Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMVN

Arusha, 09 juin 2011 (FH) – Le représentant rwandais à l’ONU a suggéré au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) d’annuler ses décisions renvoyant deux affaires devant les tribunaux français, si la justice de l’Hexagone continuait à traîner, a-t-on appris jeudi des Nations unies.
 
Dans une décision de novembre 2007, le TPIR s’est dessaisi au profit de la France des dossiers du prêtre catholique Wenceslas Munyeshyaka et de l’ancien préfet de Gikongoro (sud), Laurent Bucyibaruta, tous deux vivant sur le territoire français.
 
L’ambassadeur Eugène–Richard Gasana a exigé lundi devant le Conseil de sécurité « un rapport officiel sur l’état (d’avancement) des poursuites dans les deux affaires transférées en France en 2007 », indique un procès-verbal de la séance transmis jeudi à l’agence Hirondelle.
 
Il a estimé que le tribunal avait « la responsabilité d’annuler ces transferts s’ils continuaient à retarder les poursuites du père Wenceslas Munyeshyaka et de Laurent Bucyibaruta ».
 
Le procureur en chef du TPIR, Hassan Bubacar Jallow a rassuré le diplomate rwandais, indiquant avoir mis en place « un important mécanisme chargé de suivre l’évolution des deux affaires en France », selon le document de l’ONU.

Le magistrat gambien a précisé que « les deux affaires se trouvaient devant un juge d’instruction et que le dispositif de suivi  continuerait à donner des informations sur l’état d’avancement ». Il a ajouté avoir reçu lors d’une récente tournée européenne,  « l’assurance des autorités françaises quant à  la procédure effective concernant les deux dossiers ».
 
Prêtre de la paroisse Sainte-Famille de Kigali entre 1992 et 1994, l’abbé Munyeshyaka est établi à Gisors (nord-ouest) depuis 2001. Il est accusé par le TPIR d'avoir tué et violé plusieurs personnes et d'avoir remis des dizaines d'autres aux milices extrémistes hutus Interahamwe qui les ont exécutées.

Quant à l’ancien préfet Bucyibaruta, il réside près de Troyes (nord-est). Ancien militant du MRND, le parti de l’ex-président Juvénal Habyarimana, il est accusé par le TPIR d'avoir incité au génocide les Interahamwe sur lesquels il avait autorité à Gikongoro.

Les deux hommes sont également visés par des enquêtes en France.  

ER/GF

© Agence Hirondelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article