Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

 

Mohamed Yahya Ould Horma,1er vice-président de l'Union pour la République, parti au pouvoir en Mauritanie.
Mohamed Yahya Ould Horma,1er vice-président de l'Union pour la République, parti au pouvoir en Mauritanie.
DR

Par RFI

Deuxième longue journée de travail à Nouakchott ce mardi 1er octobre pour les délégations du pouvoir et de la COD, la Coordination de l'opposition démocratique, qui se sont lancées dans un dialogue inédit. Les participants sont désormais dans le vif du sujet : les négociations portent sur les modalités d'organisation du processus électoral, en vue des élections législatives et municipales prévues le 23 novembre.

Une ambiance studieuse, des discussions franches. C’est ainsi que les deux délégations décrivent l’atmosphère de ces négociations. Ce sont les toutes premières négociations entre le pouvoir et la COD, après un blocage politique de quatre ans. Au cœur des discussions, l’organisation du processus électoral en vue des élections à venir.

«Des sujets importants ont été abordés, notamment un sujet ayant trait à l’organisation matérielle des élections prochaines, déclare Mohamed Yahya Ould Horma, ministre de la Communication et des relations avec le Parlement. Un deuxième point sur les institutions de supervision et le troisième point a trait à la neutralité de l’administration, par rapport au processus électoral».

Dans un premier temps, les onze partis de la COD avaient décidé le boycott des élections. Ils pourraient changer d’avis si les résultats du dialogue leur apportent les garanties réclamées, en matière d’équité et de transparence.

Mohamed Ould Maouloud, qui préside la délégation de l’opposition, estime en tout cas que la décision finale sera unanime : «Nous pensons que la COD ira dans le même sens. Si les conditions que nous demandons sont remplies, il n’y a pas de raison qu’il y ait un parti qui ne participe pas à ces élections. Et nous souhaitons tous participer aux élections. Mais il faudrait que l'on nous permette de participer, en rendant ces élections crédibles et viables en fait, pour la participation de tous les acteurs de la vie publique

Les deux camps se disent confiants de pouvoir aboutir à un résultat positif.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article