourvoi en cassation qui n’entraînerait qu’un nouveau délai pour la recherche de la vérité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article