Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

L’ancienne présidente irlandaise Mary Robinson, envoyée spéciale de l’ONU pour la région des Grands Lacs qui a sollicité « l’appui du Burundi au retour de la paix en RDC Congo », a reçu vendredi 03 du  président Pierre Nkurunziza la promesse de la mise de l’aéroport international de Bujumbura et des officiers burundais à la disposition de la Brigade internationale onusienne en voie de déploiement dans l’Est de la RD Congo.

Nkurunziza Pierre« S.E. Nkurunziza Pierre était enthousiaste à cette sollicitation. En respectant les Accords d’Addis Abeba(Ethiopie) signé le 24 février dernier, prévoyant le déploiement d’une Force de l’Onu dans l’Est de la RDC pour neutraliser les groupes armés actifs dans cette région, principalement le M23, le Burundi mettra à la disposition des Nations Unies son aéroport international de Bujumbura pour permettre le transit du personnel et du matériel nécessaire dans l’opération de maintien de la paix à l’Est de la République du Congo », rapporte Burundi AG news.

Ce média burundais précise que « de plus, des officiers Barundi seront envoyés en RDC pour appuyer cette opération de maintien de la paix onusienne ».

Après sa visite au Burundi jeudi et vendredi, Mme Mary Robinson se rendra en Afrique du Sud.

L’Envoyée spéciale des Nations unies pour la région des Grands Lacs Mary Robinson a déclaré jeudi en quittant jeudi 02 mai Kigali (Rwanda) pour Kampala (Ouganda) voir « la brigade d’intervention (…) en aucun cas une solution globale ».

« La force a un rôle à jouer »

A l’issue de son entretien avec Mary Robinson à Kigali, la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo en provenance de Kinshasa a admis que « la force a un rôle à jouer » dans la résolution des conflits armés dans la région des Grands Lacs.

« Ce que nous pensons est que cette Brigade d’intervention n’est pas une solution miracle. Mais, nous pensons que c’est un bon moyen de dissuasion, ce qui est une partie de la solution globale qui est principalement politique. Mais, la force a un rôle à jouer et c’est pour cela que le Rwanda l’a soutenue », a-t-elle déclaré.

L’envoyée spéciale des Nations unies dans la région des Grands Lacs venait de Goma (Nord-Kivu) et de Kinshasa où elle est arrivée dimanche 28 avril et a rencontré lundi 30 avril le président congolais Joseph Kabila, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo, le ministre des Affaires étrangères Raymond Tshibanda et la société civile de la RDC Congo.

« Je vois la brigade d’intervention comme un moyen de renforcer les capacités mais en aucun cas une solution globale. En effet et heureusement, la solution globale ne sera pas et ne peut pas être militaire.

Elle doit être politique .Si nous pouvons amener la paix, ce que nous devons faire, et empêcher les groupes armés de toutes sortes d’opérer dans l’Est de la RDC, cela aidera le Rwanda et la région toute entière », a souhaité l’Envoyée spéciale des Nations unies pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article