Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

 Publié le 10 avril 2013 
 MARC THIBODEAU 
 La Presse 
   
 Le nombre de demandeurs de statut de réfugié est en baisse marquée depuis le début de l'année et pourrait chuter, pour l'ensemble de 2013, sous le plus bas niveau jamais observé en 25 ans, indiquent des données obtenues par La Presse. 
 Des organisations de défense des migrants imputent ces résultats aux politiques restrictives mises en place par le gouvernement fédéral, qu'on accuse de rompre avec la tradition d'accueil du pays et de renier ses engagements internationaux en matière de protection des droits de la personne. 
 L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a confirmé cette semaine que 1436 demandes de statut de réfugié avaient été enregistrées au cours des mois de janvier et de février. Ce résultat représente une baisse de près de 60% par rapport au total de 3716 demandes relevé pour la période équivalente en 2012. 
 En projetant les résultats sur une période d'un an, on obtient un total de près de 9000 demandes. Des données de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié (CISR) indiquent que le nombre de demandes déférées depuis 1989 est en moyenne de 27 448 et n'est jamais passé sous la barre de 14 773, soit le total atteint en 2012. Un nombre record de demandes, soit 43 993, a été enregistré en 2001. 
 Une porte-parole de l'AFSC a indiqué que la projection sur douze mois du résultat enregistré pour les deux premiers mois de 2013 donnait une bonne idée du total à venir, même s'il peut y avoir des fluctuations mensuelles. 
 L'évolution observée préoccupe grandement le Conseil canadien pour les réfugiés (CCR), qui y voit un changement majeur et problématique. 
 «Le Canada a depuis longtemps la réputation d'être une terre d'asile, et les Canadiens ont l'habitude de penser que leur pays est le plus généreux, mais nous sommes en train de prendre un virage radical à ce sujet», déplore Janet Dench, directrice du CCR. 
 Le gouvernement, qui dit vouloir faire chuter le nombre de demandes frauduleuses et désengorger le système, a introduit à la fin de l'année dernière une liste d'une trentaine de «pays d'origine désignés», pour lesquels les délais de dépôt de demandes sont réduits et les possibilités d'appel, limitées. 
 Plusieurs groupes, dont le CCR, ont vu dans cette initiative une mesure discriminatoire ciblant les Roms d'Europe de l'Est, plus particulièrement ceux venant de Hongrie. Le gouvernement fédéral a d'ailleurs lancé une campagne d'affichage dans ce pays pour sensibiliser la population locale au resserrement des lois canadiennes. 
 Les données émanant de l'ASFC indiquent que le nombre de demandeurs de statut de réfugié d'origine hongroise a chuté de façon importante. Pour les premiers mois de l'année, le pays ne figure plus dans la liste des 10 États d'où proviennent le plus grand nombre de réfugiés, alors qu'il était l'une des principales sources de demandes au cours des dernières années. 
 Citoyenneté et immigration Canada (CIC) affirme que le nouveau système est «un succès» parce qu'il a permis de réduire sensiblement le nombre total de demandes et devrait se traduire par des économies de 420 millions de dollars sur cinq ans «en coûts liés à l'aide sociale, à l'éducation et aux soins de santé». Le gouvernement souligne, dans un courriel transmis à La Presse, que le nombre de demandes reçues par semaine depuis le début de l'année est de 70% inférieur à la moyenne des six années précédentes. La baisse atteindrait même 98% pour les demandes provenant de ressortissants hongrois. 
 Un porte-parole du CIC, Rémi Larivière, assure que la porte du pays «n'est pas fermée». Tous les demandeurs d'asile admissibles provenant des pays désignés «continueront de bénéficier d'une audience complète et équitable» devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié, souligne-t-il. 
 «Le Canada continue d'avoir un des plus généreux systèmes d'immigration  
 et d'octroi de l'asile au monde», souligne M. Larivière. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article