Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

 

01/05/13

cecile-kyenge-kashetu.jpgROME (Reuters) - Le gouvernement a ordonné l'ouverture d'une enquête au sujet d'insultes racistes proférées sur des sites internet d'extrême-droite à l'encontre de Cécile Kyenge, la première femme noire ministre en Italie.

Cécile Kyenge, une ophtalmologiste originaire de la République démocratique du Congo (RDC), a été nommée ministre de l'Intégration dans le gouvernement d'Enrico Letta formé samedi.

Elle est depuis la cible de moqueries, et pas seulement sur les sites néo-fascistes. Un parlementaire de la Ligue du Nord, Mario Borghezo, a parlé d'un "gouvernement bunga bunga", dans une allusion à Cécile Kyenge et aux soirées à caractère sexuel organisées par l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi.

Lors d'une émission de radio, il a accusé la ministre de vouloir imposer en Italie "des traditions tribales" et affirmé que les Africains n'avaient "pas produit de grands gènes".

Des sites internet d'extrême-droite ont parlé quant à eux de "la guenon congolaise", de "zoulou", de "la noire anti-italienne."

La ministre de l'Egalité des droits Josefa Idem, une femme d'origine allemande qui, comme Cécile Kyenge, a épousé un Italien et acquis la nationalité italienne, a ordonné une enquête au nom du gouvernement.

"J'agis ainsi en tant que ministre de l'Egalité des droits, mais avant tout en tant que femme", a-t-elle déclaré.

L'Italie, un pays qui fut longtemps terre d'émigration avant de voir arriver des immigrés, éprouve de grosses difficultés à accueillir des étrangers venus chercher du travail dans la Péninsule.

Philip Pullella, Pascal Liétout pour le service français

 (c) Copyright Thomson Reuters 2013.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article