Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par IBUKABOSE

Lorsque la justice française a agi en poursuivant les auteurs de l'attentat qui a déclenché le génocide, Kigali a rompu ses relations diplomatiques avec Paris.

Lorsque Kigali a redouté être pris la main dans le sac, il a décidé de rétablir les relations diplomatiques avec la France qui le poursuivait afin d'étoufer cette affaire des plus génantes. D'où l'irritation qui est plus une crainte des conclusions de cette enquête encore en cours qu'autre chose.

La justice française irrite Kigali qui redoute les conclusions de l'enquête sur l'attentat de l'avion qui a déclenché le génocide.

Par LEXPRESS.fr | L'Express.fr – il y a 11 minutes

La colère gronde au Rwanda contre "les lenteurs de la justice française"

L'irritation monte au Rwanda contre ce que le gouvernement de Kigali appelle les "lenteurs de la justice française". Le petit pays africain frappé par le génocide des Tutsis par les Hutus en 1994, après l'assassinat du président Juvénal Habyarimana, reproche à Paris son peu d'empressement à juger les génocidaires réfugiés en France.

Selon les autorités rwandaises, au moins 16 acteurs importants des massacres résident aujourd'hui dans l'Hexagone en toute tranquillité, malgré une dizaine de plaintes déposées depuis 1994. "Cette situation est d'autant plus choquante, souligne Me Avi Bitton, avocat français du Rwanda, qu'il y a eu des condamnations en Belgique, en Suède, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Canada."

Dans le cadre du rapprochement entre Kigali et Paris, un pôle opérationnel a pourtant été créé, en janvier 2010. Mais il n'est pas en activité. "Nous avons exprimé nos attentes au partenaire français, a déclaré à L'Express Jacques Kabalé, ambassadeur du Rwanda à Paris. Le judiciaire est une préoccupation sérieuse et importante, même si elle n'est pas la seule, en vue du rétablissement de bonnes relations."

1.8.2011

Source: LEXPRESS.fr | L'Express.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article