Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMVN

Le gouvernement rwandais inquiet du retour d'Alain Juppé au Quai d'Orsay

Par Jean-bernard Gervais 03/03/2011


contini.jpgLaurent Contini, ambassadeur de France au Rwanda

 

"C'est une mauvaise surprise", s'est exclamée la ministre des affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushiwikwabo, apprenant le retour d'Alain Juppé au ministère des affaires étrangères. A tel point que l'ambassadeur du Rwanda à Paris, Jacques Kabare, a été rappelé au Rwanda pour consultations...
Juppé a en effet occupé cette fonction entre 1993 et 1995, soit pendant le génocide rwandais. Selon le rapport de la commission Mucyo, reproduit par le site lanuitrwandaise.net - lequel  est poursuivi en justice pour cette raison par neuf officiers français  - Juppé a apporté tout son soutien en 1994 aux forces génocidaires. "Pour préserver la qualité des rapports que nous entretenons avec la France depuis novembre 2009, Juppé devra faire d'énormes efforts, vu les torts qu'il a causés au peuple rwandais", a ajouté Louise Mushiwikwabo. "Malheureusement depuis 1994, son comportement n'a pas évolué. Il a par exemple très mal accueilli le rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda en 2009." D'autres associations proches du Rwanda regrettent également le retour aux affaires d'Alain Juppé. Alain Gauthier, président du collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), craint que l'arrivée de Juppé ne freine le rapprochement entre le Rwanda et la France, et ne mette en péril la création d'une unité spéciale d'investigation sur les génocides, rattachée au TGI de Paris. Un député rwandais, survivant du génocide, Evode Kalima, s'est également déclaré inquiet de la nomination de Juppé. "Juppé est un homme retors, arrogant, inflexible et revanchard", a-t-il notamment déclaré.

Laurent Contini, ambassadeur de France au Rwanda, a quant à lui tenu à rassurer le gouvernement rwandais, en déclarant que Juppé avait évolué, et que la politique étrangère était fixée par le président.

 

The New Times

SOURCE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abantu Sibomana 05/03/2011 17:13



En exprimant son inquiétude à propos de la nomination de Mr Juppé au Quai d’Orsay, la diplomatie rwandaise
manque vraiment de jugeote.


De plus, en réagissant de cette façon, Mme Mushikiwabo ne se rend-t-elle pas compte que c’est une ingérence
pure et simple dans la politique intérieure de la France. Cette position ô combien maladroite frise la provocation.


Par ailleurs, c’est tout le contraire de la diplomatie internationale qui demande extrême discrétion,
prudence et retenue.


Enfin, Mme Mushikiwabo qui n’est ni politicienne ni diplomate devrait savoir faire profil
bas surtout quand il s’agit de masquer la responsabilité pénale et historique du FPR dans le génocide de 1994.


Que le régime de Kagamé cesse cette mascarade, la France n’est pas la RDC.


Avec tous mes respects et mon admiration pour le Ministre  Alain Juppé.




Monier Alain 05/03/2011 10:57



Bonjour,


        Decidement Notre nouveau minisre des Affaires Etrangeres et le Mal aime. MAM la limoge a tenu a peu pres les memes propos que ce depute Rwandais. Ce
n'est pas que je porte une quelconque sympathie pour le personnage - Je l'ai eu comme Maire a Bordeaux en tant que commercant ce n''est pas peu dire- Toutefois il a eu une position au
Rwanda  qui  est la plus fidele a la realite, et ne s'est pas renie. C'est un atout non negligeable alors que la politique etrangere de notre President  est plutot  decousu,
sans originalite: inconsistante. Un processus Evenementiel ne rentre pas dans l'ordre du Previsionnel, cela n'est imputable a personne. L'evenementiel est ce qui ne peut etre Previsible comme le
furent 1968 - et la Cute du Mur de Berlin (au plus pres de nous). Mais on s'est bien rendu compte que notre diplomatie n'avait aucune politique de rechange. Un beau signe de son
conservatisme  de sa non remise en cause de son passe toujours preignant avec "ses anciennes colonies d'Afrique", son protectorat envers le Bassin Mediterraneen. A quand une politique
Etrangere d'amitie, d'aide, et de bon conseil. Je ne crois pas non plus que M.DSK qui est trop marque par sa presidence au terrifiant FMI, soit un porteur de bonnes nouvelles. Mais nos hommes
politiques sont tellement "variants" -je suis gentil en employant ce terme- que tout soit possible. L'integrite est tres peu connu dans cette "reserve", toutefois il ne faut pas desesperer du
desesperant. Cordialement Alain Monier