Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Tribune Franco-Rwandaise

franck-Habineza_0.jpgFrank Habineza, le président du Parti vert, parti d'opposition.

Rwandagreendemocrats.org

Par RFI

Au Rwanda, le Parti démocratique vert a tenu son congrès fondateur vendredi 21 juin. Une étape importante vers son enregistrement officiel. Ses dirigeants, des dissidents du FPR, le parti au pouvoir, essaient d'obtenir cet enregistrement ainsi que le droit de fonctionner au Rwanda depuis 2009. Un pays où l'activité politique est étroitement contrôlée.

Lorsque Frank Habineza rentre au Rwanda en 2009, c'est avec la ferme intention de participer à la présidentielle l'année suivante. Mais le président du Parti vert, comme d'autres partis d'opposition, n'obtient pas l'agrément.

Il faut dire que le contexte politique était particulièrement tendu. Une élection présentée comme plus ouverte que par le passé, des attentats à la grenade en plein coeur de Kigali et d'anciens proches du président Kagamé, dont le général Kayumba, qui choisissent de s'exiler. L'opposante Victoire Ingabire, présidente du FDU, est arrêtée. Le numéro deux du Parti vert sera lui retrouvé décapité, un mois avant la présidentielle.

Les législatives de 2013 à l'horizon

Frank Habineza réclamera une enquête internation indépendante sur ce crime, en vain. Il finit par repartir en exil pour ne revenir qu'en septembre dernier. A son arrivée, il avait déclaré espérer un enregistrement de son parti pour la fin de l'année. Et finalement toujours rien. Va-t-il l'arracher avant les législatives de septembre 2013 ? C'est en tout cas son objectif.

Si Frank Habineza a pu rentrer au pays, c'est qu'il a trouvé un accord avec les autorités, explique un observateur de la scène politique rwandaise. Mais c'était déjà le cas en 2009. Les autorités hésitent depuis longtemps à ouvrir le pays politiquement et soufflent le chaud et le froid, ajoute-t-il. Le président Kagamé a plusieurs fois affirmé cette année qu'il ne briguerait pas un troisième mandat.

SOURCE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NSANZABAGANWA Silas 25/06/2013 17:37


Je me vois obligé de relever un erreur dans cet article pour la simple raison qu'elle est de nature à induire en erreur un lecteur non averti: la toute dernière phrase de l'article est un
LAPSUS. Je suis au Rwanda, je peux affirmer que S.E. le Président KAGAME n'a JAMAIS affirmé qu'il ne briguerait un troisième mandat. C'est une question qui lui a été posé des milliers
de fois, ici ou ailleurs,et chaque fois sa réponse était TOUJOURS au milieu du OUI et NON ; bref, que cela dépendra de ce que les Rwandais voudront. Si les Rwandais lui demandaient de se
représenter, il se plierait à leur volonté. C'est injuste de lui prêter une affirmation comme quoi il ne briguerait pas un 3ème mandat. Patientez un peu !