Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

 kikwete na guard weLe président tanzanien Jakaya Mrisho Kikwete, a déclaré dans un message à la nation, dans la nuit de vendredi à samedi, que les relations entre son pays et le Rwanda voisin, traversaient "des moments difficiles" après qu'il eut conseillé au gouvernement rwandais de négocier avec son opposition armée. 

Lors du dernier sommet de l'Union africaine (UA) en Ethiopie, à la fin du mois de mai, Kikwete avait proposé aux gouvernements du Rwanda, de l'Ouganda et de la République démocratique du Congo (RDC) de dialoguer avec les mouvements rebelles, dans le cadre des efforts visant à ramener la paix dans la région des Grands lacs africains. Dans un entretien avec RFI, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, avait qualifié d'« aberration », la proposition du président Kikwete. Le président rwandais Paul Kagame avait renchéri lors d'un déplacement dans le nord du pays, accusant Kikwete d'être le porte-parole des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un mouvement rebelle hutu rwandais basé dans l'est de la RDC. «Depuis environ deux mois, exactement depuis la fin du mois de mai, nos relations avec le Rwanda traversent des moments difficiles», a déclaré le président Kikwete dans son message à la nation. «Les déclarations des dirigeants du Rwanda contre moi et contre notre pays témoignent de cet état», a affirmé Kikwete, soulignant sa volonté personnelle et celle de son pays d'avoir « de bonnes relations avec le Rwanda, ainsi qu'avec tous les autres pays voisins ». « Nous entendons parler de plans ourdis par le Rwanda contre moi et contre notre pays : Nous ne voulons pas ajouter foi à tout ce qui se dit mais nous ne prenons pas cela à la légère », a poursuivi le président tanzanien qui s'exprimait en swahili. «En ce qui me concerne personnellement, je n'ai rien dit en dépit de plusieurs propos insultants venant de la bouche des dirigeants du Rwanda. Je n'ai pas fait cela parce que je n'en voyais pas l'utilité», a-t-il poursuivi. «Les relations (avec le Rwanda) sont devenues difficiles après mon conseil au gouvernement du Rwanda de dialoguer avec ses opposants. J'ai donné le même conseil aux gouvernements du Congo et de l'Ouganda », a expliqué Kikwete. «Le président (Yoweri) Museveni de l'Ouganda a appuyé ma proposition mais le président du Rwanda n'a rien dit lors de la rencontre. C'est seulement après, que nous avons entendu les propos que nous continuons d'entendre», a dit le chef de l'Etat tanzanien. « Je voudrais réitérer que moi, personnellement, et le gouvernement tanzanien, n'avons aucune mauvaise intention contre le Rwanda. A moins que nos amis aient un problème avec nous que nous ignorons », a-t-il ajouté. La Tanzanie a envoyé un bataillon dans le cadre de la force internationale des Nations Unies chargée de démanteler les groupes rebelles opérant dans l'est de la RDC, parmi lesquels les FDLR et le M 23. Selon plusieurs rapports de l'ONU, le M 23 bénéficie du soutien du Rwanda, ce que Kigali a toujours démenti. Certaines autorités rwandaises accusent, en privé, le président tanzanien d'être proche des opposants rwandais en exil, notamment le colonel Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements à Kigali. Karegeya et l'ancien chef d'état-major de l'armée rwandaise, le général Faustin Kayumba Nyamwasa, tous deux exilés en Afrique du Sud et anciens compagnons d'armes du président Kagame, ont créé, il y a trois ans, le Congrès national rwandais (Rwanda National Congress-RNC) qui ne cesse de réclamer le départ de leur ex-patron. 

RE/od/APA


http://mobile.apanews.net/art.php?id=205300

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article